Valid XHTML 1.0 Transitional
ipv6 ready

Fanfictions
 
 
  Renouveau chapitre un : Un nouveau départ
Écrite par scaevola le 29/03/2010 à 13h07
Note : 13,8/20 Catégorie : Futur de la série
Lue 4307 fois C'est le chapitre 1 de ma fanfiction ! Merci de m'écrire sur la communauté Carthage ou le forum, de préférence des critiques constructives pour que je m'améliore dans les prochains chapitres.
 
 

 
 

Chapitre un : Un nouveau départ

 

     Un samedi après-midi, en septembre, trois élèves se trouvaient dans le gymnase du collège Kadic. Yumi, en première, et Ulrich, une classe en-dessous, faisaient un combat d'arts martiaux. Le style de la jeune japonaise se caractérisait par des attaques violentes, tandis que son adversaire montrait sa maîtrise du Penchak-Silat. Soudain, il lança un coup de pied circulaire qui faucha les jambes de son amie.

 

     « Aïe !

 

     - Désolé Yumi, mais tu m'avais dit d'y aller franchement alors...

 

     - N'empêche que c'est pas équitable ! Pendant l'été t'es devenu plus grand que moi, et en plus tu t'entraînes pour le tournoi de cet hiver, je peux plus suivre, moi !

 

     - T'es quand même assez bonne pour m'en coller quelques-unes...

 

     - Dites, si vous faisiez une pause ?

 

     - Toi, William, on t'a pas sonné, répliqua Ulrich en se tournant vers leur spectateur assis contre le mur. Pourquoi tu restes ici, t'as pas des devoirs à faire ?

 

     - Si, mais cette année tout ce qui m'intéresse c'est d'avoir mon bac français avec une assez bonne appréciation pour que mon père me fiche la paix, le reste c'est pas si important... Et j'ai bien le droit d'assister au spectacle, non ? D'ailleurs je pourrais en dire autant pour toi, la seconde c'est plutôt dur et tu n'as pas eu des notes excellentes jusqu'ici, je me trompe ?

 

     - Encore une fois, occupe-toi de tes affaires... »

 

 

 

     Plus loin, dans le foyer des élèves, deux autres garçons jouaient aux échecs devant quelques spectateurs moyennement intéressés, à part une certaine jeune fille aux cheveux roses.

 

     « Et voilà, échec et mat, j'ai encore gagné !

 

     - Zut ! Décidément j'arriverai jamais à contrer ta combinaison de cavaliers...

 

     - Bah, ton attaque aux pions n'était pas si mauvaise. Mais tu détestes sacrifier des pièces, c'est pour ça que tu n'arrives pas à percer...

 

     - Tu y arriveras, intervint Aelita, il ne pourra pas toujours te battre.

 

     - Peut-être bien, dit Jérémie, mais j'ai déjà perdu 17 parties sans gagner une seule fois.

 

     - Désolé Jérémie, dit le vainqueur, qui commençait à ranger les pièces, mais tu n'y arriveras pas. Je suis pas bon en sport et vous deux me battez en classe, mais dès qu'il s'agit d'un jeu, de cartes, de plateau, de société, je suis imbattable.

 

     - Ouais, glissa Jérémie, il paraît même que tu ridiculises Odd aux jeux vidéos...

 

     - C'est pas sa faute, je suis juste trop fort pour lui.

 

     - Et surtout d'une modestie incomparable, soupira Aelita. Au moins, tu t'es bien intégré ?

 

     - Oui. J'aime bien ce lycée, je regrette pas d'avoir du déménager. Et, sauf quand je viens de gagner, on ne me trouve pas trop insupportable !

 

     - Tes parents vivent à l'étranger, c'est ça ?

 

     - Oui... Ca leur a pas suffi de se séparer, ils voulaient mettre en plus la plus grande distance possible entre eux, alors comme je voulais pas quitter la France, il a fallu qu'ils me choisissent un internat pour cette année. Leur dernière décision commune ! Et vous ? Comment sont vos parents ? »

 

     Question mal placée.

 

     « Les miens sont très bien, assura Jérémie. Pierre, si on parlait d'autre chose ?

 

     - D'accord, répondit ce dernier, un peu surpris.

 

     - Non, c'est bon, intervint Aelita. En fait, mes parents sont décédés.

 

     - Ah. Désolé, je crois que j'ai mis les pieds dans le plat...

 

     - Ce n'est rien. Bon, Jérémie, on va à la bibliothèque, il nous reste des devoirs, non ?

 

     - Si. En plus, il faut que je fasse ceux d'Odd, j'ai encore fait un pari idiot avec lui...

 

     - Règle de base : ne jamais jouer au plus bête avec Odd, remarqua Pierre. Je lui ai déjà fait une demi-douzaine d'exercices de maths avant de savoir à qui j'avais affaire.

 

     - Oh, il n'a pas toujours gagné...

 

     - Il choisit juste les bons pigeons, pas vrais les garçons ?

 

     - Ouais, d'accord, ça va... Moi j'ai fait mes devoirs, mais j'ai quelques livres à rendre, je vais les chercher, on se voit à la bibli... »

 

     Sur ce, ils se séparèrent.

 

     Aelita et Jérémie prirent le chemin de la bibliothèque en discutant gaiement. Le soleil brillait, tout se passait bien. Leur relation était toujours aussi intime, leur groupe d'amis très soudé, William s'y était intégré et il s'entendaient bien avec Pierre Dautin, le nouveau venu et désormais quatrième de la classe avec son 17/20 dans le premier contrôle de l'année, juste après Hervé.

 

     Mais les deux adolescents avaient un secret qui s'apprêtait à les rattraper.

 

     Leurs téléphones bipèrent au même moment. Les deux amis se regardèrent, interloqués. Un message chacun, au même moment ?

 

     A mesure qu'ils le lisaient, leur visage s'assombrissait. Quand ils arrivèrent à la signature, ils se regardèrent et repartirent vers les dortoirs en courant.

