Valid XHTML 1.0 Transitional
ipv6 ready

Fanfictions
 
 
  Nouvelle vie après une autre
Écrite par William_fan le 05/04/2012 à 11h28
Note : 14,2/20 Catégorie : Autres
Lue 4683 fois Je suis heureuse de vous présenter ma première fanfiction, ou j'ai inventer que mes deux chouchoux s'aiment ! Et où des tats de choses ont changés, ce n'est plus tout à fait comme avant dans les relations. Mais s'il vous plait, soyez pas méchants avec moi, j'aime WxY. Si vous aimez pas moi j'y suis pour rien. Mais s'il vous plait, écrivez gentil. Merci d'avence. Bonne lecture ! P.S : C'est un peu court mais je ne suis pas écrivain hihihi !
 
 

 
 
Cela faisait quelques bon mois que le supercalculateur était étaint, ils avaint tous repris une vie ordinaire mais plein de chose avaient changé. Les notes de Odd et Ulrich étaient bien mieux, mais ce dernier n'avait toujours pas avouer son amour à Yumi. Et cette dernière avait un peu changer et ça façon de penser était légerment différente, l'amour n'avait plus tout à fait le même sens, mais elle nous voulait pas en parler. Dans sa tête, ce qui fut passé était passé, et elle n'avais jamais voulu dire quelque chose qui depuis déjà un moment la préoccupait, au fin fond d'elle, il y avait un lourd secret que tous ignoraient, cela la pesais beaucoup.. Jérémy et Aelita ne s'étaient pas révéler leurs amours. Au fond d'eux, Lyoko les bons moments leurs manquait, c'était passager même si ça venait assez souvent, et un peu pour les autres, leurs pensées étaient différente. Cela était à l'extinction su supercalculateur et au fait d'avoir une vie normale.William quand à lui, se sentait terriblement rejeté et était tombé dans une profonde déprime. Il marchait toujours seul, ses pensées étaient toutes mélangées et les autres ne lui adressaient presque plus la parole. Il croyait s'être fait de vrais amis On l'ignorait, on semblait lui en vouloir. Il n'avait pas l'impression que les ex-lyokoguerriers veuillent de lui. Seulement en quelques mois et à cause de l'extinction du supercalculateur ayant causés un gros changements dans leurs vie et avait rendue celle de William une vie dure à suporter, bien des choses avaient changés.

Mercredi matin, durant la récré :
Aelita : Salut les garçons !
Les garçons : Saaaluut !!!
Yumi : Bonjour tout le monde !
Tout le monde sauf Yumi : Salut !
Yumi : C'était comment les cours ?
Jérémy : Très interessant !
Odd : Non, hyper ennuyant !
Tout le monde se mit à rire. William les vit et poussa un profond soupir, triste de les voir contents et lui est si malheureux. Pourquoi ne lui parlait-il pas ? Il croiyait qu'ils étaient ses amis. Puis il se sentit très mal, bascula légèrement et vomi par terre, les autres le remarquèrent
Odd : Eh William t'as mangé quoi qui est pas passé ?
Ulrich (dégouté) : Pouah ! Mais tu sais que y'a des toilettes ici ? Maintenant vas falloir nettoyer !
Yumi voulait dire queqlue chose afin de défendre William, mais elle n'eu pas le courage. William, lui alla à l'infirmerie et y resta 1h00 environ.
Puis, étant donné que la porte de l'infirmerie était ouverte, William aperçu Ulrich et Odd en train de discuter. Il les regarda pensant que personne voulait de lui. Qu'avait-il fait de mal ?
Odd : Eh il parait que y'a une nouvelle en 3ème !
Ulrich : Ah qui te l'as dit ?
Odd : C'est d'après des ragots. Et si ça se trouve je vais rencontrer le grand amour !
Ulrich : Oh te réjoi pas si vite. Les ragots ça peut être faux.
Odd : Et si c'est vrai ?
Ulrich : Odd t'es un vrai coureur de jupons.
Odd : Eh ouais !
Ulrich : Bon vient on va être en retard pour le cours technologie
Odd : Aller, on y go.
Puis ils apreçurent William qui tenta de leur sourir et de parler mais ils l'ignorèrent. Ce dernier poussa un gros soupir.

