Valid XHTML 1.0 Transitional
ipv6 ready

Fanfictions
 
 
  La Cité Virtuelle 3 : L'Alliance Exceptionnelle
Écrite par magickirua le 07/07/2008 à 10h33
Note : 19,0/20 Catégorie : Futur de la série
Lue 4023 fois Face à la terrible menace qui s'étend sur le monde, les Lyoko-guerriers ne peuvent plus agir seuls.
 
 

 
 

 La Cité Virtuelle

 

III : L'Alliance Exceptionnelle

 

 

 

  • Chapitre 12 : Contre les troupes de XANA
  • Chapitre 13 : Organisation défensive
  • Chapitre 14 : Champ de bataille
  • Chapitre 15 : Celui qui défie Lyoko
  • Epilogue : Les rouages du temps

 

 

 

Chapitre XII

Episode 108 : Contre les troupes de XANA 

 

 

La fumée s’éleva du scanner. Odd, titubant, s’en extrait en s’aidant de la porte. Il dévisagea les personnes qui se trouvaient devant lui. Le colonel Grant, un des hauts piliers des militaires du pays, se trouvait devant lui, accompagné par quelques sous-fifres.

 

- C’est la réunion des cerveaux on dirait ? fit Odd avec un rictus machinal. Je sens que je vais passer un mauvais quart d’heure…

 

- Ferme-la, Della Robia. Tes petits copains, eux, on été plus obéissants, dit calmement Grant.

 

- C’est peut-être parce qu’ils n’en ont pas eu le temps, répondit l’adolescent, voyant ses amis bâillonnés.

 

- Et ce sera la même chose pour toi !

 

Deux gardes le saisis et masquèrent sa bouche, mais de toute manière Odd n’avait plus vraiment la force pour résister. Ils remontèrent par l’ascenseur où les attendaient Vincent et Johnson.

 

- Au rapport, dit Grant.

 

Vincent le fixa d’un air sombre, et il estima que la vérité était la meilleure solution.

 

- J’ai aidé Odd, Yumi et Ulrich à s’infiltrer pendant la bataille, car ils savaient que Ergheiz allait réveiller une arme. Il est certain que je ne savais pas quelle aurait été votre réaction si je vous avais mis au courant, mais pour moi, ils devaient agir dans l’ombre. J’ai donc placé une bombe à faible puissance dans cette usine, à un endroit sans dangers, pour me donner le temps de faire mes préparatifs. Par la suite, j’ai menacé Johnson pour qu’il les aide à distance sur Lyoko.

 

- Et le bilan ? demanda le colonel.

 

- Lightning est passé du côté de XANA. Il a détruit les vaisseaux dans la cité. De plus, les personnes dévirtualisées dans Lumina sont automatiquement transférées sur Terre à un endroit inconnu. Vraisemblablement, les gardes et les scientifiques qui ont été touché pendant notre assaut de la ville réapparaissent à l’endroit où se trouve Ergheiz, mais sous son contrôle. Nous avons ensuite réussi à nous rendre dans le cratère et y avons détruit l’arme dont Ergheiz souhaitait se servir. De plus, le mécanisme pour réveiller ces montres est une simple plaquette. Elles sont réparties sur Terre et il n’en reste plus que deux, une en Allemagne où j’ai déjà envoyé des hommes ainsi que le reste de leur équipe, et la seconde en Chine.

 

- Je vois. Ceci est une faute qui devrait te coûter la prison à vie, mais cela, tu le savais déjà, n’est-ce pas Vincent.

 

Vincent le regarda intensément, avec une once de peur qui lui faisait briller les yeux.

 

- Mais pour l’instant, nous sommes en guerre, et d’ici peu de temps, ça va vraiment dégénérer, si ce n’a pas déjà commencé. Bon vous reprenez vos fonctions ! Johnson, vous fouillez le disque dur surpuissant du futur et vous me trouvez l’origine de ce bug sur la cité ! ordonna t-il.

 

Tout le monde se remit au travail et les trois amis furent libérés pour expliquer en détail leur aventure.

 

Dans l’hélicoptère de l’armée, un soldat examinait la blessure de William.

 

- La balle est entrée dans le bras mais n’en est pas ressortie ! Il faut lui faire un bandage vite !!

 

William hurlait à la mort, la douleur et les cris pétrifiaient Ludivine. Aelita et Jérémie, quand à eux, avaient les mains devant leurs bouches et tremblaient.

Plusieurs minutes s’écoulèrent encore, sans incident. L’engin amorça alors sa descente dans la nuit noire.

 

Tout à coup, un rayon luminescent fendit l’air, toucha presque l’appareil.

 

- C’est lui, c’est XANA !! s’écria Jérémie en regardant par la fenêtre.

 

Des monstres apparaissaient de partout, sur la route et sur les toits, ils étaient venus en nombre les accueillir. Plusieurs tirs fusèrent et l’un d’eux toucha l’hélicoptère sur le côté.

 

- On va devoir se poser en catastrophe !! s’exclama le pilote dans son micro.

 

Brenn, s’accrochant à une sangle pendue, s’approcha de William et lui enleva son bracelet blanc et l’ajusta à son bras. Il était prêt à les affronter lorsque Jérémie lui activa la fonction de tenue de combat. Les tongs-far, ressemblant à des matraques de policiers, sortirent de son habit de moine. Ils les tenaient fermement.

 

- J’ai une idée ! s’exclama Jérémie d’une façon imprévue.

 

Il prit le bras de Brenn et tapota sur le bracelet électronique. En moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, deux patins apparurent : il s’agissait des Overslides dont Aelita s’était déjà servi.

 

- Laisse tomber les explications, je sais comment ça marche ! lui annonça-t-il en chaussant.

 

Il ouvrit la porte à une trentaine de mètres du sol, et, d’une détente majestueuse, glissa dans le vide. Il alla plus vite que l’hélicoptère, et descendit pour détruire des monstres de tout genre qui grouillaient au sol. Les coups qu’il donnait étaient si puissants que cela détruisait la coque de métal des ennemis, alors que Ulrich se contentait de trancher par exemple. Il n’avait même presque pas à viser le symbole de XANA pour que le monstre se désintègre.

 

Il réussi à élargir une piste d’atterrissage dans la rue. Très vite, il entendit une sirène retentir au loin. Des voitures et des fourguons sur lesquels étaient noté « Polizei » débarquèrent de toute part, tandis que des gardes devant le musée commençaient à faire pleuvoir les coups de feu.

 

Des monstres pouvaient apparaître de n’importe où, mais XANA n’avait pas encore envoyé d’hommes. Les militaires de l’hélicoptère posèrent enfin pied à terre, libérant tant bien que mal un chemin pour Ludivine, Jérémie et Aelita, transportant sur un brancard leur ami qui se tordait de douleur. Ils tentèrent de passer par un parc pour rejoindre un camion des policiers, garé un peu plus loin. Un Kankrelat surgit de la pénombre et arma son laser. Les deux jeunes ne pouvaient rien faire.

 

D’un coup de feu, le monstre fut détruit : un sniper caché dans un immeuble avait parfaitement réussi son tir. Ils continuèrent alors de courir et avant qu’ils atteignent leur but, leur objectif changea lorsqu’ils virent qu’une ambulance dont la sirène résonnait s’arrêta un peu plus prêt d’eux. Sans nul doute, le sniper avait expliqué la situation.

 

Brenn s’infiltra dans le musée, espérant trouver facilement l’objet qu’il convoitait. Il glissait si vite que les gardes n’avaient pas le temps de réagir, mais de toute manière, l’alarme était déjà déclenchée depuis pas mal de temps. C’est au bout de plusieurs minutes de recherche qu’il trouva la plaquette de marbre recouverte de signes d’un bleu scintillant. Il s’agissait sans nul doute de la plaquette de l’eau. Il détruisit la vitre, s’en empara et ressorti du musée par la fenêtre.

 

Il chercha du regard ses amis, et les aperçut au loin. Il sauta très haut pour ne pas être touché et descendit en piqué vers eux.

 

- Brenn ! dit Aelita. Tu as pu le récupérer ?

 

- Oui je l’ai !! Il faut les appeler pour leur dire ce qu’il se passe ici !!

 

Jérémie passa son portable à Brenn qui contacta Vincent, à l’usine.

 

Celui-ci décrocha en demandant aux personnes dans la salle de contrôle de faire silence.

 

- Ici Brenn ! cria t-il dans l’appareil pour couvrir la bataille. Ici, c’est le délire total !! On a réussi à avoir la pierre et on ne sait pas ce qu’on doit faire maintenant !

 

- Ecoutez-moi bien ! s’exclama Vincent. Nous avons besoin de Aelita, William et toi sur Lyoko tout de suite !

 

- C’est impossible !! Et d’ailleurs, William est blessé ! expliqua-t-il.

 

- Bon alors Aelita et toi, écoutez bien ce que je vais vous dire, nous vous voyons en direct grâce à un pistage satellite. Vous devez vous rendre très exactement à l’angle de la rue à gauche du musée !

 

- Tu rigoles ? Mais c’est en plein dans le champ de bataille !!

 

- Et c’est exactement pour ça qu’il faut que vous y alliez ! Les autres, allez à l’hôpital et restez-y !!

 

Abasourdis par cette nouvelle plutôt étrange, Aelita et Brenn se demandèrent d’abord si XANA n’avait pas voulu une nouvelle fois les piéger, mais ils se rendirent tout de même à l’endroit demandé. Brenn détruisait les monstres au fur et à mesure du chemin et arrivé sur place, ils attendirent plus de deux minutes, dans le tumulte de la guerre. Brenn continuait de repousser les attaques jusqu’au moment où il sentit une légère brise.

 

Le décor disparu. Il se senti un peu compressé, mais Aelita était à ses côtés. Très vite, il toucha le sol… un sol virtuel. Lorsqu’il se releva, il comprit qu’il était à l’extérieur de la cité virtuelle plongée dans la pénombre par son système jour/nuit, juste devant les remparts.

 

- Que…  qu’est-ce qu’il s’est passé ?? demanda Aelita.

 

Une voix retenti, comme lorsque Jérémie parlait dans son micro. Cependant, celle-ci était un peu plus grave.

 

- Mademoiselle, Monsieur… vous venez d’assister à la première « Transmutation » ! annonça Johnson.

 

- Quoi ?? Une transmutation ? répétèrent-ils en cœur.

 

- Tout à fait. C’est un logiciel enregistré dans la mémoire du disque du futur. Le principe est simple, bien que légèrement étrange. Si deux monstres rentrent dans la cité, alors il nous est possible d’intervertir leur place avec n’importe quelle personne dans le monde !!

 

- Vraiment ?? Mais attendez, ça veut dire que sur le champ de bataille, ils ont deux ennemis en plus ?

 

- Tout à fait… Ce n’est pas comme ci il s’agissait de deux monstres isolés, d’après ce que j’ai pu voir sur l’écran, il en restait encore une bonne quarantaine. Bref, passons aux choses sérieuses. Vous avez toujours la plaquette ?

 

Aelita l’avait gardée en main et approuva.

 

- Alors gardez là encore un moment. Sur Lyoko, c’est un désastre, il n’y a pas beaucoup de monstres à présent, mais un grand nombre de tours ont été activées. Vous deux, vous devez en désactiver le plus possible ! Pour le reste, on vous contactera en temps voulu.

 

- OK, on y va ! dit Brenn d’un air presque enjoué.

 

Deux nouveaux Overslides apparurent comme par magie aux côtés d’Aelita qui les enfila. Ils se propulsèrent tous deux à travers de la tour au halo bleu, qui les sorti de la cité vers Lyoko.

 

Dans la salle de contrôle du Super-Calculateur, les discutions sur les différentes manières d’utiliser la transmutation continuaient. Ils durent s’arrêter lorsque le colonel reçu un coup de téléphone : il s’agissait du Ministre de la Défense en personne.

 

- Grant ! J’exige des explications sur la situation ! On reçoit des appels venant du monde entier !! Des monstres apparaissent de nulle part et tentent de tuer tout ce qui bouge ! Certains pays ont déjà même réclamé l’aide humanitaire et un pôle d’urgence de l’ONU !!!