 

     Arrivés au premier étage, ils croisèrent Odd qui leur demanda avec humour quelle catastrophe pouvait réussir l'exploit de faire courir Jérémie devant Aelita.

 

     « X.A.N.A. » lui répondirent-ils. Le jeune homme à la coiffure excentrique les suivit sans un mot. Il savait que ses amis n'auraient pas osé plaisanter sur ce sujet. C'était donc bien une catastrophe.

 

     Arrivés dans la chambre de Jérémie, le jeune génie alluma son ordinateur tandis qu'Aelita sortait son ordinateur portable et l'y connectait.

 

     « Bon, vous pouvez m'expliquer ?

 

     - Regarde ça, lui intima Jérémie en lui donnant son portable sur lequel le message était toujours affiché.

 

     - Il y a écrit « HELP », et puis il y a, euh... pour moi ça ressemble tout à fait à une suite de lettres et de chiffres sans queue ni tête, mais je suppose que ça doit vous dire quelque chose...

 

     - C'est une adresse Internet cryptée.

 

     - Et c'est quoi, ça ?

 

     - Comme son nom l'indique, lui expliqua Aelita, c'est une adresse Internet, comme celles que tu écris dans ton navigateur, sauf qu'elle ne conduit pas à un site mais à un passage secret, si tu veux, un site pirate qui s'implante sur un serveur comme un virus et auquel on ne peut accéder qu'en connaissant la clé qu'on nous a envoyée.

 

     - J'ai compris ! Y'a pas à dire, tu t'en tires mieux qu'Einstein pour les explications !

 

     - Ca va, Odd. Bon, j'ai accédé au site, mais il y a plusieurs verrous, et je dirais que c'est le genre de code à douze chiffres ou lettres. Et on ne peut pas savoir à l'avance combien de couches il y a.

 

     - Et où est XANA, dans tout ça ? Il a été pulvérisé par votre anti-virus multi-agents, non ?

 

     - Regarde la signature, juste après l'adresse cryptée.

 

     - F.H. C'est Franz Hopper !

 

     - Je suppose... Et s'il nous a indiqué ce site, ce n'est certainement pas par hasard.

 

     - Dites, il était pas censé être... vous savez, quoi... mort ?

 

     - Si, mais je suppose qu'il nous réserve encore quelques surprises. Mais là, je ne sais vraiment pas comment il a fait pour s'en sortir. D'ailleurs, j'ai regardé avant de me connecter, le supercalculateur ne répond pas, il est donc bien éteint.

 

     - Dis, Jérémie, j'ai autre chose ici !

 

     - Quoi ?

 

     - Oui, après la signature, j'ai une autre série de chiffres, plutôt longue... Et celle-là, c'est du langage binaire !

 

     - Montre-moi ça... C'est un code source !

 

     - Tu en es sûr ?

 

     - C'est quoi ça ?

 

     - Désolé, Odd. C'est un code qui sert de base à un programme, les verrous informatiques du site pirate, ici. Normalement, en reprogrammant le navigateur de l'ordinateur avec, on pourra passer à travers et faire comme s'ils n'existaient pas.

 

     - Génial ! Vous le faites ?

 

     - Le problème, Odd, intervint Jérémie, c'est que si ce n'est pas le bon code, ou alors un code invalide, il va se produire un phénomène de rejet qui déstabilisera les codes de l'ordinateur et pourrait même produire un blocage au niveau du disque dur.

 

     - C'est-à-dire ?

 

     - Un méga-bug qui bloquera tout l'système. C'est un pari, on essaye ?

 

     - A propos, j'espère que t'as pas oublié ta promesse...

 

     - Jérémie, vas-y. De toute façon, si on essaye de trouver le code, ça nous prendra des décennies !

 

     - D'accord, Aelita, après tout on a pas tellement le choix... J'ai juste un peu peur pour mon ordi... En revanche, si c'est le bon code, ça voudra dire que Franz Hopper a bien envoyé le message, puisqu'il a choisi d'envoyer les plus importantes informations à sa fille. J'ai fait les manip', maintenant faut attendre un peu. »

 

 

 

     A la bibliothèque.

 

     « C'est pas dans leurs habitudes de me faire faux bond, j'ai vraiment dû les froisser en leur parlant de leurs parents » marmonna Pierre.

 

 

 

     « Voilà, s'écria Jérémie, c'était bien le bon code, maintenant voyons voir ça... »

 

     Jérémie se pencha pour lire les lignes de code qui apparaissaient sur son écran, tandis qu'Aelita affichait les mêmes sur celui de son portable. Odd essaya un moment de comprendre ce qu'il lisait par-dessus l'épaule du génie avant de laisser tomber, complètement dégoûté.

 

     « Incroyable ! C'est Franz Hopper là-dedans !

 

     - Jérémie, tu peux m'expliquer comment Hopper s'est retrouvé sur un site internet ?

 

     - Eh bien, il a reconverti les données numériques de son enveloppe virtuelle en langage binaire compatible avec le serveur sur lequel il s'est installé, et...

 

     - Aelita, pitié, fais-le taire et explique-moi, s'il te plait !

 

     - Eh bien, quand Lyoko a été détruit la dernière fois, mon père s'est installé sous forme de programme informatique sur ce serveur et c'est de là qu'il nous a envoyé les données dont nous avions besoin, avant de se recréer un corps virtuel avec lequel il a pu nous aider à finir le programme anti-XANA. C'est ce corps qui a été sacrifié, et les données de mon père ont été conservées ici pendant tout ce temps !

 

     - C'est génial ! Alors il est vivant ?

 

     - Oui, dit la jeune fille, les larmes aux yeux. Il est vivant ! Et comme il ne disposait plus d'assez d'énergie, il a du attendre d'en avoir récupéré assez pour nous envoyer ce message, pour nous permettre de le retrouver.

 

     - Oh, oh... Aelita, on a un problème.

 

     - Qu'est-ce qu'il y a, Jérémie ?