Vendredi, à l'heure de la pause déjeuner :
Un vendredi, un jour gris et triste pour William, il marchais seuldans la cour, n'ayant pas d'apétit. Il était blanc comme un linge.
Puis il apreçu Yumi. Elle l'avait vu. Leurs regards se croisèrent.
William: Salut Yumi ! ça v...
Puis Ulrich arriva, Yumi tourna la tête à William .
Ulrich : Tien salut Yumi ça va ?
Yumi : Bien merci ! Et toi ?
Ulrich : J'ai presque pas dormi car Odd à pas arreter de faire du bruit !
Yumi se mit à rire.
Yumi : Tu vient ?
Ulrich : O-Oui ii mon amie !
Yumi : Pourquoi tu béguaies ?
Ulrich : Excuse-moi, je pensais à autre chose !
William : Eh salut comment ça va...
Mais ils l'ignoraient (sans faire exprès)
Yumi : Vient on va rejoindre les autres pour manger !
Ulrich : Allons-y gaiemant !
Puis ils s'en allèrent. William se mit à pleurer à grosses larmes.
William : *Snif* J'en peu pluuuuuuuuuuuus *hic* ! C'est trop dur *Sanglot* ! J'en ai maaaaaare *snif* personne ne m'aiiiime !!!!!!!!! Tout le monde m'en veeeeeeeeeeeeeeeeuuuut j'aii rien fait e mal personne m'écoute !!!!!!!!!!!!!!!!!
Puis il partit dans sa chambre, s'enferma, s'assis sur son lit pour pleurer sans qu'on le voit. Il commença à se tirer mes cheveux, à crier et donna un grand coup de poing dans le mur.
William : Personne ne m'aiiiiiime hic !
Il sauta le déjeuner, cela faisait la deuxième fois qu'il le faisait. Durant les cours il ne suivait plus, avait même dendance à s'endormir. Yumi ne lui avait même pas dit bonjour, contrairement à la normale.

Le lendemain, samedi matin, avant les cours :
William avait les yeux rouges à force de pleurer, des traits de fatigue se voiyaient à son visage, des cernes apparaissaient dessous ses yeux, son tein était blanchâtre il n'avait pas bien dormi et avait passé une bonne partie de sa nuit à pleurer. Il vit alors le groupe des lyoko-guerriers. Ils rigolaient tous et semblaient vraiment heureux :
Odd : Ey qu'es-ce qui est marron ?
Les autres : Euh...
Odd : Mais non pas "euh..." ! UN MARRON !!!
Les autres : Très drole !
Et ils éclatèrent de rire. William les approcha, essaiya de sourir.
William : Salut de quoi vous parlez ?
Ulrcih : De quoi jme mêle ?
Yumi : ULRICH !
William : ça va j'ai compris ! J'ai plus ma place ! Ben *sanglot* j'ai pas besoin de vous ! Je croyais que vous étiez de vraix amis, *snif*, je vous ai aidé, j'ai tant fait pour que vous réussissiez, mais *sanglot* qu'ai-je fait !?, Personne veux de moi, j'men vait !
Puis il partit vers le parc en pleurant.
Yumi : Ulrich, t'es content ? Pourquoi tu lui à parlé comme ça ! ça ne se fait pas de parler comme ça !
Odd : Mauvais caractère va !
Ulrich : ...
Jérémy : Quelque chose m'inquiète chez lui. Depuis quelques semaines il est comme ça, il a maigri et a a perdu ses couleurs. Et s'en aller comme ça en pleurant, c'est pas son style.
Aelita : Il déprime, et ça à l'air grave.
Yumi baissa la tête, elle était plongée dans ses pensée. Le voir ainsi, et elle se rendit comte qu'elle l'aimait (ooooooh !). Ce n'était plus comme avant pour elle. Son amour avec Ulrich n'était plus vraiment. Elle pensait que c'était mal, mais c'était aussi à elle de décider.
Yumi : Je... je ne peux pas le laisser ainsi. Je doit faire quelque chose
Tout le monde regarda Yumi. Ulrich ouvrit de grand yeux et sentie son coeur battre très vite. Ce qu'il avait craint depuis tout le début. Déjà qu'ils étaient déjà juste amis, mais si elle ne lui disait plus rien. Avait-elle perdu confience ?
Yumi : J-je crois que... Je l'...
Ulrich : Yumi...
Yumi : Toi tait-toi ! Pis tu n'a rien à me dire.
Ulrcih resta bouche bée.