 

- Monsieur le Ministre ! Gardez-votre clame voyons ! s’exclama Grant. L’affaire que nous avions pris en mains s’est révélée être un terrible complot informatique ! Quelque part sur Terre, un type venu du futur nous envoie son armée de monstres virtuels !! Ecoutez-moi bien, faites savoir au monde entier que leur point faible, c’est le symbole tatoué sur leur carcasse ! En visant bien, un coup suffit à les détruire. Mais malheureusement, ce dingue nous envoie des monstres qu’ils appellent des « Démons », il s’agit d’humains qui sont modifié génétiquement, et si on les détruit, l’hôte aussi meurt !

 

- Pour l’instant, on n’a pas le temps de distinguer qui est humain et qui ne l’est pas, Grant !!

 

- Nous vous fourniront les informations nécessaires. D’autre part, si un genre de scorpion métallique se pointe, il faut le détruire d’une décharge électrique !

 

- Mais vous, vous faites quoi pendant ce temps ?? s’écria le Ministre, terrorisé.

 

- Nous tentons d’éviter le pire, répondit Grant.

 

- Pire ? Vous plaisantez Grant ?

 

- Deux choses : d’une, notre ennemi veut frapper un très grand nombre de personne pour les rallier à son envoutement et de deux, il veut s’approprier des monstres encore beaucoup plus puissants. Il en a déjà deux sur quatre, mais je ne pense pas qu’il les envoie maintenant, car il cherche sur Terre des objets permettant de les réveiller. Nous avons mis la main sur l’une, l’autre est dans la Cité Interdite à Pékin.

 

- Pékin ? Bon sang Grant, la ville est sans dessus-dessous depuis une vingtaine de minutes, c’est encore pire qu’ailleurs ! Comment allez-vous faire pour récupérer cet objet ?

 

- Nous pouvons y arriver, nous en avons les moyens…

 

Tout à coup, des bruits de lasers, des cris et des coups de feu retentirent au dessus d’eux. XANA avait finalement envoyé ses monstres détruire l’usine.

 

- On y va ! fit Ulrich en matérialisant sa combinaison grâce au bracelet.

 

- Mais… On peut le faire même après avoir été dévirtualisé sur Lyoko ? s’étonna Odd.

 

- Evidement, puisqu’on est PAS sur Lyoko ! lui répondit Yumi.

 

Tout trois montèrent par les conduits alors que Vincent et Grant prenaient le monte-charge pour filer aux scanners. En haut, c’était un désastre. Des pierres, des poutres ou encore le plafond écroulés reflétaient la puissance des troupes de XANA. Les pires étant les Mégatanks et les Tarentules, qui faisaient à eux seuls 75 pourcent de la destruction.

 

Heureusement, les stratégies des Lyoko-guerriers qu’ils avaient expérimentés pendant tellement de temps étaient payantes. Chacun savait comment il devait procéder. Ils utilisaient leurs pouvoirs à la perfection et tentaient de repousser les assauts.

 

Le transfert sur Lyoko des deux militaires ne se fit pas attendre et très vite, ils entrèrent dans la cité virtuelle. Plusieurs militaires étaient présents avec des armes étranges. Ils se mirent en cercle autour de Vincent et de Grant non loin des remparts, car la transmutation avait pour effet de déplacer deux monstres à l’endroit qu’ils allaient quitter.

 

Johnson lança le programme. Il avait accès à un satellite de vidéo surveillance et chercha deux monstres proches du palais à Pékin. En réalité, certains d’entre eux avaient déjà pénétré et les policiers se battaient. Pour ne pas prendre de risque, il préféra en choisir deux un peu plus éloignés pour éviter que Grant et Vincent se fassent tirer dessus comme des lapins. Il verrouilla les cibles et activa la fonction de transmutation. En un éclair, les monstres furent intervertis et, sur la cité virtuelle, se firent emprisonner par la dizaine de militaires qui les entouraient, avec des fusils lanceurs de filets électromagnétiques.

 

A plus de huit mille kilomètres de là apparaissaient les deux militaires en tenues virtuelles. Ils mirent quelques secondes à se remettre du voyage qu’ils venaient de faire. De toute évidence, cela n’avait rien d’agréable. Très vite, ils se reprirent et se mirent à couvert derrière un grand porche rouge orné de petites statues de dragons chinois dorés. Des policiers, des moines ou encore de simples civils se battaient alors qu’ici, le soleil commençait à se lever. Tout le monde souhaitait protéger la moindre parcelle de la Cité Interdite, monument historique.

 

Visiblement, les gens pensaient qu’il s’agissait d’une invasion de la Terre par des formes de vie extra-terrestres ou quelque chose dans ce genre. On entendait des explosions au loin, des tirs et des cris. Vincent allait se jeter dans l’arène avec son fusil mais Grant l’en empêcha et lui montra quelque chose, loin devant.

 

- C’est Ergheiz et Lightning ! Ils nous ont devancés ! A ce rythme, ils vont voler la dernière plaquette dans moins de cinq minutes ! Il faut les suivre !

 

Grant acquiesça et ils avancèrent tous les deux d’un pas vif, tels des guerriers surentraînés. Ils évitaient avec brio les balles et les lasers, mais eux ne s’arrêtaient pas pour secourir les civils, au contraire de Yumi quelques heures plus tôt.

 

Les ennemis entrèrent dans le palais. Ils ne leur restaient plus que quelques pas avant d’arriver au trône où était placée la dernière pierre. Un éclair aveuglant illumina la grande cour un instant : Lightning avait sûrement fait usage de son gant spécial sur les derniers gardes. Vincent et Grant arrivèrent enfin devant Ergheiz.

 

- Trop tard, encore une de plus ! s’exclama t-il en arborant la plaquette de la Terre. Je dois admettre que vous avez eut bien de la chance pour celle d’avant, mais je ne tarderai pas à la retrouver !

 

- Cause toujours XANA !! cria Vincent.

 

Il arma son fusil à deux coups et attaqua sans relâche Ergheiz qui dût s’emparer de sa longue lame pour parer. Grant prit son nunchaku attaché à la jambe et fonça sur lui mais Lightning s’interposa. Un combat acharné fit trembler les murs. Certes, Grant se mettait énormément en danger en les approchant d’aussi près, mais cela lui donnait un avantage certain : une longue la et une lance, les deux hommes du futur n’étaient pas aussi puissant que lui en combat rapproché. De plus, les attaques à distance de Vincent qui visait d’une extrême précision leur donnaient du fil à retordre.

 

Par deux fois tout de même, le colonel se fit toucher par la lame. En possession de son bracelet qui était un peu avant celui de Jérémie, il sentait la douleur mais ne signait pas, comme s’il s’agissait d’un duel sur Lyoko.

 

- Elimines-les !! hurla Ergheiz à Lightning, dont les pupilles au symbole de XANA tremblaient anormalement.

 

Celui-ci leva encore une fois sa main au ciel, réunissant l’énergie de son gant, mais au moment précis où il allait envoyer l’éclair, une chose arriva à laquelle Ergheiz ne s’attendait pas…

 

Lightning se dévirtualisa. Il disparut sans même avoir été touché. Aucun des trois hommes restants ne comprit, mais Vincent et Grant le savaient : maintenant, ils avaient l’avantage.

 

Le combat reprit ainsi de plus belle, comme si un moment de flottement avait régné l’espace d’une fraction de seconde. Mais à présent, à deux contre un, Ergheiz n’avait plus d’autre choix que d’être sur la défensive. Les assauts répétés des militaires le rendaient fou. Il donna un coup de sabre si puissant qu’il fendit l’air et l’onde de choc frappa Vincent. Mais Grant avait déjà tout prévu : il utilisa un pouvoir qu’il possédait sur Lyoko : l’explosion dans la paume de la main.

 

Il toucha le corps de Ergheiz un court instant et une déflagration retentit. Grant fut soufflé à quelques mètres et l’ennemi, quand à lui, se dévirtualisa, laissant sur place la plaquette reflétant des sigles de couleur marron brillants.

 

Au même moment, dans un hôpital allemand arrivaient Ludivine et Jérémie qui accompagnaient William dans l’ambulance. Fort heureusement, Ludivine avaient quelques notions d’allemand, et a pu discuter avec les médecins pour expliquer ce qui venait de se passer. La ville commençait à redevenir silencieuse, les monstres disparaissaient à la pelle et les seuls sons restants étaient les sirènes en train d’aider les blessés. Il y avait probablement eu beaucoup de morts à travers le monde et Jérémie culpabilisait.

 

On opéra d’urgence William, et pendant ce temps, Jérémie tenta de contacter Vincent à l’usine. Ce fut Johnson qui répondit.

 

- On a la dernière plaquette de marbre. Je suis en train de les transférer dans Lumina, avait-il dit.

 

- Ca se calme par ici, comment avez-vous fait ?

 

- Brenn et la fille aux cheveux rosâtres ont apparemment rentré un code dans des tours rouges. Elles sont revenues blanches, c’est probablement pour cela que ces trucs disparaissent de la Terre.

 

- D’accord, et comment allez-vous faire pour soumettre les monstres Arme ? demanda Jérémie.

 

- C’est le problème, je n’ai aucune idée de la manière. Peut-être qu’ils sont automatiquement dévoués à la personne qui les a réveillé ?

 

- Ca, ça m’étonnerai vraiment… annonça Jérémie. Je pense avoir une idée, mais il me faut un terminal assez puissant. Je vais chercher dans l’hôpital.

 

- D’accord, je te recontacte plus tard.

En un coup de vent, Vincent et le colonel Grant débarquèrent à nouveau sur le sol de la cité virtuelle. Ils arborèrent la plaquette octogonale allongée à l’encontre de tous les militaires et scientifiques restés là. Ils se firent applaudir, mais chacun d’eux avaient tout de même beaucoup d’appréhension pour la suite. Il fallait aussi les comprendre : sur Terre, leur famille était probablement en danger, comme beaucoup de monde.

 

Grant et Vincent traversèrent la tour qui les amena sur le territoire des montagnes, étrangement désert. Johnson avait à nouveau matérialisé un Skidbladnir sur le cinquième territoire : le disque dur du Jérémie du futur était vraiment utile. Aelita se mit aux commandes, ils avaient arrêté de désactiver des tours depuis qu’ils ont su pour la victoire à Pékin.

 

Ils débarquèrent dans le territoire aux rochers semblant flotter dans les airs et passèrent récupérer les deux militaires. Ils plongèrent ensuite dans le réseau. Aelita savait où elle devait aller. Par ailleurs, c’était elle qui avait donné l’idée du plan de secours à Yumi, se rendre sur le cinquième territoire, peu avant 20 heures, lorsqu’elles discutaient près de la fenêtre.

 

Aucun ennemi en vu, ils continuèrent leur traversée jusqu’à l’endroit recherché. Le Cratère Oublié était splendide vu du dessus, et il n’y avait pas de trace de XANA. Ils se dépêchèrent d’entrer dans la gigantesque salle où les deux derniers Dieux Arme les attendaient.

 

Johnson recontacta Jérémie.

 

- Ils y sont ! Tu as réussi à trouver un ordinateur ?

 

- Oui, Ludivine nous a été utile vu qu’elle parle bien allemand. On arrive dans les sous-sols.

 

Il n’y avait personne, étant donné que la nuit était agitée. Jérémie se connecta à un ordinateur, il était protégé par un mot de passe, mais le petit génie avait une clé pour trouver les mots de passe. Il se connecta au réseau du Super-Calculateur et pris la main sur celui-ci.

 

Lorsque Jérémie eut activé une tour sur Lyoko ainsi que celle au centre de la grande salle du cratère, Johnson donna aux quatre les instructions à suivre. Ils devaient les réveiller en même temps et les attirer aux côtés de la tour.

 

Tout se passa en un instant, Brenn et Grant placèrent les plaquettes dans les orifices prévus à cet effet, et la terre trembla d’une grande force.

 

Au même moment, dans les sous-sols de l’hôpital, un spectre de XANA fit voler la porte en éclat. Jérémie devait rester pour soumettre les armes, et Ludivine prit les choses en main. Elle s’empara d’une béquille qui traînait là et tenta de le frapper. Malheureusement, il l’électrocuta.

 

Les Dieux Arme géants avaient déjà eu raison d’Aelita et de Grant, éliminés en un instant. Vincent, à distance, les attaqua et il réussit à les attirer vers la tour activée par Jérémie. Ce dernier lança un programme au même moment.