 

     - Ben, j'ai fouillé un peu dans les dossiers, et j'ai trouvé une alerte. Quelqu'un est en train de briser les protections du site de sauvegarde de Hopper. Regarde, il y a dix-huit protections, chacune déverrouillées par un code de vingt chiffres ou lettres. Mais il y en a déjà douze de franchies, et il est en train d'entrer toutes les lignes de codes potentiellement correctes après avoir brisé le programme de restriction. »

 

     Il se tourna vers Odd qui s'apprêtait à poser une question. « En clair, il entre tous les codes possibles, sauf que normalement on a droit qu'à trois entrées toutes les dix minutes et qu'il en entre plus de mille à la seconde !

 

     - Comment c'est possible ? demanda Odd, effaré.

 

     - Il n'y a qu'un programme multi-agents qui soit capable de contourner une telle sécurité, dit Aelita en pianotant sur son ordinateur. Et sa signature virtuelle est caractéristique.

 

     - Laissez-moi deviner, gémit Odd. Le nom du coupable fait quatre lettres, commence par un X, finit par un A et a AN au milieu, je me trompe ? »

 

     Ils se regardèrent. Leur vieil ennemi venait de faire un retour pour le moins inattendu.

 

 

 

     Quelques centaines de mètres plus loin, cinq minutes plus tard, Yumi, Ulrich et William rejoignaient Aelita, Jérémie et Odd dans un monte-charge branlant qui les descendit au sous-sol de l'usine désaffectée dans laquelle ils se trouvaient.

 

     Arrivés à l'étage le plus profond, ils s'arrêtèrent et Jérémie appuya sur un bouton, leur permettant d'admirer une scène de science-fiction : des plaques de métal s'écartèrent sur le sol au centre de la pièce, et deux cylindres imbriqués s'élevèrent de manière à ce que la structure centrale soit trois fois plus élevée que le cylindre extérieur.

 

     « Waouh ! Alors, Jérémie, ce machin-là, c'est le super-calculateur ? William paraissait plus inquiet qu'enthousiaste, en contradiction avec son ton léger.

 

     - Ouais. C'est vrai que c'est la première fois que tu vois ça.

 

     - Bon, Jérémie, intervint Yumi, vous nous avez appelés parce que vous disiez que vous aviez du nouveau sur Franz Hopper et qu'il fallait qu'on rallume le super-calculateur, mais je te préviens que c'est hors de question si vous n'avez pas une très bonne raison.

 

     - Je suis d'accord, dit William, cette machine n'a rapporté que des ennuis, et Franz Hopper est même mort pour l'avoir faite. Je suis content de connaître Aelita, évidemment, mais sans ce truc, elle aurait pu avoir une vie normale ! Et nous aussi !

 

     - Mon père est vivant, et il est en train de se faire attaquer par XANA. Il a échappé à notre programme multi-agents, et il est de retour. »

 

     Dès qu'Aelita eut fini de parler, il régna un silence de mort pendant quelques secondes.

 

     « C'est une bonne raison, dit Ulrich. Vous nous expliquez ? »

 

     Aelita et Odd se lancèrent dans des explications rapides que Jérémie conclut en disant : « On n'a pas de temps à perdre. Si Franz nous a envoyé ce message, ce n'est pas parce qu'il l'a voulu, il voulait probablement finir de se remettre en forme avant de se montrer, mais XANA lui a forcé la main avant qu'il puisse se débrouiller tout seul. On est sa dernière chance, alors il faut faire vite.

     William est aussi concerné que nous, on aura besoin de lui et de toute façon on ne peut plus lui faire oublier quoi que ce soit... Qui est pour rallumer le supercalculateur ? »

 

     Il leva la main en même temps qu'Aelita, suivie par Odd et Ulrich puis par Yumi et William, plus réticents.

 

     « Il faut arrêter XANA, soupira la japonaise, et je suppose que c'est notre seule solution...

 

     - Dans ce cas, c'est décidé. Aelita, dit Jérémie en se tournant vers elle, cette fois-ci, c'est à toi de l'allumer. Hopper voudrait que ce soit toi qui le sauve.

 

     - Bon... Dans ce cas... »

 

     Elle s'avança vers la machine, ouvrit le panneau latéral, et, résolument, abaissa la poignée.

 

     Aussitôt, le super-ordinateur bourdonna, clignota, avant de se mettre en marche dans un flash de lumière aveuglante !

 

     « Pas mal, les effets spéciaux, grogna William. Maintenant, si on y allait ? XANA m'a volé des mois de ma vie, j'ai envie de lui mettre une bonne raclée...

 

     - Alors, montez aux scanners. Si ça vous dérange pas, vous prenez les escaliers et moi l'ascenseur, j'aimerais un peu me réhabituer à la bécane et faire le point avant de vous envoyer là-bas. »

 

     Ses amis entamèrent l'escalade des échelons, tandis qu'il monta au laboratoire. L'holomap ne s'était pas encore réactivée, mais il eut la satisfaction de voir l'écran s'illuminer dès qu'il toucha un bouton après s'être assis sur le fauteuil. Il avait presque oublié ces impressions. Il faut dire que tout ça datait de plusieurs mois...

 

     « Bon, dit-il à ses amis à travers le micro, j'ai réfléchi avec Aelita à un plan d'action pendant qu'on venait ici. Avant qu'on n'éteigne le supercalculateur, nous avions lancé un dernier retour dans le passé, et comme nous n'avons effectué avec aucune action depuis, nous devrions avoir assez de mémoire pour télécharger toutes les données relatives à Franz Hopper dans la partie sécurisée du supercalculateur.

     Néanmoins, pour ça, il faut employer plus de ressources que ce dont je dispose depuis le labo, vous devrez donc faire ça depuis l'interface du 5ème territoire.

     Le problème, c'est que XANA est prévoyant, si ça se trouve il attendait que nous rallumions le supercalculateur et le temps que je vous virtualise il aura prévu quelques pièges.

 

     - Encore une clé à activer ?