L'après midi, vu que c'était samedi, y'avais pas cours. Aelita et Jérémy étaient allé dans la chambre de ce dernier pour réviser tranquillement leurs cours. Odd et Ulrich étaient dans leurs chambres. Odd jouait à la balle avec Kiwi et Ulrich lisait une BD allongé sur son lit. Quand à Yumi, elle cherchais William dans les quatre coins du collège, courant à droite à gauche afin d'avoir une bonne discution.
Yumi : William !!! WILLIAM !!!!! William où est-tu ? Wiiiiilliiiiiiiaaaaaaaaammm !!!!
Elle checha dans le batiment des sciences, dans le dortoir, dans sa chambre, dans la cour, demandais à tous ceux qu'elle croisait si ils l'avaient vu. En vain.
Yumi : William... où est-tu ? William je.. suis dé-désolée... je t... je je je... t'ai-t'aim-e.

William était allé à l'usine.Il alla dans le monte charge, puis dessendit à la salle du supercalculateur.
William: "Aller mon vieux, XANA es mort, on s'en fiche de toi, vas-y".
Puis il ralluma le super ordinateur, ce qui produi une lumière blanche élouissante.
William : Wah !
Il remonta au laboratoire, voyant que l'ordinateur marchait, il se mit à pianoter toutes sortes de touche . Puis réussi à enclancher la procédure de virualisation.
William : C'est la procédure de virtualisation, je vais dans les scaners.
William décendit en salle des scaners, pénétra dans un caisson et murmura à voix basse "Adieu monde cruel !" Pis il fut virtualisé sut le teritoire foret. Il avait sa tenue de XANAguerrier.
William : C'est pas mal ici ! Mieux que le l'autre endroit !
Puis tout se re-mélangea dans sa tête, si il pouvait pleurer il le ferait. Il s'agenouilla au sol et posa les mains au sol.
William : C'est de ma faute ! Je suis un gros naaaaaze c'est de ma faute je sais rien faire ! Persone veut d'moi tous le monde me hais ! Si ça se trouve même mes parents ils me hais ! Pis moi je hais tout le monde !
5 min après il se releva, un peu plus calme.
William : Jvais pas retourner sur Terre, ils ne m'aiment pas, j'ai pas besoin d'eux.
Il se promena dans le territoire, regardant le décor vert et les arbres gigantesque, puis se dirigea vers une tour, posa sa main dessus et se rendit conte qu'il pouvait y pénétrer .
William : Hein ?
Puis il pénétra dans la tour.
William : Wah ! Alors moi aussi je peux aller dans les tours ! Je vais rester ici et me resposer un peu. C'est cool ici aussi !
Il se plaça au milieu de la plateforme, s'allongea sur le dos, les mains derrière la tête, la jambe droite repliée. Puis il se mit sur le flanc, se recroquevilla, puis ferma les yeux. Et il s'endormi.