 

Les Armes disparurent, comme aspirées par la tour. A présent, elles étaient belles et bien du côté des Lyoko-guerriers, et ils pourraient les matérialiser à n’importe quel instant, et il était très probable que ce jour arrive très bientôt…

 

Jérémie se retourna : le spectre avait disparu, emportant la fille blonde avec lui…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chapitre XIII
Episode 109 : Organisation défensive


Une semaine avait passé pendant laquelle la peur et l’angoisse étaient palpable. De part le monde, c’était le chaos. Les gens avaient fui les grandes villes car elles étaient les plus dangereuses : c’était là où il y avait le plus d’électricité et le plus de chance de se faire attaquer. A peine un jour après la guerre ouverte lancée par XANA, la nouvelle avait fait le tour du monde. Le secret n’avait pas pu être tenu plus longtemps, la rumeur d’un monde virtuel qui prendrait le pas sur notre monde était devenue une réalité lors de la conférence exceptionnelle des présidents de presque tous les pays du monde.

Les représentants des religions tels que le Pape ou le Dalaï-lama demandèrent au monde de s’unir contre le mal qui se répandait comme un venin dans les veines. Pourtant, personne ne se doutait que tout ceci était parti d’une petite ville de France. Non : en réalité, le monde était persuadé que ceci était une attaque de masse visant la planète entière. Bientôt, chacun n’eut qu’un nom en tête : Evan Ergheiz, l’auteur présumé des agressions.

Le gouvernement ne le cachait plus, au contraire. Une grande chasse à l’homme avait débutée. Sa tête était mise à prix à plusieurs dizaines de millions d’euro, et il était propulsé rapidement comme étant le pire ennemi du gouvernement mondial.

La moitié du monde tentait de joindre l’autre moitié par n’importe quel moyen, il y avait des gens dont les attaque n’effrayaient pas, qui redoutaient justes qu’un de leurs proches ne soit tué. Les parents des Lyoko-guerriers ne faisaient pas exceptions. Aucun d’entre eux n’avait eu affaire aux monstres, mais ils avaient peur pour leurs enfants restés au lycée. Les militaires ainsi que les Marines et des ingénieurs de la NASA étaient à présent à l’usine, l’école ayant était d’ailleurs vidée pour laisser tout ce monde avoir un lieu de repos. Et bien évidement, Jérémie et ses amis furent obligés de rester eux aussi. Le père de Yumi était entré dans une fureur noire lorsqu’il voulu arracher sa fille des militaires, sans succès. Au final, ils quittèrent eux aussi la ville pour se réfugier dans des camps de fortunes au beau milieu des champs.

Jérémie avait été récupéré d’Allemagne d’une manière pour le moins originale : comme il devait rentrer le plus vite possible pour aider à désactiver des tours sur Lyoko, ils effectuèrent une transmutation. Le problème étant de faire apparaître un monstre en plein hôpital, où les médecins se ruaient pour soigner tous les blessés. Jérémie eut l’idée de se jeter dans la rivière juste avant que le monstre ne prenne sa place, ce qui l’a fait exploser dès qu’il fut télétransporté sur Terre.

La façon dont tout s’organisait autour de l’usine impressionnait les adolescents, rejoint en cours de semaine par William qui partait un plâtre et dont le bras ne se remettrait pas de sitôt. Ils étaient questionnés tout au long des journées et ils évaluaient les stratégies à mettre en œuvre. Lors de la grande assemblée des chefs militaires qui s’était réunie dans la salle de sport de l’école, faute de mieux, Jérémie avait entamé un discours qui résumait les problèmes qui probablement allaient être rencontrés.

- Merci tout d’abord d’être venu, annonça-t-il d’une grande timidité.

Il prit une grande inspiration avant de se lancer.

- Je vais vous exposer maintenant les problèmes, les atouts et les éventuelles solutions à propos de la menace qui pèse sur nous. Il faut se préparer à toute éventualité et il est certain que nous n’avons pas pensé à tout. Voilà plusieurs jours que très peu d’attaques se recensées dans le monde. Pourquoi ? Tout simplement car nous avons en face de nous un programme informatique qui a besoin de ressources pour combattre. La grosse attaque que nous avons subit il y a quelques jours n’était qu’une mise en bouche. Je peux vous assurer que XANA a dans ses mains la force de nous détruire. Par le passé, nous l’avons arrêté maintes fois de justesse, par exemple lorsqu’il avait lancé un satellite militaire vers nous. La plus grande question se pose alors : quand et où va-t-il frapper ? Il est impossible de le prédire, mais il y a de fortes chances qu’il tente de détruire l’usine. De plus, pour matérialiser des monstres, il est presque obligatoire que ceux-ci soient créés d’un scanner comme ceux de l’usine.
On peut donc en conclure que quelque part sur Terre, Evan Ergheiz possède un Super-Calculateur accompagné d’un ou de plusieurs scanners. Deuxième problème : va-t-il attaquer sur Terre où sur Lyoko ? Il tente de nous déstabiliser en se servant de ce doute. Il possède tout un tas de monstres dont vous avez pu avoir chaque rapport détaillé, certains ne valent presque rien au combat lorsque nous les affrontons mais d’autres, tels que le Skorpion quasi-invincible, seulement destructible à l’électricité, ou bien les démons qui se servent d’humains, ou les deux dieux-armes, ces monstres là sont vraiment les plus dangereux.

Ses mains ne tremblaient plus maintenant, il tentait de se souvenir des différents points qu’il souhaitait aborder.

- D’autre part, nous devons prendre en compte deux facteurs terribles. Ils se sont produits dans le futur. L’arrivée des dieux-armes sur Terre, et le fait de mourir réellement dans le monde virtuel. Pour ma part, je pense que si Ergheiz l’a fait et que cela a réussi une fois, pourquoi pas une deuxième ? Et en dernier lieu, il y a des chances pour que XANA détruise des territoires sur Lyoko.
Dans cette guerre, nous avons des atouts. Nous possédons comme lui deux dieux, bien que nous ne sommes pour l’instant pas réellement en mesure de les maîtriser comme lui. Je fais confiance aux ingénieurs qui trouveront probablement le moyen de les dompter. Nous possédons la Cité Virtuelle, une forteresse écartée de Lyoko, qui ne peut pas être détruite. Nous possédons depuis peu un grand stock de bracelets électroniques, fabriqués grâce à la vitesse de réaction du Colonel Grant, qui a tout de suite vu en cet objet un atout majeur. Il permet de ne pas être manipulé par XANA et de pouvoir se matérialiser en dehors de Lyoko. Et bien entendu, à condition que XANA ne les détériore pas, nous avons toute une armada d’avions de chasse de tanks et j’en passe.
Pour les solutions, je n’en vois qu’une seule de plausible : il a été démontré qu’un homme a pu retourner dans le passé sans pour autant que les humain tués de son futur morts ici aussi, ce qui est impossible lors d’un banal retour vers le passé du Super-Calculateur : s’il y a des morts, ils ne reviennent pas à la vie même avec un retour dans le passé. Pour ainsi dire, cet homme est revenu dans le passé, et nous devons savoir comment il a procédé. Si nous le découvrons, nous devrons d’abord d’une manière ou d’une autre maintenir Ergheiz du futur dans cette réalité.

Dans la salle, les expressions du visage étaient partagées entre ébahissement pour certains, peur pour d’autres, et pour une minorité de personnes gradées, de l’exaspération. Jérémie vit bien que pour ces gens, il n’était qu’un clown à qui l’adolescence est particulièrement difficile. Celui-ci prit à nouveau la parole.

- Ecoutez-moi ! Cet ennemi n’est pas à prendre à la légère ! Nous devons rester unis, et je persiste à croire que nous avons besoin de trouver un moyen de nous communiquer des informations sans passer par l’électronique ! XANA entend tout, voit tout, comment faire face à lui ? Quelqu’un DOIT trouver la solution miracle !

Le colonel Grant et son ami Vincent montèrent alors sur l’estrade.

- Je suis d’accord avec lui, dit-il d’une voix rauque. Nous allons nous en charger, nous la trouverons. Pendant ce temps, je veux que la ville soit fouillée et vidée de tout civil, que le Général Nidels poste des snipers sur tous les points hauts à dix kilomètres aux alentours, que le commandant Leonard poste des patrouilles à tous les coins de rues, et que le Général Dickens et ses hommes resserrent la protection de l’usine.

- Vous n’avez pas à me dire ce que je dois faire !! hurla Dickens, faisant sursauter la moitié de la salle.

- Si vous ne le faites pas, nous serons tous condamnés ! cria aussi fort le colonel. Notre ennemi peut nous anéantir en un instant, nous devons être capables de lui tenir tête ! Mais si vous souhaitez mourir, c’est une autre histoire et dans ce cas…

Il sortit une arme de sa poche arrière.

- … Je peux vous aider, finit-il en la pointant sur lui.

Dickens recula avec sa chaise, tombant presque. De toute évidence, personne n’avais jamais osé se dresser devant lui, il devait être quelqu’un de très puissant. Il eut dans le regard un brin de défi envers Grant, mais quand il vit à nouveau la détermination dont il faisait preuve, Dickens baissa les yeux et acquiesça d’une faible voix.

Une journée s’était encore écoulée. La matinée de printemps était belle, mais quelques nuages au loin annonçaient un temps maussade pour l’après-midi. Sur un banc, Ulrich tentait à nouveau de remonter le moral à Odd, encore et toujours choqué par l’enlèvement de Ludivine.

- Elle est forte, disait-il, c’est une vrai tête de mule elle ne se laissera pas faire…

- Mais si jamais Ergheiz la torture ? S’il lui faisait du mal, je ne pourrais jamais me le pardonner…

- Elle ne détient que très peu d’informations, je ne pense pas que ce soit ça. Il veut peut-être s’en servir comme otage… Ou alors elle s’est enfuie lorsqu’elle était avec le spectre…

Lorsqu’il vit la mine renfrognée de Odd, Ulrich se ravisa.

- Tu dois te reprendre Odd, c’est exactement ce que veux Ergheiz. Tu es bien moins dangereux comme ça.

- Moins dangereux… Ah bon, tu pense que c’est ce qu’il veut ?

Il serra les poings et un léger sourire se dessina au coin de ses lèvres.

- Il n’a pas tout compris alors, si jamais je le trouve, je le défonce !!

- Bien parlé, Odd ! dit une voix derrière lui.

Yumi et William se promenaient et c’était ce dernier qui avait prit la parole.

- Je ne pourrais plus vous être d’une grande aide, mais toi… Tu peux trouver sa faille ! continua William, déterminé à en résoudre.

- Alors, ce prochain assaut, il sera sur Terre ou sur Lyoko ? A moins que ce ne soit les deux, dit Yumi.

- A mon avis, il ne sera fort que sur un front, répondit Ulrich.

- Je suis d’accord, mais il ne faut pas oublier que c’était sa spécialité pendant pas mal de temps. Sa tactique était d’attaquer sur Terre pour cacher une attaque sur Lyoko, ou inversement.

- Oui, mais quand je parle d’une attaque sur Terre, dit-il, il est évident qu’il devra activer des tours et les protéger. A moins qu’il ait créé de nouveaux Réplikas qu’il aurait activé.

- Je ne pense pas qu’il soit si intelligent, fit William. D’après ce qu’on peut voir, il est tout simplement bête et méchant.

- Probablement, mais si on ne prévoit pas toutes les possibilités, on risque de se faire avoir. Ce qui m’intrigue le plus, pour l’instant, c’est la disparition de Lightning lors du combat à Pékin.

- Pour moi, il est clair que c’est l’œuvre de Aelita lorsqu’elle désactivait des tours au hasard avec Brenn, s’étonna Odd.

Ulrich continua son raisonnement.

- Et si jamais il y avait quelqu’un d’autre ?

- Pardon ?

- Je veux dire, une troisième personne, ou un groupe de personnes, qui s’opposent à XANA d’une manière ou d’une autre.

- C’est très peu probable, si tu veux mon avis, dit Yumi en s’asseyant à côté de lui sur le banc.

- Et pourquoi pas ? Reste à savoir s’ils sont avec ou contre nous.

Ils débâtèrent encore quelques minutes, avant de devoir à nouveau se rendre à l’usine pour aider les militaires et les ingénieurs.

Aelita et Jérémie, très proches, étaient déjà présents, en compagnie de Brenn. Johnson s’occupait d’un groupe d’informaticiens qui avaient placés leurs locaux à l’étage de l’usine. Yumi demanda où ils en étaient avec les dieux-armes, et Jérémie lui expliqua qu’ils en avaient à peu près le contrôle, ils avaient trouvés en eux des armes d’une puissance destructrice.