 

     - Non, non, il est incapable désormais de faire ça, je vous l'avais dit. Il n'a pas plus de pouvoirs dans le cinquième territoire que dans les autres, mais c'est déjà pas mal. Faites gaffe aux rampants !

     J'ai bientôt terminé les procédures de virtualisation, décidez entre vous qui part en premier le temps que je vérifie que je n'ai pas fait d'erreurs, ça fait quand même un bout de temps...

 

     - Bon, dit William, si entre-temps on pouvait m'expliquer ? Aelita ?

 

     - On retourne dans le territoire que tu as déjà visité, sauf qu'il n'y aura pas de clé à actionner. En revanche, on risque de rencontrer les monstres que tu as déjà vus...

 

     - Pas de problèmes, je les ai écrasés, je peux bien le refaire !

 

     - Je te signale que c'est en disant ce genre de trucs que tu t'es fait avoir par la Méduse, beau brun, lui dit sèchement Yumi, ce qui eut sur lui l'effet d'une douche froide.

 

     - Bon, on part quand ? demanda Odd en ricanant.

 

     - Maintenant ! dit Jérémie. Qui plonge en premier ? »

 

     Ulrich, Yumi et Odd s'installèrent dans les scanners.

 

     « Transfert Yumi ! Transfert Ulrich ! Transfert Odd !

     Scanner Yumi ! Scanner Ulrich ! Scanner Odd !

     Virtualisation ! »

 

     Sur le monde virtuel, les trois adolescents apparurent dans leurs combinaisons violette, rouge ou jaune. Il atterrirent tout en souplesse sur l'aréna bleue au sol décoré du sigle de l'œil stylisé et s'écartèrent de leur point de chute avant de s'étirer, retrouvant non sans un certain plaisir la gravité un peu plus faible du monde virtuel.

 

     Bien sur, il y avait des inconvénients. De l'air, mais pas moyen de le respirer. Pas d'odeurs, de sensations. Et, pour l'instant, pas grand-chose à entendre à part le bourdonnement de l'enveloppe de l'aréna qui tournoyait en se stabilisant petit à petit.

 

     Leurs amis arrivèrent après quelques secondes. Aelita, moins sportive que les autres mais qui avait gardé un peu de ses habitudes se reçut correctement, mais William fut déséquilibré par son énorme sabre et faillit s'étaler.

 

     « Pas mal, pour une première fois, commenta Aelita avec un sourire. Mais c'est ta deuxième, et tu t'en étais mieux sorti avant, non ?

 

     - La première fois, je prenais tout ça pour un jeu vidéo géant et j'étais remonté à bloc. Maintenant, je peux pas m'empêcher de penser à ce qui pourrait encore m'arriver.

 

     - C'est pas plus mal d'avoir un peu la trouille, glissa Ulrich. Ca rend prudent.

 

     - Bon, les amis, intervint Jérémie, j'ai bientôt fini de convertir le code source en une version compatible avec le supercalculateur, quand ce sera fait nous aurons accès au site de Hopper. Pendant ce temps, avancez vers l'interface, je garde un œil sur l'écran de contrôle. »

 

     Le chemin s'étant ouvert, ils se mirent à courir vers leur objectif.

 

William avait de nouveau sa combinaison blanche, et son épée avait la même forme que lors de sa première apparition dans le monde virtuel.

 

Ils n'avaient traversé que deux salles quand Jérémie leur parla de nouveau.

 

« Attention ! La salle au bout de ce couloir est infestée de Rampants, XANA vient juste de les créer.

 

     - Chic, des limaces toutes fraîches ! 

 

     - Tu trouves, Odd ? Moi je les ai vus qu'une fois, mais ils m'ont plutôt fait l'impression de serpents à pattes... En plus gluants, évidemment.

 

     - Odd, William, taisez-vous et concentrez-vous ! Vous êtes lourds, vraiment, c'est pas le moment de discuter, on a du nettoyage à faire et pas beaucoup de temps ! Jérémie, y'en a combien ?

 

     - Ben, juste une trentaine... Bonne chance.

 

     - Merci quand même, soupira Ulrich. »

 

     Ils débouchèrent dans la salle qui s'emplit de grognements rauques. Les monstres commencèrent à charger leurs lasers. Ils étaient positionnés au sol, certains sur des piliers de diverses hauteurs qui étaient un peu partout dans la salle.

 

     « A couvert ! »

 

     Une rafale de rayons s'abattit sur les héros qui s'enfuirent dans toutes les directions. William, alourdi par son arme, fit une roulade en manquant de se faire toucher plusieurs fois et fonça vers le plus proche groupe.

 

     Ulrich chargea vers un pilier en Supersprint et courut tout du long, le corps à l'horizontale. Arrivé presque en haut il se remit à la verticale, dégaina un sabre, fit une pirouette dans les airs et trancha les deux monstres qui se trouvaient en haut par le mouvement circulaire de son arme avant de retomber et de courir presque aussitôt vers de nouvelles cibles.

 

     Odd grimpa à un mur et, arrivé en haut tout en essuyant une pluie de tirs, se renversa et lança une douzaine de flèches-lasers avant de toucher le sol, détruisant trois monstres.

 

     Yumi fit une série de mouvements de gymnastiques, mémorisant les emplacements des Rampants et se mit à couvert derrière un pilier avant de lancer ses éventails par une trajectoire courbe. Ils détruisirent deux monstres avant de revenir dans sa main.

 

     Pendant ce temps, William avait été forcé d'arrêter son élan vers le groupe de monstres qu'il avait choisi pour parer les tirs, quand Aelita, qui s'était envolée grâce aux ailes de sa combinaison, en détruisit deux par la voie des airs, fournissant aux jeune homme la diversion dont il avait besoin pour s'élancer et attaquer les quatre restants par de grands mouvements de son arme.

 

     « Aelita ! Par ici ! »

 

     Ulrich avait atteint la sortie et en avait dégagé les abords, détruisant une demi-douzaine de monstres. Aussitôt, Aelita profita de l'ouverture et, donnant toute la vitesse de ses ailes, fonça vers la sortie qu'elle franchit. Ulrich se mit entre elle et les monstres qui le prirent pour cible, mais il arrêta toutes les attaques et en renvoya même quelques-unes qui réduisirent deux monstres à néant.