Au collège :
Ulrich : Salut Yumi !
Yumi : William a disparu ! Olala c'est de notre faute !
Ulrcih : De notre faute ?
Yumi : Je suis inquiète, depuis tout à l'heure j'ai des spasmes. J'ai un mauvais présentiment.
Ulrich : Arrète t'en faire ! ll est partis faire un tour ! Pis a peu d'interet...
Yumi : (criant) : Ulrich arrete ! J... pis arrete tu m'embrouille !! J... J'en ai marre ! Puis je vais te dire : voila je ne... enfain... Wi-william je... je l'... je je je... roooh pis pourquoi je devrait te dire ça, de toute façon quoi que je te dise qui te déplait tu ronchone !
Ulrich : Yumi, tu ne me dit plus rien ! T'as plus confience ?
Yumi : Fiche-moi la paix ! Et pourquoi tu te souci de mes relations ? On est copains et puis c'est tout et tu m'a dit que c'était clair !
Puis elle partit.
Ulrich : A-attend ! Yumi... Bon pis tu fait ce que tu veux , copine et puis c'est tout !
Yumi se mit à fouiller au delà du collège. Désepérée elle s'assis à même le sol.
Yumi : Tssss j'ai cherché partout ! Au moins trois heures que je cherche ! Dans tous les endroits qu'il connait. Mais vraiment partout ! J'peux pas faire le tour du monde non plus ! Eh mais... attend une seconde... OH ! Non... mais pourquoi pas ? L'USINE ! Non ce... Bon il faut y aller même si il y ai pas, j'aurrais au moin cherché.
Elle alluma son portable et vis qu'elle avait un message de William qui disait : "Je t'aime, mais tu semble comme les autres ne pas m'aimer, vous m'ignorer, alors je part. Adieu."
Yumi : William !!!!!!!!
Puis elle couru à l'usine, la fouilla de font en comble, dans tout les coins et recoins.
Yumi : Non il n'aurrait pas...
Elle décendie en salle du supercalculateur, voyant qu'il était allumé, elle cria :
Yumi : C'EST PAS POSSIBLE !!!!!!!!!!!!!
Elle remonta au labo, s'installa sur le siège et s'écria
Yumi : Oh non !

De son coté, William se réveilla, se mit debout, bailla et sortit de la tour. Puis il s'agenouilla sur le sol, il tremblait légèrement.
William : Je suis malheureux, personne ne m'aime de toute façon jretourne pas sur Terre, il m'aime pas surtout Ulrich. Mais jpeux pas vivre ici... pourquoi je devrait vire ? Chuis inutile et je sais rien faire. Et mes parents ? Non eux aussi ils doivent plus m'aimer.
Il se mits les mains sur le crane, posa la tête et sol et se mit à crier.
William : (crie) J'en ai marre !

Yumi (prend je micro) William, qu'es-ce que tu fou ? Hein ? QUOI ! Les communications ! Elles sont brouillées ! Ah, plus rien ne marche... la virtualisation, elle n'a pas bloquée ! Je vais me virtualisée, y'a pas d'aures choix !
Yumi : Aller Yumi, vas-y.
Elle décendit dans la salle des scaners, pénétra dans un caisson et fut virtualiser sur le territoire Fotêt.
Yumi : Tient ça fait longtemps, j'en avait un peu oublier le décor. Bon, où est-il ?
Elle chercha dans tout le territoire, durant 10 minutes. Puis le trouva debout, sur la pointe des pieds, les bras en croix, vraiment au bort de la plate forme, si près de la mer numérique.
William : Je vais me sucider ! 
Yumi : William !
William choqué se retourna et vis Yumi, dans son costume de ninja au tons bordeaux.
William : Yumi...

Au collège, chambre de Ulrich et Odd :
Ulrich : *marmonement* grrr, pffffff...
Odd : Pourquoi que tu ronchone ?
Ulrich : De quoi jme mêle ?
Odd : mauvais caractère va !
Ulrich : Ecoute, mele toi de tes affaires si c'est pas trop te demandé
Odd : (chantonant) Ulrich est un ronchon, Ulrich est un ronchon !
Ulrich : ODD !!!!!!!!!!
Odd : Jvois même pas pourquoi jte parle dabord ! Pff !
Ulrich : ...