Dans la Cité Virtuelle, nommée Lumina par le Jérémie du futur, quelques soldats résidaient en compagnie de chercheurs. Ceux-ci étaient très occupés, et en ce moment, ils faisaient des tests sur la matière verte qui se trouvait dans la grotte des armes. Ils ont récupéré des échantillons liquides et solides des parois, mais il n’y avait encore aucun résultat.

Il était à présent cinq heure de l’après-midi lorsqu’une tour s’activa sur Lyoko. La sirène d’alarme retentit et Jérémie, qui se trouvait à proximité du Super-Calculateur, prit les commandes.

- Le voilà enfin ! Reste à savoir s’il va attaquer sur Terre ou sur Lyoko… Aelita, Brenn et Odd, vous plongez immédiatement ! Je contacte la cité, vous serez secondé de quelques hommes de main.

Les trois s’exécutèrent automatiquement et de nombreuses personnes s’agitèrent devant l’usine. Chacun couvrait un angle de vue afin que toute menace soit enrayée si elle apparaissait. Au dessus d’eux, des avions de chasses fusaient et faisaient des tours pour chercher des traces de XANA.

A peine arrivés sur Lyoko, Brenn et les deux adolescents retrouvèrent la dizaine d’hommes censée les couvrir, et se mirent en route sur le territoire de la forêt.

- Il va nous tendre un piège, je le sens… marmonna Jérémie dans son micro.

- Je n’en suis pas si sûre, répondit Aelita au bout de quelques instants. Il y a une Arme devant la tour !!

En effet, le dieu du vent était en face d’eux, son armure toujours aussi impénétrable. On ne voyait à peine que ses jambes métalliques, le reste étant caché par la cime des arbres. Les militaires l’attaquèrent à coups de canons à ions. Il n’eut aucun mouvement. Odd tenta lui aussi quelques flèches laser, mais elle n’eut pas une égratignure.

Tout à coup, plusieurs autres tours s’activèrent, ne laissant plus de doutes à Jérémie.

- C’est une ruse de XANA, j’en étais sûr ! Il voulait gagner un peu de temps tout simplement !!

Et il avait raison : l’arme n’était qu’un leurre, Aelita la traversa sans aucune difficulté pour aller désactiver cette tour, bien qu’elle n’ait probablement servie qu’à les embrouiller elle aussi. XANA avait besoin de l’énergie dégagée par une tour activée pour activer plusieurs tours en même temps, ce qui signifiait…

- Il va attaquer sur Terre, c’est maintenant une certitude !! s’exclama Jérémie.

Instantanément, les personnes présentes dans la salle de contrôle donnèrent tout un tas d’instructions aux militaires à l’extérieur. Jérémie demanda à Aelita et Brenn de reformer leur duo de choc et de tenter de désactiver des tours, alors qu’elles s’activaient au fur et à mesure. Il demanda à Odd de rentrer sur Terre pour leur prêter main forte, ils en auraient sûrement besoin !

- Et c’est tout ? C’est vraiment tout ? Alors là, tu me déçois, XANA…

Yumi et Ulrich s’empressèrent de se mettre en tenue de Lyoko, grâce à leurs bracelets. Ils ne furent pas les seuls puisque la plupart des militaires en possédait dorénavant. Comme les deux adolescents, quelques hommes avaient aussi matérialisés des véhicules. Yumi, avec son Overwing, s’était placée en hauteur. Elle plaça un micro dans son oreille pour pouvoir converser avec qui elle voulait, en l’occurrence, pour l’instant, elle s’était mise sur le canal général. Elle entendait des instructions livrées par des personnes d’haute importance, parfois même en anglais.

Odd les rejoins très rapidement sur son Overboard, se mettant en position non loin de Yumi, scrutant les environs. Il faisait encore jour et les quelques nuages qu’il avait vu le matin étaient au dessus de sa tête, mais rien de bien méchant. Pendant encore un bon quart d’heure, rien ne se passa. Jérémie était resté en compagnie de scientifiques dans le hall de l’usine, vérifiant à distance l’évolution d’Aelita.

Un vrombissement retentit soudain, faisant trembler légèrement la terre.

- Les voilà, annonça Ulrich.

Et il avait raison, un Block apparu non loin de lui dans un éclair de lumière, presque immédiatement détruit par un sniper. Encore plus loin, des petits Kankrelats tirèrent à l’aveuglette, explosés par un tank.

- Je ne comprends pas, qu’est-ce que ça signifie ? demanda Odd. Quand est-ce qu’il nous envoie l’artillerie lourde ?

Le temps s’écoulait, et de si de là, des Frôlions ou des Krabbes venait toujours de nulle part. Il y en avait de plus en plus à présent, les quatre types de monstres assez connus venaient en masse, mais au vu du nombre d’humains surentraînés, ils ne faisaient pas long feu.

Ulrich se demandait où tout ça pouvait bien mener. Une fois qu’Aelita aurait désactivé les tours, ils auraient gagné cette bataille. Ce qui ne devait plus être très long à présent. D’ailleurs, on aurait dit que XANA envoyait ses dernières puissances : des Mégatanks et des Tarentules. Cette fois-ci, les Lyoko-guerriers prirent les devants et Odd s’attaqua à une des grosses boules de métal. Après quelques salves de flèches-laser, il parvint à la détruire. Ulrich descendit de son Overbike et s’attaqua à une des araignées de métal. Elles étaient plutôt puissantes, mais une fois que l’on les connaissait bien, il suffisait de quelques feintes. Le garçon brun se servit de son Super-Sprint pour passer derrière elle et la détruire. Il changea alors le canal de son oreillette et contacta Jérémie.

- Où ça en est sur Lyoko ?

- Ils arrivent à la dernière tour ! J’ai du mal à y croire ! Finalement, il doit vraiment être au bout du rouleau, le Ergheiz !

En effet, Aelita, Brenn et leurs gardes du corps arrivaient sans encombre devant la dernière tour activée sur le territoire de la banquise. Ils n’avaient eu qu’à se débarrasser de quelques monstres. Même sans aide, ils auraient pu y arriver. Enfin, c’est ce que se disait Aelita avant de tomber sur…

- Un Skorpion !! s’exclama t-elle. Brenn, à toi !!

Ils avaient anticipé ce genre d’attaque et Brenn avait emporté un gant électrique. Les militaires attaquèrent ce qui s’apparentait au « roi des monstres ». Il ne ressentait rien, invincible. Il chargea sa queue et dévirtualisa deux hommes. Il montra sa vraie puissance à ce moment là.

Il évita la décharge que lui avait lancée Brenn, qui était d’ailleurs lui aussi secoué.

- La vache !! Je ne pensais pas que c’était aussi puissant !

Il s’agenouilla pour reprendre son souffle et Aelita lança une boule d’énergie sur le Skorpion. Il était réellement agile, c’était probablement dû à ses nombreuses pattes qui lui permettaient de se déplacer rapidement. Il sauta tout à coup, et une pluie de lasers s’abattu sur les humains. Aelita, en retrait, avait aidé Brenn à se relever et ne fut pas prise dans l’assaut. Ils n’étaient maintenant plus que cinq. Le Skorpion se propulsa de lui-même et fut comme accroché à la tour. Il tira à nouveau de sa queue, brisant un gros morceau de glace.

Voyant que Brenn ne pouvait plus se relever, Aelita enfila le gant. Elle chercha un moyen de l’attaquer. Elle couru à l’abri du monstre et, au loin, elle aperçu une boule noire. Celle-ci lui disait quelque chose, elle en avait déjà entendue parler. Tout lui revint en mémoire, les paroles de Lightning…

- C’est… c’est la bombe qui était censée nous tuer !!

Elle ne resta pas plus longtemps, il fallait partir tout de suite. Elle trouva un angle de visée, où elle pouvait liquider le Skorpion. Elle pointa sa main vers le ciel, ce qui chargea le gant. Juste au moment où elle allait le détruire, le Skorpion fit quelque chose à laquelle elle ne s’attendait pas : il planta sa queue dans la tour activée où il était accroché. Comme si un venin se répandait, la tour prit différentes couleurs. Une colonne de lumière se propagea vers le ciel. Aelita ne réfléchit pas plus : elle envoya une décharge électrique au Skorpion qui explosa.

Elle tomba à la renverse, tout son corps lui faisait mal. Sa force physique n’était peut-être pas suffisante pour ça. Elle tenta un regard vers la boule, elle grossissait.

- Eh... EH !! s’écria t-elle à l’encontre des militaires.

Ils se précipitèrent vers elle et la prirent par l’épaule.

- Il faut qu’on parte d’ici, ça va exploser et on risque la mort réelle !!! Jérémie, envoie-nous l’Overcar !

Jérémie, revenu au clavier du Super-Calculateur, s’exécuta. Alors que la boule noire grossissait, le cabriolet rouge se matérialisa. Les cinq humains restant jouaient leur vie, un militaire prit le volant une fois tout le monde à bord, et appuya sur le champignon. Ils s’envolèrent alors le plus loin possible de la bombe. On entendit un bruissement d’aile.

- Des Frôlions ! Abattez-les !!

Un homme tira avec son canon à ion et en atteignit certains, mais cette fois-ci, ils avaient affaire à un bataillon d’une centaine de monstres. Jérémie, suant, criait des instructions sur la position des monstres et s’agrippait à son clavier.

Une minute plus tard, il y eut une déflagration titanesque provenant de la bombe. Heureusement, ils avaient eut le temps de s’en éloigner le plus possible. Cependant, le souffle de l’explosion avait retourné le véhicule et ils tombèrent tous cinq sur le sol de glace.

Le territoire de la banquise fut désintégré au quart. Il ne restait plus rien. Jérémie cria de joie lorsqu’il vit qu’ils avaient survécut. C’est alors que les Frôlions qui n’avaient pas été détruits s’approchèrent. Une salve de tir de laser dévirtualisèrent tous les humains présents sur le sol gelé.

Peu importait à Jérémie à présent, il se précipita vers la salle des scanners, accompagné de quelques soigneurs. Il resta devant, attendant que la porte s’ouvre, ce qui arriva à peine quelques secondes après. La fumée s’éleva.

Personne.

Il n’y avait personne. Aucun des cinq guerriers de Lyoko n’étaient revenu, alors que les autres militaires attaqués par le Skorpion étaient tous revenu. Jérémie resta la bouche ouverte. Il remonta très vite dans la salle de contrôle, pensant à une défaillance du système.

Il tapota sur son ordinateur plusieurs minutes. Les larmes coulaient déjà sur ses joues. Il fallait se rendre à l’évidence : ils n’étaient ni dans le monde réel, ni sur Terre, ni entre les deux… Ils étaient morts, tous les cinq.

Il eut la confirmation très vite, une voix retentit dans son oreillette.

- Bonjour à tous, vous me voyez très heureux de tous vous voir réuni ce soir. Je suis Evan Ergheiz, et je viens du futur.

Il avait prit le contrôle de tous les canaux qu’utilisaient les militaires.

- J’ai réussi par le passé, et j’ai réussi une fois encore aujourd’hui. Lightning n’avait pas pu expliquer comment j’avais réussi à rendre Lyoko mortel pour les humains. Votre petite punk est maintenant morte, vous n’avez plus de moyen de désactiver des tours. Bon, maintenant, je crois que ça suffit pour les formalités d’usage…

Des dizaines de tours s’activèrent sur Lyoko.

- Préparez vous plutôt à MOURIR !!! hurla t-il de sa voix terrifiante.

Odd fut le premier à s’en apercevoir, malgré le choc de la nouvelle pour Aelita. Une chose gigantesque se dessinait dans le ciel nuageux.

- Qu’est-ce que c’est que ça ?? On dirait… une masse de terre qui vole…

- Non, c’est impossible !! s’écria Ulrich. C’est… la Zone Chaos !

- Le territoire ?! Tu rigoles ?

Odd comprit que son ami avait bel et bien raison lorsqu'il vit le volcan. Ergheiz avait pourtant réussi à matérialiser sur Terre… un territoire entier !!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chapitre XIV
Episode 110 : Champ de bataille

 

 

- Zut… Vas savoir ce qu’il nous prépare encore… grogna Odd en regardant le ciel. Ce qui est sûr, c’est que je ne vais pas le laisser faire !!