 

     Pendant ce temps, William avait profité de la distraction des Rampants, causée par la fuite d'Aelita, pour passer dans leurs rangs en faisant des ravages, bientôt imité par Ulrich, et Odd et Yumi n'eurent à finir que ceux d'entre eux qui, sur les piliers, étaient à l'abri des attaques au sol.

 

     « Waouw ! Ils sont plus combatifs que la dernière fois.

 

     - Je suppose qu'alors, leur seul objectif était de t'amener vivant à la méduse... XANA avait besoin d'un serviteur, et comme tu étais nouveau tu ne t'es pas méfié du tas de gelée...

 

     - Je vois... En tout cas vous êtes plutôt forts... Et moi alors, j'ai pas de pouvoirs ? Du genre courir super vite comme Ulrich, ou voler comme Aelita ?

 

     - Non... je suppose que c'est parce que Jérémie n'a pas pu t'en programmer et que ceux que XANA t'avait donné ont disparu...

 

     - Dites, dit Yumi, si on y allait maintenant ? Aelita est toute seule là-bas.

 

     - Tiens, non, la voilà, je suppose qu'elle nous a attendus... »

 

     En effet, Aelita revenait mais manifestement, elle semblait plutôt avoir un problème : elle semblait terrifiée. Aussitôt ressortie du couloir par lequel elle était partie, elle se jeta sur le coté. La raison ne se fit pas attendre : une rafale de rayons lasers sortit de l'ouverture, comme si plusieurs tarentules tiraient de l'autre coté.

 

     « Jérémie, qu'est-ce qu'il se passe ? hurla Yumi tandis qu'Aelita courait vers eux.

 

     - Un nouveau monstre ! Désolé, mais Aelita est tombé dessus devant l'ascenseur et j'étais occupé à calculer le temps qu'il nous reste, maintenant que je suis de nouveau sur la base des données de Hopper.

 

     - Quelles nouvelles ? demanda Aelita quand elle les rejoignit.

 

     - Pas bonnes... Dans quinze minutes au plus, XANA aura craqué les derniers codes d'accès... Et il faut compter au moins cinq minutes pour le téléchargement ! Aelita doit passer ! »

 

     A ce moment, le nouveau monstre de XANA montra sa tête.

 

     Il se composait d'un corps cuirassé en forme de tonneau, du diamètre approximatif d'un pneu de voiture qui s'effilait légèrement sur le devant pour se terminer par un œil de XANA parfaitement plat, grand comme celui d'un Kankrelat.

 

     Si son corps n'était pas très imposant, il disposait en revanche de huit pattes effilées, semblables à celles des Krabes et pas plus épaisses, mais longues de quatre mètres, à quintuple articulation. Quatre étaient orientées vers le bas et soutenaient la carcasse de la créature. Les quatre autres, orientées vers le haut, assistaient manifestement sa progression en accrochant les murs et le plafond, mais dès qu'il sortit du boyau juste assez large pour lui, le monstre les pointa en avant comme des faux, tout aussi dangereuses.

 

     Surtout, sortant juste derrière l'œil de XANA, quatre appendices se terminaient en canons lasers, comme les pattes des tarentules, et visaient ostensiblement les Lyoko-guerriers.

 

« Mais qu'est-ce que c'est que ce truc ?

 

     - Je n'en sais rien, on ne l'a jamais vu, répondit Yumi à William.

 

     - Il m'a pris en chasse dès que je suis sorti dans la salle de l'ascenseur, gémit Aelita. Ses rayons sont très dangereux, d'après Jérémie j'ai perdu 80 points de vie en deux impacts !

 

     - Bon, intervint Ulrich, je propose de se disperser pour éviter de se faire toucher. Moi et William on va faire diversion. Yumi, Odd, vous protégez Aelita et vous la conduisez à l'interface, on va faire notre possible.

 

     - Soyez prudents, dit Jérémie, ce monstre a au moins trois cents points de vie !

 

     - Et comme son corps n'a pas l'air vulnérable, il faut qu'on réussisse à atteindre sa cible de XANA... Un coup suffira » précisa Ulrich à William qui hocha la tête.

 

     Ce qu'ils avaient devant eux était autrement plus dangereux que les Rampants, il l'avait bien compris.

 

     D'ailleurs, apparemment lassée d'attendre qu'ils aient fini de parler, la créature avait passé à l'attaque et tirait à un rythme effréné les lasers qui tombèrent en pluie sur les héros, à une cadence jamais vue jusqu'alors.

 

     Tous se dispersèrent à nouveau, mais Odd, qui avait réagi moins vite que les autres, fut touché au bras alors qu'il faisait un saut et, déséquilibré, tomba par terre.

 

     Aussitôt, le monstre concentra le feu de deux de ses canons sur lui tandis qu'il continuait à mitrailler les autres avec ceux qu'il lui restait. Seule l'activation de son bouclier au bon moment sauva l'homme-chat de la dévirtualisation, mais il prenait trop d'impacts et commençait à faiblir quand Aelita attaqua le monstre avec deux champs de force simultanés. Le monstre fit exploser l'un d'eux avec le tir combiné des deux canons dont il avait mitraillé Odd, ce qui provoqua une petite explosion d'énergie, et arrêta l'autre avec une de ses pattes.

 

     Aelita pensa l'avoir eu, mais en réalité l'onde de choc rose ne se propagea pas à la créature mais seulement à la patte touchée, qu'elle parcourut sur toute sa longueur avant de la faire exploser, sans dommage direct pour son propriétaire.

 

     C'est alors qu'Ulrich surgit par la gauche, sabres au clair, tranchant une autre patte mais ratant le monstre qui se recula avec une vivacité extraordinaire et s'accrocha à deux piliers voisins avec ses six pattes restantes.