Chambre de Jérémy :
Aelita : Jérémy ?
Jérémy : Qui y'a t-il ?
Aelita : Tout à l'heure, t'as pas remarqué quelque chose de louche dont la façon dont Yumi à répondu à Ulrich ?
Jérémy : Tu sais elle a pu un peu changer, peut-être que tout comte fait elle l'aime.
Aelita : ça ne le ressemble pas.
Jérémy : Oui c'est vrai. Les relations avec les gens peuvent changer.
Aelita : A ce propos j...
Puis elle se tut.
Jérémy : Oui ?
Aelita : Non rien, rien du tout
Jérémy : Ben si dit-le. Tu peux tout me dire.
Aelita : Non en fait j'ai oublier, sa va me revenir, plus tard.
Jérémy : Bon daccord.

Sur Lyoko :
William était devant Yumi, encore surpris, pensant que l'ont ne voulait plus de lui, et voila qu'on vient l'empecher de disparaitre. Yumi le pris par le bras.
Yumi : William, mais qu'es-ce qui te prend ?! t'es devenu fous ! Pourquoi tu es allé t'as rallumé le supercalculateur et te virtualisé ? C'est de la folie !
William : J'en ai ras-le bol ! Pis t'as rien à me dire ! Vas rejoindre les autres, laisse moi seul, tu pensais plus à moi quand tu m'a laisser hein ? Alors continu à m'ignorer, aller !
Yumi : Mais Wi-William, écoute-moi ! Je doit te parler !
William : Tu y pensais pas à ça quand tu m'a laisser pourir dans mon coin ! Laisse moi tranquille ! J'ai pas envie de te parler !
Yumi : William...
Yumi baissé la tête et soupira pronfondément.
William passa devant elle puis s'asseya sur le sol. Yumi s'agenouilla devant lui.
William : Fiche moi la paix Yumi !
Yumi : William écoute, j'ai longement réfléchis et je tenais à te dire quelque chose d'improtant. Excuse moi, on aurait du te donner un entrainement, et je n'ai pas penser, je ne savais pas ce que je faisais. Mais s'il te plait : écoute moi et ne te jette pas dans la mer numérique.
William : Je t'ai dit de me ficher la paix ! Va donc retrouver Ulrich et les autres, continu à me laisser, aller ! Aller ! Mais vas-y, eux on peut leur faire confience, hein ! Si, vas-y, tu peux t'en aller, je te retien pas hein ! Pourqois perd-tu ton temps ? Et pourquoi venir me parler allors que tu m'a ignorer quand je pleurais depuis quelques bonnes semaines !?
Yumi le pris par les mains et le regarda dans les yeux.
Yumi : Ecoute-moi et cesse de t'énerver. J'ai vraiment beaucoup réfléchi et je me suis rendue conte de quelque chose. Voila : je m'en veut terriblement de t'avoir laisser tout seul, mais on avait pas fait exprès j'ai passé une très grande partie de l'après midi a te chercher de font en comble.
William : Hein, pourquoi ?
Yumi : Parce que je... je t'aime William, voila pourquoi.
Puis elle s'aprocha et l'embrassa sur le front.
William : Yumi...
Yumi l'aida à se relever, puis il s'enlaça autour du cou, elle passa son bras autour de la taille de William et lui carsessa légèrement le dos avec la main gauche.
Yumi : Je t'aime...
William : Moi aussi.
Ils n'avaient jamais été aussi heureux.
Yumi : Dit on rentre su Terre ?
William : Oui.
Ils se dévirtalisèrent. Une fois dans la salle des scaners, ils décendirent à la salle du supercalculateur pour l'éteindre. A la sortie de l'usine, ils se donnèrent la main.
Yumi : C'est la première fois qu'on se tient la main, ça fait un peu drole.
Puis elle lui sourit.
William : tu es belle quand tu sourit.
Yumi : M-mer-merci.
Puis deux jours plus tard, ils ne se quittaient plus. William n'était plus déprimé, il ne pleurais plus, arivait à dormir normalement, mangait mieux et avait repris ses couleurs. Il était même heureux car il était avec celle qui l'aime. Ils n'en avait pas parler aux autres par peur de créer un conflit.
Lundi, 8h00 :
Aelita : Salut vous deux !
Jérémy : bonjour !
Odd : (regardant Ulrich) Oh ils on pas mimi ceux deux là pas vrai, pas vrai ?
Ulrich : T'était passé où alors samedi ?
William : De quoi jme mêle ?
Ulrich : ...
Odd : Ah, ah !
Ulrcih : Odd !
Odd : Pfff !
Ulrcih : Oh excuse-moi Odd
Odd : T'es pardoné.
A la récréation :
Aelita, Ulrich, Odd, Yumi et Jérémy étaient regroupés près d'un banc commme à leur habitude. William arriva, le sourir aux lèvres.
William ; Yumi, tu peux venir s'il te plait ?
Yumi : Bien sur !
Ils s'en allèrent vers le parc, ils s'assirent sur un banc.
Yumi : Alors, tu voulais me dire quoi ?
William : J'ai un petit cadeau pour toi qui vient de mon coeur.
Il sortit alors de sa poche un écrain de couleur sombre et lui tendit.
Yumi : Oh qu'es-ce que c'est ?
William : Ouvre-le, tu vera.
Yumi ouvrit l'étain de couleur sombre et découvrit un supberbe ras-de cou assez discret en or.
Yumi : Oh ! Il est magnifique ! Merci mais il ne falait pas !
William : Mais si ! Puis tu ne mets jamais de bijou ! Tu veux que je te le mette ?
Yumi : Oh, oui s'il te plait.
Il lui mis le colier autour du cou puis délicatement, mis sa mains sur sa joue et elle déposa sa mains sur son épaule. Yumi l'embrassa sur la joue.
Yumi : Alors, il me vas bien ?
William : Yumi, tu es magnifique !
Yumi : Merci beaucoup !
William : Je ne fait que dire la véritée.
Après les cours, ils s'en allèrent marcher dans la forêt en amoureux, main dans la main se regardant.
Yumi : Tu nous en veux plus alors ? T'es plus déprimer ?
William : Nan c'est fini ça !
Du coté des autres, dans la chambre de Jérémy :
Odd : Dit Ulrich t'es pas jaloux que Yumi aime le beaux ténébreux ?
Ulrich : Nan.
Odd : T'es sur ?
Ulrich : Oui, pis c'est pas bien d'être jaloux.
Jérémy : Ah bas c'est bien !
Aelita : Oui hein !
Puis ils se mit à rirent.
Du coté du ptit couple :
Yumi : Dit moi tu pense qu'on devrait leur dire pour notre relation ? Et pour le supercalculateur ?
William : Boh ça presse pas ! Pis pourquoi se prendre la tête, alors qu'on est là, ensemble ?
Yumi : Oui tu as raison !
Et ils s'embrassèrent.
FIN !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
 