Il s’élança avec son Overboard vers la masse géante de Terre alors que Ulrich criait pour le retenir. Dans son ascension, Odd vit passer des avions de chasse au dessus et en dessous de la Zone Chaos. Ils étaient partis en éclaireurs. Odd changea le canal de son oreillette pour entendre ce qu’ils voyaient.

- … un volcan, il n’est pas en éruption mais on peut voir de la lave, c’est dingue je n’ai jamais vu un truc pareil !! Le magma ne semble pas couler, c’est comme s’il était maintenu à l’intérieur, mais théoriquement, c’est impossible ! Je vais repasser et vous transmettre des images…

Odd serra les dents, il commençait à avoir vraiment froid. Plus il montait, plus il avait du mal à respirer, mais il tenait bon.

- Je ne monte pas assez vite… pensait-il.

Il prit la barre servant de poignée à l’avant de son véhicule pour monter presque à la verticale. Il traversa alors les quelques nuages qu’il contemplait quelques minutes auparavant. Un avion passa à une centaine de mètres de lui et il senti l’air former une vague, il avait faillit lâcher mais tenait bon. Le territoire de XANA se rapprochait de lui lorsque quelque chose en tomba.

Il n’eut pas le temps de voir car déjà, plusieurs dizaines d’objets similaires se jetaient dans le vide. Il s’agissait de monstres : XANA en faisait pleuvoir du ciel. Tout à coup, Odd se fit percuter par un Mégatank qui avait déboulé. Il ne pu rien faire, si ce n’est de s’accrocher du mieux qu’il pouvait à la poignée de son véhicule. Cette chute libre aurait pu être mortelle pour lui, il n’en doutait pas, mais, d’une force surhumaine, il s’accrocha à son Overboard, et, par la même occasion, à sa vie.

Odd réussi à se redresser et leva les yeux. Ce n’était plus des dizaines, c’était maintenant des milliers de monstres qui tombaient en continu. Prouvant sa maîtrise du skateboard, Odd fonça en piqué en évitant quelques Krabbes qui descendaient moins vite que lui. Il plaça sa main sur son oreille et alluma son micro.

- Ecoutez-moi tous !! Une pluie de monstres va déferler sur vous, préparez-vous !!

En bas, tout le monde parut abasourdi, le plan maléfique de Ergheiz était en marche… Un plan pour prendre le contrôle de la planète.

- On ne va pas se laisser tuer sans réagir !! cria un homme haut gradé. Battez-vous jusqu’à la mort, n’oubliez pas que vous avez l’avenir de la planète entre vos mains !!

Odd avait rapidement dépassé les premiers monstres et Ulrich, dans le ciel, le vit. Il volait comme un aigle qui fonce sur sa proie, suivi de près par des milliers de points noirs qui se rapprochaient.

Yumi prit une inspiration très profonde tandis que les avions de chasse s’étaient éloignés pour ne pas être prit dans le feu, puis les militaires ouvrirent le bal.
On aurait pu croire à un feu d’artifice, mais les explosions d’obus de bazooka, les tirs en rafale et les canons à ions tous droits venus de Lyoko sonnaient le glas de la guerre.

Odd déglutit et fut prit de sueurs froides.

- Ehh !!! Vous essayez de me tirer comme un lapin ?!

Il arriva enfin en haut d’un immeuble où il rejoignit le béton. Il ne reprit son souffle que quelques secondes, et tira ensuite sans s’arrêter en l’air. Des explosions retentissaient mais étaient presque étouffées par les bruits de mitraillettes et autres armes.

Ulrich, quand à lui, restait bouche bée, impuissant devant tant de haine. Il se reprit lorsqu’un homme lui tendit un fusil. Timidement, il rangea ses épée et le prit.   

- Tu armes, tu vises, tu tires ! expliqua t-il en faisant le geste avec la sienne.

Ulrich devait alors se servir d’une telle arme pour la première fois de sa vie. Elle était bien plus lourde qu’il ne le pensait.

- Cette chose retire des vies, comment pourrais-je réellement m’en servir ? demanda t-il, alors que la peur l’envahissait.

L’homme en face de lui le regarda dans les yeux.

- La guerre a toujours existé. Les hommes font la guerre pour faire valoir leurs droits. Aujourd’hui, un tyran veut décimer l’humanité comme l’ont fait d’autres personnes avant lui. Il n’est pas le premier, et ne sera probablement pas le dernier. Nous devons nous battre pour tous les gens qu’il a tués.

L’homme dont Ulrich ignorait le nom lui sourit. Ulrich fut très reconnaissant à celui-ci. Il repensa aux mots de Ergheiz : Aelita, Brenn et d’ailleurs tous les autres sont morts à cause de cet homme. Des larmes lui coulèrent sur les joues, la peur s’était dissipée. Il était pourtant fort, mais la différence entre un monde virtuel et un monde réel était énorme. Il prit son courage à deux mains et tira à côté du militaire.

Quelques minutes plus tard, beaucoup de monstres avaient réussi à atterrir sur le sol et une bataille sans merci s’engagea.

- Leur métal est brûlant !! dit quelqu’un dans le micro. C’est comme s’il sortaient à peine de la fabrique !!

La ville où Yumi et les autres avaient grandi était devenue le terrain d’une guerre. De son Overwing équipé de lasers (grâce aux exploits du Jérémie du futur), elle arpentait la ville et détruisait tout monstre qui se présentait à elle. Plus elle avançait, plus elle reconnaissait l’endroit. Elle avait l’impression qu’un millier d’années s’était écoulé depuis qu’elle était partie.

Son quartier, toute son enfance remontait à la surface. Des Krabbes et autres Tarentules en prenaient peu à peu le contrôle. Yumi se battait avec toute la rage qu’elle avait accumulée contre XANA depuis ces dernières années. Elle avait la conviction que c’était sa dernière bataille.

Au détour d’une rue, elle aperçu sa maison. Des choses lui revirent en mémoire. Les anciennes attaques de XANA avaient bien faillit tuer sa famille. Son cerveau bouillonnait jusqu’au moment où…

- Nooooon !!! hurla t-elle.

Un Mégatank tombé du ciel venait de réduire sa maison, et toute sa vie, en une tonne de gravats. Elle hurla à la mort, elle pleura et devint alors incontrôlable. Elle n’écouta plus aucune instruction, toute créature passant devant elle fut détruite. Elle combattit comme si la vie du monde reposait uniquement entre ses mains.

Bien plus loin d'elle, William aidait Jérémie à se remettre, il était très faible.

- Cette pourriture… comment a-t-il osé ? dit-il, les yeux flamboyants. Jérémie, on doit l’arrêter !!

- C’est impossible… Que pouvons nous faire, nous avons tout essayé, tout. A chaque fois que nous croyons le vaincre, il revenait encore plus fort.

- Jérémie, c’est vrai qu’il nous a tous eut, tous. Mais nous allons y arriver… dit calmement William.

- Pourquoi se battre ? Aelita est morte, tout est fini, répondit Jérémie.

- Qui disait hier qu’on avait des atouts ? Qu’on pourrait l’affronter ? Ressaisis-toi bon sang !

Jérémie serra les dents, s’essuya machinalement les yeux et acquiesça.

- Oui… nous devons le faire, pour elle.

Il courra vers les ingénieurs à l’extérieur de l’usine. Des fils s’étendaient de part et d’autre du pont qui reliait l’usine à la rive. Les scientifiques avaient déplacé un scanner à l’extérieur, et semblaient sur le point d’effectuer une manœuvre.

- Nous attendons vos ordres, capitaine, dis un officier qui avait revêtit une combinaison épaisse.

- Très bien, répondit celui-ci.

Il ajusta son micro et envoya un signal au général Dickens. Ce dernier avait vu le carnage, déjà des dizaines d’hommes s’étaient fait tués. A présent, même les Mégatanks envoyaient leurs lasers circulaires pendant qu’ils tombaient du ciel. Il prit la décision après consultation de ses collègues.

- Allez-y, dit-il, vous avez la permission de réveiller les deux Dieux-Armes.

Tout s’agita alors sous les yeux de Jérémie et William. Ils appuyaient sur des tas de boutons, exécutaient des commandes sur leurs ordinateurs. Quelques secondes plus tard seulement, tout le monde s’était reculé pour regarder le spectacle. Le scanner s’ouvrit. Comment un tel monstre avait pu en sortir, Jérémie l’ignorait, mais d’après ce qu’il pouvait voir, c’était certainement le dieu de la terre. Il était de couleur brune et avait sur lui ce qui ressemblait étrangement à une peau de tatou.

Il ne bougeait pas, mais tous les personnes présentes dans la ville pouvaient à présent le distinguer, peu importe l’endroit. Un scientifique souffla alors : il allait tenter de le faire bouger. Il lança l’exécution d’un code et le dieu fit quelques pas sur le côté, causant de sérieux dommages matériels.

Le deuxième sorti donc du scanner, d’une manière toujours aussi improbable. Il était bien différent du premier, ainsi que du Kolosse de feu et du dieu de l’air recouvert d’une gigantesque armure. Pour symboliser l’eau, ce dernier dieu faisait corps avec celle-ci. Il n’avait qu’une constitution liquide et ne ressemblait à rien de connu jusqu’à présent. On pouvait voir à travers lui, et la seule chose qu’il possédait à l’intérieur était une boule avec le symbole de XANA.

Les ingénieurs avaient mis au point un système permettant aux dieux de réagir habilement selon une palette de mouvements possibles. Ils avaient même fait appel à des spécialistes des jeux vidéo pour les aider. Les Dieux-Armes étaient capable également de faire la différence entre un humain et un sbire de XANA. Tout avait été réfléchi, tout avait été mis en place.

Le capitaine présent devant les deux adolescents indiqua par micro les procédures, puis, appuya sur la touche « Entrée » de son clavier. Les dieux avancèrent ensemble alors que la pluie de monstres ne s’arrêtait pas.

On les envoya dans une zone plus plate, avec peu d’immeubles, zone qui avait été évacuée quelques minutes plus tôt. Les hommes qui y étaient affecté se rendirent en centre ville pour prêter main forte à leurs équipiers.

- C’est notre dernière chance… murmura William. Des géants comme ça, ça me rappelle des mangas où des types conduisent des robots gigantesques…

- Il n’y a plus qu’à espérer qu’ils soient utiles, répondit Jérémie. Viens, mettons-nous à l’intérieur.

Le bras dans le plâtre, William n’avait d’autre choix que de rester encore en retrait, malgré le fait qu’il ait l’envie de se battre. Il pensa à ses amis en train de puiser toutes leurs forces pour livrer cette bataille et espéra qu’il ne leur arrive pas malheur.

Les Dieux-Armes faisaient le ménage, ils étaient efficace, c’était le moins qu’on puisse dire. Ils répondaient au doigt et à l’œil aux instructions programmées. Celui de la terre ne sentait absolument rien aux lasers des petits monstres. Il les écrasait sans aucun problème et son corps valait probablement l’armure du dieu de l’air. Celui de l’eau, quand à lui, n’avait même pas besoin de voir ses ennemis, d’ailleurs, il n’avait pas d’yeux ! Il lui suffisait d’inonder un quartier entier pour éliminer toute présence mécanique dans les environs.

Tout à coup, la voix que l’on avait entendue un peu plus tôt retentit à nouveau dans les oreillettes de tous les militaires, tandis que la nuit commençait à tomber.

- On joue déjà ses dernières cartes ? Vous êtes pitoyables !! s’exclama Ergheiz.

Un grondement annonça un combat titanesque. Venu de nulle part, le Kolosse, dieu du feu, écrasa une tour, tuant probablement tous les militaires qui étaient sur les toits. Une fumée blanche s’éleva et les Dieux se regardèrent. A leur taille, la distance ne représentait probablement pas plus que cinq mètres à échelle humaine, mais ils étaient à plusieurs kilomètres les uns des autres.

Ulrich, qui voyait cela de loin, espéra que les Dieux étaient programmés à une telle rencontre. La dernière arme risquait de venir dans très peu de temps, et un combat de titan allait s’engager. Et évidement, il avait raison… à une erreur de calcul près.

L’arme de l’air, comme dans son élément, volait. Elle fonçait à toute allure vers les deux alliées, et, tout à coup, se décupla, laissant voir trois fois la même masse gigantesque dans le ciel.

- Mais… commença Ulrich. C’est ma technique !!