 

     Ulrich eut beau attaquer férocement et la cible, et les dangereuses faux avec laquelle la créature s'agrippait, le monstre se reculait ou rétractait ses pattes toujours au bon moment, et ayant orienté ses canons vers le samouraï virtuel, il fit feu, trois fois plus vite que l'aurait fait une tarentule, avec une puissance qui força Ulrich à reculer peu à peu ; malgré son adresse à parer les coups, il était près de céder et se fit toucher une fois...

 

     A ce moment-là, William tourna le coin d'un pilier, sauta, et, attaquant le monstre par-derrière, trancha d'un coup de sabre deux de ses canons.

 

     Poussant une espèce de sifflement aigu, la créature grimpa en quelques secondes tout en haut des piliers, hors de portée, tirant en rafale sur les deux épéistes qui parèrent les coups en battant en retraite cote à cote. Mais elle ne bloquait plus le passage et Aelita plongea en piqué, prenant encore une fois en rase-mottes le couloir vers l'ascenseur, suivie de Yumi et d'Odd.

 

     La créature comprit trop tard et tourna inutilement ses canons vers les fuyards, puis, furieuse, vers les deux adversaires qu'il lui restait. Pendant ce temps, les deux jeunes gens avaient profité de l'interruption momentanée pour se concerter rapidement.

 

     Quand ils se sentirent de nouveau menacés, William se retourna et se mit à courir un peu plus loin, tandis qu'Ulrich se retournait vers le monstre et lui lançait :

 

     « Eh, la mocheté ! Tu me diras quel effet ça fait, une lame dans le ventre ! »

 

     Et il se retourna vers William qui en fit autant et fonça vers son rival, qui se renversa sur le dos. William sauta sur ses pieds et le samouraï le propulsa en l'air. William vola, l'épée pointée vers le monstre...mais, rendu trop lourd par son arme, il s'éleva à peine de quelques mètres avant de retomber sur le sol.

 

     La créature, qui l'avait suivi de ses deux canons restants, prête à le repousser, fut un instant perplexe...avant de recevoir en plein centre de sa cible de XANA un sabre qu'Ulrich lui avait lancé une fois rétabli sur ses pieds.

 

     Le séide de XANA explosa avec un bruit des plus satisfaisants, libérant une avalanche de débris qui disparurent au bout de quelques secondes.

 

« Voilà, qu'est-ce que je disais...

 

     - Franchement, grogna William en se relevant, pourquoi est-ce que c'est moi qui devait faire la cible ?

 

     - Parce que avant de lancer ton épée, je te conseille de t'entraîner un peu. C'est pas si facile, surtout avec ton grand machin.

 

     - Grand machin ?! Je vais te...

 

     - Ulrich ! William ! On a un problème !

 

     - Explique-nous... Les autres ne sont pas arrivés à la voûte céleste ?

 

     - Si, mais on ne sait pas si on sera dans les temps, et un autre monstre comme celui que vous avez détruit arrive !

 

     - Quoi ! Mais on a eu du mal à prendre l'avantage sur un seul juste parce qu'il visait les autres... Là, on va se faire avoir !

 

     - Je sais...Rejoignez les autres, vous pourrez faire front ensemble !

 

     - Mais Aelita ne doit plus se faire toucher une seule fois. Si jamais elle se prenait un tir perdu, qu'est-ce qu'on ferait ?

 

     - Je sais, mais qu'est-ce que vous comptez faire tout seuls ? »

 

     Les deux garçons se regardèrent. Ils ne s'entendaient pas toujours, mais là, ils étaient d'accord sans même avoir besoin de se parler.

 

     « Gagner du temps, dit William.

 

     - Mais vous êtes malades ! Vous n'allez pas tenir bien longtemps, c'est sur. Et ensuite ? Qu'est-ce que les autres vont faire ?

 

     - Jérémie, si c'est pour dire des bêtises, tu pourrais aussi bien te taire. J'ai jamais aimé écouter tes conseils de prudence. On va détruire ce monstre, et puis c'est tout.

 

     - Bien dit, Ulrich, ajouta William... Après tout ce n'est qu'un supermonstre, la dernière innovation de notre grand ami XANA, vous avez sûrement vu pire... »

 

 

 

     A la voûte céleste, devant l'interface, Aelita manipulait les données, le visage tendu par la concentration.

 

     « Aelita, c'était pas censé être un téléchargement ? Je veux dire, moi quand je télécharge un jeu, j'écris pas toute la programmation...

 

     - Odd, tais-toi un peu, lui intima Jérémie. Vous êtes arrivés un peu trop tard, et Aelita doit participer au transfert de données, si on veut être sur d'avoir tout récupéré avant que XANA n'infiltre la base de données. En plus, ensuite, si on ne veut pas que XANA récupère des infos sur Hopper et des données importantes, il faudra qu'on efface tout, et il vaut mieux se donner un moment pour le faire, ça ne va pas être facile.

     Et avec ça, les deux autres sont en train de combattre un autre de ces nouveaux monstres, et je suis assez inquiet à ce sujet, alors laisse Aelita travailler tranquillement, tu veux ? »

 

 

 

     Plus bas, le combat faisait rage.

 

     Ulrich s'était fait toucher une deuxième fois, mais il s'était échappé grâce à William et avait renvoyé un des rayons de la créature, détruisant une de ses pattes, et maintenant ils s'apprêtaient à prendre la créature en sandwich, comme la première fois.

 

     Mais celle-ci, sentant venir l'attaque, se pencha sur ses quatre pattes ventrales et, en en donnant toute la force, sauta jusqu'en haut d'un pilier à mi-hauteur de la salle. Poussant un nouveau sifflement aigu, elle recommença, se propulsant cette fois jusqu'au plafond auquel elle s'agrippa grâce à ses pattes dorsales restantes, avant de consolider sa prise en y enfonçant profondément ses autres pattes retournées.

 

     Puis elle arma ses canons et libéra un nouveau déluge de rayons sur les deux adolescents qui durent s'abriter derrière un pilier.