 

Commentaires
 
Note :
0
Commentaire de DerDoctor - Posté le 13-07-2015 à 18:34

De plus, puisque tu t'es permis d'écrire un commentaire pour te mettre 20/20, je vais faire de même, mais je vais te mettre un 0/20 pour inverser.

Note :
11
Commentaire de DerDoctor - Posté le 13-07-2015 à 18:33

De nombreuses fautes d'expression et de maladresses dans l'écriture. Le geste de William semble quelque peu "abusé", sans réel motif ; en particulier l'accusation d'Ulrich comme quoi il ne l'aime pas : William n'en a jamais rien eu à faire, ça lui est égal! C'est pareil pour ses parents : peut-être aurait-ce été une piste intéressante à aborder.

Note :
20
Commentaire de William_fan - Posté le 28-12-2012 à 13:44

Vous êtes adorable merci :3

Note :
20
Commentaire de Mme-Dunbar - Posté le 27-09-2012 à 19:34

Bravo cousine ! (love) Super fan fic ça a du te prendre beaucoup de temps ! En tout cas j'ai adoré c'est une de mes fanfictions préférées et vive WxY ! Un beau 20 pour toi !

Note :
20
Commentaire de Carine-Della-Robia - Posté le 24-09-2012 à 12:28

Gé-nial!! (love) (love) (love) ça change de la réalité :)

[ Voir tous les commentaires / Ajouter un commentaire ]