Elles étaient en effet quatre contre deux à présent, un combat perdu d’avance. L’arme du vent était apparemment la plus puissante, et c’était pour cela que Ergheiz avait voulu la réveiller rapidement. Il avait sûrement projeté de faire un essai avec l’arme de feu, et d’enchaîner à réveiller les autres peu après, pensait Ulrich.

Le choc des géants fut probablement ressenti à plusieurs centaines de kilomètres. Odd et Yumi en perdirent l’équilibre, bien qu’ils soient à l’autre bout de la ville. Cette dernière n’était d’ailleurs plus que le lieu de la plus grande bataille de tous les temps.

L’arme de la terre combattait très rapidement, rien à voir avec le Kolosse, plutôt lent. En fait, elles avaient réagit sans ordres préalables, comme si la nature retrouvait ses droits. Le feu contre l’eau, le vent contre la terre. L’arme de l’eau ne ressentait absolument rien, mais pouvait donner des coups très puissants. Elles étaient manifestement les plus lentes, mais peut-être plus efficaces.

Le Kolosse planta son bras qui ressemblait à une lame dans le sol. Peu après, une colonne de flammes de plusieurs centaines de mètres de haut l’entoura, ultime défense. Celle de l’eau tenta de la traverser, mais c’était totalement impossible.

Les trois armes de vent se déplaçaient plus vite que l’éclair, celle de la terre était dépassée par cela. Ulrich changea de canal et contacta Yumi et Odd.

- Ramenez-vous, les armes ne vont pas faire long feu il faut les arrêter !!

Ils prirent la route avec leurs véhicules, laissant les militaires à présent contre un nombre incalculable de monstres. Ils avaient l’air de tenir bon malgré de nombreuses pertes, ils étaient tout de même l’élite des combattants du monde !

Une nouvelle voix résonna dans toutes les oreilles. Il ne s’agissait pas de Ergheiz cette fois-ci.

- Je suis le président des Nations-Unies, et je soutiens moralement toutes les troupes ! Je sais que l’homme que nous combattons m’écoute, je vais donc vous exposer la situation. Evan Ergheiz, je vous laisse dix minutes, et pas une seconde de plus, pour arrêter tout ça ! Passé ce délai, vous regretterez votre affront au monde libre ! Nous vous feront passer le moment le plus noir de toute votre vie, faites-moi confiance !!

Les trois Lyoko-guerriers étaient côte à côte à présent et zigzaguaient entre débris et monstres. Odd paraissait incrédule.

- Qu’est-ce qu’il nous a fait, le vieux ? Il veut provoquer Ergheiz ou quoi ?

- Evidement, j’étais sûr que tu n’avais rien compris… Le petit manège de Grant est risqué, mais plus c’est gros, plus ça passe comme on dit ! dit Ulrich.

- Hein ? Mais vous allez m’expliquer ou quoi ?! Yumi ! s’exclama Odd.

- Pff, c’est difficile avec toi ! dit-elle. Grant était censé trouver un moyen de communiquer avec nous, et c’est ce qu’il a fait ! Mais pas le temps de t’expliquer ça, on arrive !

Ils regardèrent en l’air. Le Kolosse, entouré d’un feu brillant, illuminait la nuit. Celle de l’eau paraissait impuissante, c’est en tout cas ce que croyais Ulrich jusque là. Il vit que l’arme paraissait concentrée, et c’est à ce moment que toute l’eau du fleuve s’éleva dans les airs.

- Faut… faut pas rester là !!

- Pourquoi, tu as compris ce qu’elle s’apprêtait à faire ?

- Elle veut balancer l’eau du fleuve sur le Kolosse, ça me paraît évident !

Ils avancèrent le plus rapidement possible vers les hauteurs et virent la boule d’eau gigantesque graviter au dessus de la créature. Tout se déversa en un instant, le feu fut éteint. Mais l’arme contrôlée par XANA avait prévu ceci et empala son ennemi avec son bras-lame. Le dieu de l’eau ne ressentait rien, mais les Lyoko-guerriers pensaient que si l’autre arrivait à toucher la boule avec le symbole au milieu de son corps d’eau, elle serait détruite.

Le combat des trois armes de vent s’écourta. Le dieu de la terre avait réussi à détruire l’une d’entre elle. Le décuplement est une technique qui divise la force, l’arme avait l’avantage du nombre, mais contre la puissance de celle de la terre, c’était inefficace. Ainsi, les deux restantes ne reformèrent plus qu’une, laissant donc les quatre vrais armes s’affronter ensemble.

Ulrich sauta sur l’Overboard de Odd.

- Rapproche-toi du Kolosse ! C’est le plus facile à vaincre si on touche les symboles de XANA !
Les garçons, suivis de près par Yumi, s’approchèrent des monstres. Ils n’étaient plus qu’à quelques mètres maintenant… Tout se joua en un instant.

Odd laissa tomber Ulrich sur la lame du Kolosse, enfoncée très profondément dans celle de l’eau. Il sortit ses deux lames et les enfonça dans l’œil de XANA. Yumi devait quand à elle s’occuper de celui au milieu du front mais quelqu’un la devança : l’arme de la terre avait abandonné son combat et était venue prêter main forte à sa « coéquipière »… Malheureusement trop tard. Lorsque le coup fut porté au Kolosse de feu, la lame avait déjà transpercée celle de l’eau.

Presque en même temps, les Dieux-Armes du feu et de l’eau furent détruits, mais la pire des situations s’installa. Celle de l’air avait détruit la carcasse du dieu de la terre, par derrière.

Ulrich fut rattrapé au vol par Yumi et n’en croyait pas ses yeux : l’arme du vent n’avait eu aucun scrupule, elle était belle et bien contrôlée par un être maléfique. Il ne restait à présent plus qu’elle. Elle allait détruire tous les hommes présents.

Elle s’envola et fonça sur des immeubles du centre ville. Les petits monstres furent abandonnés, bien qu’ils tombaient encore du ciel. Tous les militaires tiraient sur l’arme, mais rien à faire. Chacun regardait sa montre, il ne restait plus qu’une minute avant la fin du temps imposé par le président. Des tireurs d’élites collèrent des émetteurs à l’arme. Une fois encore, Ergheiz s’exprima.

- Ahahah !!! C’est terminé ! Vos Dieux étaient faibles ! Le vieux, tu vas faire quoi, balancer une bombe nucléaire ? Tu crois que je suis assez idiot pour venir sur le champ de bataille ? Vous êtes tous seuls à présent, comment allez-vous compenser cela ? Par le nombre, par les armes ? Ahahah ! Comme si vous disposiez de l’un des deux !

A quelques dizaines de kilomètres de là, quelqu’un répondit à la question. Le colonel Grant et son ami Vincent, touché à la jambe, étaient devant la centrale qui alimentait la ville en électricité.

- Peut-être… par notre connaissance et notre expérience !! cria t-il.

La centrale fut alors secouée par une explosion qui coupa toutes les lumières de la ville. C’est ce moment précis qu’avaient choisi les militaires pour tous tirer dans la direction de l’arme. Les avions de chasse lancèrent leurs bombes guidées par les émetteurs, tout comme les tanks. L’arme ne voyait plus rien, elle ne pu pas arrêter cette salve d’explosion continue, et enfin, dans un grondement comme si la vie lui échappait, le dernier Dieu-Arme s’effondra.

Toutes les personnes restantes crièrent de joie, mais elle fut de courte durée lorsqu’il fallut arrêter cette pluie de monstres qui ne se stoppait pas. Chacun puisa dans ses dernières forces, mais celles-ci les quittaient… Des gens mourraient, Ulrich, Odd et Yumi étaient encore non loin des carcasses des trois autres armes et avaient suivit tout cela de loin.  

- Comment… Comment détruire la Zone Chaos ?

Cependant, quelqu’un venait de réussir cet exploit : le territoire tombait à présent.

- Quoi ?! Qu’est-ce qu’il s’est passé ? demanda Yumi.

Ils suivirent la progression de la chute, qui s’effectua à une bonne centaine de kilomètres de là. Comme un séisme, la terre trembla lorsque le choc survint.

- Qui… qui a pu faire une telle chose ? C’est impensable ? XANA se saboterait lui-même ?

- Non… dit Ulrich. Je suis certain que c’est « la troisième personne ».

La pluie de monstres s’arrêta enfin, et les derniers affrontements eurent alors lieux. Les Lyoko-guerriers virent dans le ciel des lumières, d’ailleurs, ils n’étaient pas les seuls : à part quelques groupes électrogènes, dont celui de l’usine, la ville était plongée dans les ténèbres.

Ces phares appartenaient au Skidbladnir Alpha, qui volait à présent vers l’usine. Les trois adolescents s’y rendirent pour voir de leurs yeux la ou les personnes qui avaient osés affronter Ergheiz. Ils arrivèrent quelques secondes avant que le Skid ne se pose. Deux personnes en sortirent. Dans la pénombre, on pouvait juste voir que l’un supportait l’autre par l’épaule.

L’homme mal en point montra enfin son visage ensanglanté. Il s’agissait de Lightning.

Mais pour la deuxième personne, personne n’en cru ses yeux.
Qui aurait pu se douter qu’il s’agissait d’Evan Ergheiz ?


 

Chapitre XV

Episode 111 : Celui qui défie Lyoko

 

 

 

Immédiatement, une vingtaine d’hommes armés jusqu’aux dents entourèrent Lightning et Ergheiz. Ce dernier prit tout de suite la parole.

 

- Du calme !! Attendez ! Vous croyez vraiment qu’il serait assez stupide pour se montrer comme ça ?

 

- « Il » ? demanda quelqu’un.

 

- Je suis Evan Ergheiz vous avez raison, mais je suis celui du présent… C’est mon homologue du futur que vous pourchassez…

 

- Il dit vrai ! s’empressa d’avouer Lightning, essoufflé et parlant avec difficultés. C’est lui qui m’a aidé à m’enfuir du laboratoire de l’autre cinglé…  

 

Il toussa et Evan lui demanda de ne pas en faire trop. Yumi s’avança et franchit le cercle formé par les militaires autour d’eux.

 

- Prouvez-le, dit-elle froidement.

 

- Nous n’avons que très peu de preuves, malheureusement… Tout ce que nous pouvons vous montrer, c’est les marques qu’il nous a infligé.

 

- Des marques ? s’étonna-t-elle.

 

Evan souleva sa manche droite et découvrit des traces de brûlures, et rien qu’en déboutonnant un peu sa chemise, Lightning dévoila de grosses cicatrices paraissant encore jeunes.

 

- Ca, c’est ce qu’il nous a fait pour nous forcer à collaborer. De temps à autre, il nous emmenait avec lui sur le monde virtuel, et dans ce cas, il utilisait la force de XANA, c'est-à-dire le virus informatique, pour nous obliger à nous soumettre à ses ordres. En dehors de ça, nous devions travailler dans son laboratoire.

 

- Et où se trouve t-il, ce laboratoire ! s’impatienta un homme, plus agressif que les autres.

 

- Nous avons réussit à nous en échapper il y a peu, je m’étais moi-même rebellé pour dévirtualiser Light à Pékin, et depuis deux jours il ne s’occupe plus de nous, on a donc réussi à…

 

- OÙ??! s’écria le même homme, à bout de nerfs.

 

D’autres tentèrent de la calmer, mais il paraissait toujours aussi déterminé.

 

- A environ 200 kilomètres au sud-est d’ici, dans un entrepôt abandonné de la ville d’Aigue-Marine. Mais si vous voulez mon avis, avec ce qu’on a fait à son territoire volant, il y a peu de chance qu’il y soit encore. Si vous voulez mon avis, il s’est rendu sur Lyoko, termina Evan.

 

Ils ne prirent pas compte de cette information et déjà, des militaires s’affairaient autour d’une carte de la région. Ils furent rejoint par la plupart des hommes encore capables de se battre. Ils avaient fait le ménage des derniers monstres dans la ville. Une équipe était partie immédiatement se rendre  l’entrepôt.

 

Vincent, Grant, William et Jérémie s’étaient joints à tous, et écoutaient, avec un soupçon de haine, l’homme qu’ils voyaient et qui était la réplique trait pour trait de leur ennemi juré (mais avec dix ans de moins). Un jeune homme blond se tourna alors vers Lightning.

 

- J’ai une question à te poser… commença Jérémie. Tu as réussi à retourner dans le passé sans que les personnes mortes dans ton futur ne soient touchées. Dis-moi que c’est encore possible !