 

     Lentement, avec précaution, la créature se déplaça, cherchant à canarder les deux Lyoko-guerriers tout en restant hors de portée.

 

     « Bon, souffla Ulrich. J'ai un plan complètement dingue, dont je ne suis pas sur qu'il marche, extrêmement dangereux. C'est dans ces moments-là que j'aimerais bien avoir Odd avec moi, mais est-ce que tu veux bien me faire confiance et attirer son attention ?

 

     - Encore ? J'en ai marre, mais puisque après tout j'ai absolument aucune idée, on peut bien essayer la tienne... »

 

     William sortit de l'abri en zigzaguant pour éviter les attaques que la créature fit aussitôt pleuvoir sur lui. Ulrich profita de cet instant pour courir vers le mur en libérant toute la puissance de son Supersprint. Il courut le long du mur, jusqu'au plafond, et continua à courir un instant, la tête en bas !

 

     Puis, la pesanteur reprenant ses droits, il se mit à tomber mais sa vitesse acquise le projeta sur la créature qui, surprise, ne se dégagea pas à temps. Ulrich donna une tornade de coups de sabre, tranchant encore quatre pattes et deux canons, mais ne put atteindre l'œil de XANA et passa en-dessous. Le monstre, rapidement, arma ses deux canons restants et fit feu, dévirtualisant Ulrich en vol !

 

     Voyant ça, William décida de lancer son épée. Contrairement aux prévisions d'Ulrich, elle arriva en tournoyant au niveau de la créature mais n'atteint pas sa cible, ne tranchant qu'une autre patte avant de se planter dans le mur. Tout aussi prompt, le monstre canarda le jeune homme, qui eut le temps de murmurer avant de retourner sur Terre : « Pas mal...pour un premier coup... »

 

     La créature de XANA n'arrivant plus à se tenir au plafond avec seulement deux pattes, tomba et s'écrasa au sol, ce qui entama profondément ses points de vie.

Néanmoins, elle était toujours opérationnelle et commença à se traîner sur ses deux dernières pattes en sifflant. Bien qu'elle n'eut plus que deux canons, elle restait dangereuse.

 

     Dans la salle des scanners, William trébucha en sortant de son caisson. Ulrich reprenait son souffle et l'accueillit avec un sourire.

 

     « Pour un débutant, tu t'es plutôt bien débrouillé...

 

     -Oui, leur dit Jérémie du labo, c'était super, bravo à tous les deux ! Elle n'est pas détruite, mais avec un peu de chance vous l'aurez suffisamment ralentie. Reposez-vous, je m'occupe de ceux qui sont restés là-bas. »

 

 

 

     Sur Lyoko, Odd et Yumi commençaient à s'ennuyer quand Jérémie vint leur annoncer de l'action.

 

     « Réveillez-vous, vous avec de la visite ! Ulrich et William se sont fait dévirtualiser, mais le monstre est salement amoché, il a du mal à se déplacer.

 

     - Génial ! Si ça se trouve il n'arrivera pas jusqu'ici !

 

     - Euh... C'est pas sur... Il peut grimper aux murs, et puis il pourra arriver sur l'enveloppe extérieure par la passerelle de l'ascenseur.

 

     - C'est pas vrai...Mais qu'est-ce qu'il fait là-bas ?

 

     - Ben... Je l'avais envoyé prendre William et Ulrich, pour quand ils auraient terminé...

 

     - Ca va leur faire plaisir, tiens...

 

     - Eh ! Attendez... Des Mantas !

 

     - Quoi ?

 

     - Elles arrivent du pole nord de Carthage...Et l'autre monstre est déjà en train de grimper la paroi qui arrive de votre coté !

 

     - Je m'occupe des Mantas ! intervint Yumi. Toi, détruis cette créature et rejoins-moi, d'accord ?

 

     - Chef, oui, chef ! »

 

     Mais dès qu'il se pencha au bord de l'espace entre le Noyau et l'enveloppe extérieure, il fut pris pour cible par les deux canons qui restaient au monstre, qui tirèrent une rafale de rayons.

 

     « Enfin, plus facile à dire qu'à faire, bougonna l'homme-chat. »

 

     Il recula  de quelques mètres, puis se jeta dans le vide en criant :     

 

     « BANZAAIIII !!! »

 

     La créature, surprise, qui avait déjà du mal à lever une patte après l'autre pour grimper, ne tira pas assez vite et Odd lui tira une flèche en plein dans sa cible de XANA, sans qu'elle puisse l'éviter, accrochée comme elle l'était à la paroi avec ses deux dernières pattes. Elle explosa juste après qu'Odd fut passé en coup de vent à coté d'elle.

 

     Odd continua à tomber encore une seconde avant de se retrouver contre le mur incurvé, auquel il s'agrippa avec ses griffes. Il glissa jusqu'à l'ascenseur, sur lequel il se laissa tomber.

 

     « Et voilà le travail ! Einstein, tu veux bien me faire remonter, s'il te plait ?

 

     - Mais c'est pas vrai ! Je te rappelle que tant que l'interface de la voûte céleste est active, je ne peux effectuer aucune commande ! Je ne peux plus contrôler l'ascenseur !

 

     - Quoi ? Mince alors ! Ben comment j'fais, moi ?

 

     - Tu n'as qu'à monter toi-même, tu as des griffes, non ?

 

     - Ouais, c'est ça après tout, ce qu'un monstre de XANA peut faire, je peux le faire aussi... »

 

 

 

     Du coté de l'interface, la situation se dégradait. Yumi avait réussi à détruire deux Mantas, mais avec le nouvel escadron que XANA leur avait envoyé, elles étaient quatre à planer autour d'elles, bombardant Aelita. La japonaise avait réussi à éviter de nombreux coups à son amie, mais elle avait perdu un éventail et soixante points de vie.

 

     Enfin, Jérémie venait de lui dire qu'Odd était beaucoup trop bas et qu'il ne pourrait pas tout de suite lui prêter main-forte.