 

- Honnêtement, répondit Lightning le souffle court, je ne sais pas. Je ne pensais pas qu’il nous faudrait le faire deux fois. Le Jérémie que je connaissais a activé ce qu’il a appelé le « portail des époques » sur Lyoko, peu avant de mourir. Il n’a pas eu le temps de m’expliquer son fonctionnement et n’a mis aucune donnée sur la carte mémoire.  

 

- Tu te fiches de moi ? s’exclama Jérémie en fermant les yeux. Tous ceux qui sont mort le sont pour de bon, c’est ça que tu essayes de me dire ?

 

- Je… je suis désolé. Rien ne se passe comme nous l’avions prévu. J’étais juste censé vous sauver et retrouver Evan Ergheiz pour l’arrêter, mais celui du futur… il…

 

- Ca va, on connaît la suite, abrégea le colonel. Ce que je veux savoir, c’est ce qu’on doit faire maintenant !

 

- Il faut arrêter ce type… dit Lightning.

 

- L’arrêter… marmonna Ulrich. Tu veux dire par là : le tuer ?

 

- Je ne sais pas, il a peut-être des informations utiles pour le retour vers le passé, ce type est un génie et il est allé bien plus loin que nous tous réuni dans l’univers virtuel.

 

Dans le silence, tout le monde réfléchit à la suite des évènements.

 

- Ce qui est certain, c’est qu’il va s’enfuir dans Lyoko lorsque les militaires seront dans son entrepôt, dit une voix féminine, rompant le silence.

 

Yumi s’était un peu avancée pour être visible de tous.

 

- Tendons-lui un piège, dit-elle en tapant le poing dans sa main.

 

- Pas très subtil l’embuscade, dit Grant. Il va le sentir venir à des kilomètres si tu veux mon avis Ishiyama. Mais nous n’avons pas vraiment le choix.

 

- Pas forcément… j’ai une idée, fit son ami Vincent en lui tapant l’épaule.

 

Il expliqua son plan qui ne fit pas l’unanimité, mais dans une situation comme celle-là, il aurait été bien difficile de trouver mieux. Les derniers préparatifs furent mis en place et le colonel donna des ordres à quelques chefs de troupes.

 

- Sparkster et tes hommes, vous prenez par la gauche. Chadwick et ses troupes à droite, puis Jisper et les siens avec nous. L’important est que l’on gagne du temps, alors pas d’attaque sans qu’on en donne l’ordre. A l’inverse, il est évident que nous devrons défendre au péril de notre vie jusqu’à ce que le blondinet ne nous prévienne.

 

Il donnait les dernières instructions pile au moment où une sirène retentit.

 

- Tour activée dans le territoire du désert ! s’écria quelqu’un devant un ordinateur.

 

- Déjà ? C’est beaucoup trop tôt! Où en sont les négociations ? demanda Grant.

 

- On a l’accord évident des Etats-Unis, de la Chine, de l’Europe de l’Ouest et du Japon, pour la Russie ce n’est plus qu’une question de minutes. Certains états Africains et Sud-Américains souhaitent aussi nous aider.

 

- Bon, ça va plus vite que je ne l’espérais, dit leur bien que la limite est fixée à une heure du matin, on ne pourra pas tenir plus longtemps.

 

C’est ainsi que fut matérialisés une centaine d’hommes et de femmes dans Lyoko, sur le territoire du désert, cela prit d’ailleurs plus de vingt minutes! Parmi eux, Ulrich, Yumi, Odd, Grant et Evan servaient d’appâts. Ils étaient partis en éclaireur et bien heureusement, Ergheiz ne s’était pas encore montré.

 

- Un adepte de la torture psychologique ? demanda Grant.

 

- Peut-être bien, répondit Ulrich. En tout cas, ce Ergheiz est vraiment un dérangé !

 

Peu après que tous les militaires ce soient mis en place dans un endroit préalablement choisi, la tension était à son comble. Ils avaient mis toutes les chances de leurs côtés : le terrain était vaste, plat et disposait de leur côté de quelques rochers de couleur jaunâtre, luisant au soleil virtuel. Cela leur permettait d’éviter les dégâts en se cachant.

 

Ce qui devait arriver arriva. La plus grosse bataille du monde de Lyoko allait débuter. Des bruits de milliers de robots s’entendaient et pourtant, l’ennemi n’était toujours pas en vue. Des bruissements d’ailes et des petits cris étranges résonnèrent alors, puis laissèrent entrevoir une nuée de Frôlions, suivi de près par une horde de Manta. Yumi frissonna.

 

- C’est fou, je n’en avais jamais vu autant de ma vie !! Même lorsque tous les Krabbes protégeaient une tour. Ce jour là, on avait réussi à les feinter mais cette fois…

 

- Et ça ne fais que commencer, tu peux en être certaine, murmura Evan.

 

Megatanks, Bloks, Krabbes, Kankrelats, Tarentules : ils étaient tous là dans un nombre faramineux. En plus de l’avantage du nombre, il y a une chose très importante qu’ils n’avaient pas, la peur de la mort. La poussière rouge s’éleva de la terre, à perte de vue, des monstres.

 

Derrière les écrans d’ordinateurs, Jérémie n’en croyait pas ses yeux. Lightning, quand à lui, ne paraissait que très peu surpris : il avait déjà vécu ça une fois, dans le futur.

 

A ce moment là, un seul humain jouait sa vie dans le camp adverse, un meurtrier de la pire espèce qui avait déclenché cette guerre : Ergheiz, « l’assassin du futur ».

 

Sur le dos d’une raie volante, il menait la valse des ténèbres, et l’ombre de la mort semblait émaner de lui. A une centaine de mètre de la petite carrière de roche, il sauta à terre. Automatiquement, tous les robots terrestres s’arrêtèrent, et ceux volants firent du surplace. Vêtu de son costume noir très moulant à petites nervures rouge sang, il avança vers les forces alliées d’un air détaché, comme si cela était devenu une routine. Son long katana accroché à la ceinture, il fit face.

 

- Sortez de là ! leur ordonna t-il expressément.

 

Quelques secondes plus tard, Ulrich fit son apparition, suivit de près par Odd à sa droite. Evan, d’une rage palpable, sorti lui aussi de sa cachette, puis vint le tour de Grant qui sauta du haut de son rocher et enfin Yumi, qui avait déjà sorti ses éventails. Tous cinq se mirent en ligne face à lui.

 

- Une belle brochette de bons combattants, examina Ergheiz. Cette nuit est votre dernière, j’espère que vous avez bien rédigé votre testament !

 

Il ria bêtement puis se reprit.

 

- Vous savez, moi, je n’ai absolument rien à perdre dans cette bataille. C’est ça le plus risible !

 

- Quand on t’aura décalqué, tu feras plus le malin, grogna le colonel.

 

- Parce que vous comptez me tuer ? Oh, je n’ai pas spécialement peur de la mort, donc vous pouvez y aller. Cependant, j’ai juste une petite chose à dire. Vous cherchez à remonter le temps n’est-ce pas ? Et ce n’est pas ce crétin de Light qui a retenu un mot de la manière de procéder. Moi, je sais tout. Tout est là-dedans !

 

Il pointa du doigt sa tête, un petit sourire narquois aux lèvres.

 

- Comme si on allait te faire confiance, face de rat ! lui répondit Odd du tac-o-tac.

 

- A la limite, je m’en fiche, pour moi c’est certain que vous n’arriverai jamais à me faire cracher le morceau. Même si vous aviez une infime chance de me liquider, je ne dirais rien. Qu’allez-vous faire alors ? Vous allez tenter le coup quand même, même si c’est perdu d’avance ?

 

- Pff, c’est évident, t’es qu’un idiot ! s’exclama Ulrich.

 

- Eheh, cette soirée va être riche en événements ! Ne faisons pas plus attendre le comité d’accueil, et que la boucherie commence !! s’écria Ergheiz.

 

Ulrich perdit son sang froid à cette annonce et fonça en SuperSprint vers l’ennemi, ses deux sabres fermement tenus. 

 

- « Dark Wind »… murmura Ergheiz.

 

Au moment de l’impact des sabres d’Ulrich sur la peau de l’homme, celui-ci avait prononcé ces deux mots. Il disparu et l’adolescent frappa dans le vide.

 

- Quoi ? Où est-il ? s’écria Odd.

 

Ergheiz s’était téléporté sur la Manta qui lui avait servit de véhicule. Il leva les bras au ciel et le combat débuta. Tous les monstres se mirent en mouvement vers la carrière de roches. Ulrich serra les dents.

 

- Nos véhicules, dit-il.

 

Instantanément, Jérémie envoya sur Lyoko un Overboard, un Overbike, un Overwing et un Overmanta destiné à Grant. Evan Ergheiz du présent sorti sa lame et se plaça dans une posture dignes des plus grands samouraïs. Les quatre restants sautèrent dans leurs véhicules et prirent la direction des ennemis, alors que les troupes de Sparkster, Chadwick et Jisper firent feu de leurs canons à ions.

 

- Ne meurt pas, dit Odd à Ulrich.

 

D’un sourire, son meilleur ami lui répondit :

 

- Autant pour toi !

 

Ulrich et Grant s’occupèrent des troupes à terre, tirant grâce aux pointeurs lasers dont étaient équipés leurs véhicules. Odd et Yumi firent de même dans les airs. Des tirs fusaient et heureusement, Jérémie avaient eu le temps peu avant d’ajouter des bulles de protections pour éviter qu’ils se fassent massacrer en quelques secondes.

 

C’était au camp adverse de montrer leurs forces à présent, et ils ne se ménageaient pas.

 

Sur l’écran de Jérémie, plus rien n’était lisible tellement il y avait de combattants. Il regarda sa montre : plus qu’un quart d’heure avant l’heure H. Tous les préparatifs étaient effectués en amont, et dans l’usine, des centaines de personnes se hâtaient. Ils n’étaient que trois autour de Jérémie : Lightning, Vincent et William, tous trois blessés. L’adolescent blond travaillait d’arrache pied, et les autres ne lui étaient pas vraiment d’un grand secours.

 

- Dis-moi Lightning, engagea William.

 

- Oui, qui a t’il?

 

- En fait, c’est juste que je me demande quel est ton vrai nom?

 

- Tu crois que c’est le moment ? s’exclama Vincent.

 

- Ben, j’en sais rien, j’essaye de détendre l’atmosphère !

 

- Mon vrai nom ? Hum, je m’appelle Stephane Duval.

 

- Quoi ?? Plus banal que ça, y a pas !! Je comprends pourquoi tu prends un pseudonyme bien classe !

 

- Oh ça va hein !! s’écria Lightning.

 

- Bon, quand les deux comiques auront fini leurs idioties, j’aimerai qu’ils vérifient la jauge d’uranium ! dit Jérémie.

 

- Oui, chef !

 

Très vite, sur Lyoko, les monstres arrivèrent face à Evan, tout proche de la carrière. La grande lame de son sabre brilla d’un jaune vif, puis tout devint lent. Les monstres semblaient s’être arrêtés sur le passage du guerrier, alors qu’en réalité, il était tout simplement rapide et souple. Il n’y avait aucun mouvement superflu, tout était fluide et précis : il détruisait tout sur son passage, laissant bouche bée tous les humains.

 

Ceux-ci, malheureusement, n’eurent pas vraiment le temps de se réjouir de la performance de cet allier de taille, puisqu’une horde de Manta lancèrent leurs bombes dans la carrière rouge ainsi que des Frôlions qui s’infiltraient comme dans une fourmilière.

 

Les cachettes leurs servaient encore, ils pouvaient les prendre d’assaut tout en se protégeant des monstres de terrain. Cette situation ne fit qu’empirer au fil des minutes, jusqu’au summum de la crise, lorsque les Mégatanks s’ouvrirent et envoyèrent leurs faisceaux en demi-cercle. Ils s’étaient stoppés en ligne à dix mètres des rochers et tentaient de les détruire, pour faire sortir leurs assaillants. Yumi et Odd montèrent haut pour éviter de se faire tuer, mais Ulrich et Grant furent obligés de se replier tellement cela explosait de toute part.

 

Cinq minutes avant l’heure H. Jérémie appuya sur la touche « Entrée » du clavier du Super-Calculateur. Il avait activé une fonctionnalité qui était présente dans le petit disque mais néanmoins rempli de surprises que lui avait fournit Lightning. Le vent se leva sur Lyoko, et les deux adolescents en hauteur furent aux premières loges pour voir la formation d’une tornade de sable, au milieu des troupes de monstres.