 

     « C'est pas vrai, explosa-t-elle, mais quel boulet ! Ca chauffe, ici ! Et ce téléchargement, il avance ?

 

     - On y est presque, mais XANA a passé les dernières barrières plus rapidement que prévu. Il aura bientôt trouvé le dernier code, et alors, il faut qu'on ait tout effacé. Aelita a presque fini...

 

     - C'est fait ! Dit alors la jeune fille aux cheveux roses. Mon père et toutes ses données sont transférées, je n'ai plus qu'à tout détruire. »

 

     A ce moment-là, une Manta attaqua Yumi par-derrière alors qu'elle venait de lancer son éventail sur une des autres créatures bleues, qui fut détruite en même temps que la Lyoko-guerrière, dévirtualisée.

 

     Tout de suite après, Aelita fut prise pour cible. Elle réussit à éviter le coup et à détruire la Manta avec un champ de force, mais les deux autres attaquèrent en même temps... Quand l'une d'elles fut détruite. Aelita réussit à parer le coup de l'autre.

 

     « Besoin de moi ?

 

     - Oui, merci, Odd !

 

     - Aelita ! XANA va passer la dernière barrière ! Dépêche-toi ! hurla Jérémie. »

 

     Son amie se précipita et réussit à détruire le site pirate juste avant que XANA n'y accède, l'empêchant d'accéder aux données qui s'y trouvaient tandis qu'Odd la protégeait de son bouclier. La dernière Manta, probablement frustrée de n'avoir pas pu mener sa mission à bien, s'en retourna.

 

     « Ouf, souffla Jérémie. Je vous ramène à la maison, c'était du bon boulot ! »

 

 

 

     De retour au collège, tous tinrent conseil dans la chambre de Jérémie.

 

     « Bon, dit le jeune surdoué, en résumé, XANA est encore vivant et il faut qu'on découvre pourquoi. Aelita et moi, on va travailler à régénérer Franz Hopper jusqu'à ce qu'il puisse nous aider à le détruire, et pour de bon cette fois ! En plus, vous allez devoir combattre de nouveaux monstres encore plus dangereux, et donc je vais travailler à améliorer vos enveloppes virtuelles le plus tôt possible.

 

     - A propos, souligna Odd, faut qu'on baptise notre nouveau pote ! Qui propose un nom ? »

 

     Tous réfléchirent. Pour une fois que Odd manquait d'idées...

 

     « Déjà, dit Aelita, elle a huit pattes donc c'est un arachnide...

 

     - Une quoi ? demanda Odd, subitement intéressé.

 

     - UN arachnide, dit Jérémie. C'est l'appellation générale des animaux à huit pattes : les araignées, les scorpions...

 

     - Je trouve ça pas mal...

 

     - Quoi, tu veux appeler notre nouveau monstre l'Arachnide ?

 

     - Non, ça sonne pas bien, mais pourquoi pas l'Arakgnite ?

 

     - Avec un « k » comme d'habitude ?

 

     - Ouais, je trouve que ça lui va...

 

     - Je suis d'accord.

 

     - Moi aussi !

 

     - Bon, donc c'est réglé, conclut Jérémie. Maintenant, William... »

 

     Et il appuya sur un bouton de son portable. Ceux de tout le groupe bipèrent, y compris celui du nouveau venu.

 

     « Ca veut dire quoi ? demanda-t-il en ouvrant le message, sur lequel était dessiné l'emblème de XANA.

 

     - C'est une fonction qu'on a sur nos portables, on peut envoyer directement ce message à tous les autres. Tu me donneras le tien, je te téléchargerai l'image, mais tu te débrouilleras pour le reste des manips'.

 

     - Maintenant, dit Yumi, tu seras prévenu directement en cas d'urgence, et tu pourras aussi nous prévenir plus facilement.

 

     - Génial ! Et vous ne me l'aviez pas donné la dernière fois parce que vous vouliez que je fasse mes preuves, c'est ça ?

 

     - Ben non, on avait juste oublié...

 

     - Jérémie ! dit soudain Odd.

 

     - Quoi ?

 

     - Là, tu vas te mettre à travailler comme un dingue sur ton ordi, pas vrai ?

 

     - Oui, Odd, je promet de travailler sur le programme de Hopper et les vôtres autant que possible.

 

     - Non, justement ! C'est hors de question ! Une promesse est une promesse, tu dois d'abord faire mes devoirs !

 

     - Mais !? C'est pas vrai, tu penses vraiment que c'est le moment ?!?

 

     - Dette de jeu, dette d'honneur !

 

     - RAAAHHH !!! Dégage, Odd !!! »

 
 

Commentaires
 
Note :
20
Commentaire de Yumi01 - Posté le 02-09-2014 à 12:00

super mais j'ai pas compris la description du nouveau monstre vivement la suite

Note :
20
Commentaire de princesserusse - Posté le 01-06-2010 à 18:54

Vraiment un bon début. J'ai hâte de savoir comment X.A.N.A. a survécu et j'espère que ce sera à la hauteur de la première partie.

Note :
18
Commentaire de lyoko2 - Posté le 28-05-2010 à 10:28

trop birn ta fic j'adore

Note :
20
Commentaire de Codelyoko_feel-in-lo - Posté le 30-03-2010 à 22:03

J'aime beaucoup ! Pas de fautes et une histoire structurée, j'attends la suite avec impatience !

Note :
19
Commentaire de CodeLyoko54000 - Posté le 14-03-2010 à 18:32

nan j'lol tro bien la fiction xD jfes ce smiley pck jadore (pow) (pow) (pow) (pow) (pow) (pow) (pow) (pow) (pow) (pow) (pow) (pow) (pow) (pow) (pow) (pow) (pow) (pow) (pow) (pow) (pow) (pow) (pow) (pow) (pow) (pow) (pow) (pow) (pow) (pow) (grr) (grr) (grr) (grr) (grr) (grr) (grr) (grr)

[ Voir tous les commentaires / Ajouter un commentaire ]