 

- Bien joué Einstein yeah ! cria Odd en serrant le poing.

 

- Ramène-toi, lui dit Yumi, il faut leur prêter main forte en bas !

 

Ni une ni deux, ils descendirent en piquer et éliminèrent en priorité les boules de métal, très résistantes si on ne vise pas le symbole de XANA. Juste à côté l’Overmanta fut détruit par les tirs incessants de tarentules particulièrement hargneuses, et le colonel fut touché au bras. Il était à terre à présent, et aurait dû être dévirtualisé si Odd n’avait pas créé un bouclier de protection juste devant lui, lui laissant le temps de se mettre à l’abri. Un militaire se mit à côté de lui, il s’agissait de Sparkster.

 

- Jisper… il est mort… dit-il d’une voix faible.

 

- Merde, pas lui ! Je ne pensais pas qu’ils étaient si balèzes, il faut se replier, maintenant !! grogna Grant. Petit Génie, tu m’entends ? On n’a plus le temps, il faut y aller !!

 

Jérémie, sur son ordinateur, entendit une faible voix et activa une tour à proximité du lieu choisi pour les défenseurs, il la changea en passage vers la Cité Virtuelle. Le halo bleu colora cette tour et ce fut le signal pour débuter le plan.

 

- REPLIEZ-VOUS !! crièrent ensemble Grant et Sparkster, suivi par d’autres humains qui avaient entendu l’appel.

 

Ils quittèrent leur camp de défense en courant et en sécurisant un passage. Plusieurs d’entre eux perdirent la vie en aidant d’autres à s’échapper mais l’essentiel était de jouer les appâts. Ils devaient faire croire à Ergheiz qu’ils étaient dépassés par l’ennemi et que la force des choses les amenait à se replier vers la cité.  

 

Au moment où Odd franchi le passage vers Lumina, il vit que tout avait été mis en place et tout avait fonctionné. La plus grande union du monde était non pas réunie sur Terre, mais bel et bien sur Lyoko.

 

Ils avaient transformé la Cité Virtuelle en forteresse imprenable, et des gens de tous les pays du monde armés jusqu’aux dents étaient venu se battre. Une majorité avait entre les mains des canons à ion, équivalent des fusils d’assaut, mais certains avaient gardé leur équipement « de base ». C’est ainsi que des samouraïs, des experts en arts martiaux se tenaient à terre, sur des véhicules volants, en haut de la grande muraille, sur les toits des immeubles et même dans des Skidbladnir. Les défenseurs coururent se réfugier derrière les remparts, alors que les monstres s’apprêtaient à entrer, ce qui ne fut pas très long.

 

La bataille finale débuta réellement, à l’intérieur d’une ville virtuelle étrangement illuminée. Des hommes et des femmes hurlèrent en même temps et commencèrent à se battre dans une colère monstrueuse. Certains utilisaient leurs pouvoirs de Lyoko-guerrier, comme de la télékinésie ou encore des tremblements de terre. Toute la rage qu’ils avaient accumulée à cause de la mort des leurs familles, leurs amis, toute cette puissance avait explosée en un instant.

 

Le temps que leur avait donné les appâts était fait uniquement pour ramener le plus de guerriers ou militaires volontaire possible. Un homme chinois avec une longue barbe devait être un maître très puissant car il détruisait à la main les Bloks qui tentaient de le geler. Une femme à l’apparence de félin sautait de Krabbe en Krabbe tout en plantant un poignard dans leur symbole de XANA. Un jeune homme ne se servait que de ses jambes qui envoyaient des vagues d’énergie pour se battre et un genre de lutteur assez lent semblait avoir bien plus de points de vie que la moyenne. Sur des Overslides, un homme blond avec un foulard blanc sur la bouche possédait la capacité de rouiller les robots métalliques qu’il touchait et d’un Overwing, une femme tirait avec précision des flèches bleues scintillantes. Tout le monde se lança dans la bataille avec certes une once de peur, mais avec la ferme intention de mettre un terme à tout ça.

 

Alors que les monstres s’avançait toujours un peu plus, l’un d’eux forma une brèche dans la grande porte, permettant aux terrestres de s’infiltrer dans la cité. Les volants, eux, avaient une longueur d’avance et affrontaient déjà des militaires à l’intérieur des murs.

 

Tout à coup, Ergheiz traversa la tour bleue et se retrouva lui aussi sur le champ de bataille. Il fut très étonné de voir toute ce monde. Il avança sans crainte vers la muraille et plusieurs humains tentèrent de le tuer, mais rien ne l’atteignait : ni projectile, ni tir laser.

 

Son homologue du présent lui fit alors face comme un genre de miroir. Les deux lames entrèrent en contact et un duel s’engagea. L’entrechoquement des sabres projetait des étincelles et le souffle dégagé par la puissance des coups se ressentait à plusieurs mètres. Ils semblaient exactement pareils, si ce n’est quelques rides sur l’un des deux Ergheiz. Mais à part cela, une chose très importante les différenciait, celui du futur tenait son épée à une main, contrairement à celui du présent qui la tenait fermement des deux. Après quelques violents échanges, l’assassin ouvrit sans grande et perfide bouche.

 

- Je vois que tu es devenu très puissant, cher ami.

 

- Vas te faire voir ! dit Evan d’une voix sombre.

 

- Allons, nous ne sommes pas si différents, tu es moi et je suis toi après tout !

 

- Jamais !! cria Evan. J’ai changé, et il n’y a plus qu’une vague ressemblance d’apparence entre nous !

 

- Tant de haine, dit Ergheiz, tu as l’air de vraiment me détester on dirait. Mais au fait, je dois te féliciter pour avoir matérialisé la bombe dans le volcan, sur Terre, c’était remarquable ! Je ne m’y attendais vraiment pas.

 

En effet, Evan et Lightning avaient réussi à générer la même boule noire qui avait détruit une partie de territoire et avait tué Aelita, quelques temps plus tôt.

 

- Seulement, repris le maléfique Ergheiz, tu m’as déçu, et maintenant tu va mourir !!

 

Avec son sabre, il bloqua celui d’Evan et de sa main libre, lança une attaque dévastatrice.

 

- « Little Flower ».

 

Une explosion retentie au niveau des cotes du grand homme brun qui perdit d’un coup 90 pourcent de ses points de vie. Son corps s’effondra et son sabre se planta profondément dans le sol. Au moment où le coup de grâce allait être donné, Yumi utilisa un de ses pouvoirs spéciaux récent qui bloqua l’ennemi avec ses rubans, en s’enroulant autour de lui.

 

Ulrich arriva en fanfare et voulu planter ses deux sabres en plein dans la tête d’Ergheiz mais celui-ci utilisa encore un pouvoir étrange.

 

- « Ghost Blow ».

 

Les sabres traversèrent sa tête mais il ne subit aucun dégât. Il semblait être invincible et, tel un fantôme, se glissa hors de portée des attaques en passant au travers. Quelques secondes plus tard, son corps s’envola.

 

- Comment fait-il ça ?! demanda Ulrich en voyant le phénomène.

 

- J’ai encore un atout dans ma manche ! Je me doutais de quelque chose dans ce genre, vous me prenez vraiment pour un idiot ? fit Ergheiz en souriant. A moi, « Dark Raven » !!!

 

La mer numérique sembla mise en mouvement, et un vaisseau noir en sorti. Cette chose, ils l’avaient déjà vu : il s’agissait du même engin amarré au Cratère Oublié, plusieurs semaines avant la bataille.

 

- Vous pensiez être les seuls à pouvoir vous déplacer dans le réseau ? Ahahah !!!

 

Ce submersible était apparu du côté ouest de la cité, et avait détruit la muraille en fonçant dessus. Ensuite, il ouvrit ses grandes portes, laissant entrevoir des centaines de monstres, mais pas n’importe lesquels : il s’agissait de démons.

 

Les démons, les humains le savaient, étaient des monstres créés à partir d’hommes et de femmes. Si on tuait les monstres, on tuait les personnes également. C’était la plus terrible des armes du tyran.

 

Dragons, cerbères, manticores, tigres à dents de sabre, mastodontes ou créatures étranges, ils étaient là pour semer le trouble dans les rangs alliés. Ergheiz en avait fabriqué de nouvelles, toujours plus effrayantes, qui se dispersait à présent dans toute la ville et la bataille qui en résultait devenait encore plus rude.

 

- Ce type… comment fait-il tout ça, c’est ignoble ! dit Odd. On n’a pas le choix, il faut tous les massacrer !

 

- Qu’est-ce que tu dis ?? Imagine qu’il y ait tes amis ou tes parents dans le lot, tu comptes vraiment les tuer ?? cria Yumi à son encontre.

 

- Tu vois une autre solution ? C’est eux ou nous !!

 

Hors de portée, Ergheiz du futur avait les bras croisés et regardait Odd vouloir tuer les démons. La base de l’attaque de ces créatures était la peur : la peur de tuer un être cher. Il prit alors les devants et redescendit à terre.

 

- Regarde ce démon, petit imbécile.

 

Il montra du doigt l’un d’eux qui s’attaquait à trois militaires en même temps, puis lui ordonna d’attaquer Odd d’un mouvement de main.

 

- Tu la reconnais, n’est-ce pas ?

 

La créature se présenta face à lui : elle avait des crocs énormes et l’apparence d’un lion. Ergheiz planta sa main dans le démon et en sorti la tête d’un humain… une femme qui se débattait.

 

- Ludivine ?! NON !! hurla à la mort Odd.

 

- Celui-ci, je l’ai concocté uniquement pour toi ! Amuses-toi bien avec lui !

 

Ergheiz rentra la tête de la jeune fille blonde à l’intérieur et l’envoya tuer le Lyoko-guerrier.

 

Odd cria : il était terrorisé. Ce démon là, il ne pouvait pas le tuer, c’était au dessus de ses forces. Il courra alors le plus rapidement possible vers le centre-ville pour échapper au monstre.

 

Autour de lui, un homme était aux proies de deux Krabbes particulièrement hargneux. Non loin, un autre homme se battait avec une tarentule à l’intérieur d’un des gros tubes de couleurs servant à se déplacer dans la ville. Comment ils en étaient arrivé à se battre là-dedans, Odd l’ignorait et tout ce qui l’importait, c’était de courir le plus loin possible du monstre dont Ludivine avait prit l’apparence. Plusieurs fois, des tirs de laser le frôlèrent. Il avait beaucoup de chance d’être encore en vie, mais il voulait à tout prix rester vivant. Il se réfugia alors dans un bâtiment où il n’y avait personne. Le démon qui le poursuivait y rentra lui aussi mais en brisant la vitre. Odd couru, puisant les dernières forces qu’il avait. Il débarqua alors dans une salle… ou plutôt un genre de laboratoire, pensait-il à ce moment.

 

Le monstre ne fut pas long et traversa le mur puis retomba sur un meuble métallique. Sa crinière était impressionnante et plus Odd le regardait dans les yeux, plus il voyait à travers lui ceux de sa bien-aimée. La créature sauta sur lui mais il effectua une roulade derrière un bureau pour l’esquiver. Il ne voulait pas mourir, et certainement pas ici et maintenant. Un bruit sourd d’explosion vibra dans ses oreilles, loin d’ici.

 

Odd s’empara alors de n’importe quel objet qu’il trouvait et les lança sur le lion. Des tubes, des ustensiles, des bocaux… tout ce qui lui passait par la main. Il voulait faire fuir la bête, mais cela la mettait encore plus en colère. Il attrapa un genre de bol avec une substance verte visqueuse à l’intérieur qu’il balança sur le félin. 

 

- Mon dieu, qu’est-ce que je lui ai fait ?! s’écria t-il en écarquillant les yeux.

 

Le monstre grogna et de la fumée sortait de son corps, comme s’il se consumait. Le liquide se répandait sur sa peau et après s’être débattu quelques secondes, le lion s’affaissa. Le gaz qui s’en échappait rempli la salle et le démon disparaissait, laissant inerte le corps humain qui le composait.

 

- Ludiviiiine !! cria-t-il.

 

Il se précipita vers elle et la pris dans ses bras, elle avait les cheveux ébouriffés et ses vêtements ressemblait à ceux des esclaves qu’ils avaient sauvé dans la prison virtuelle, sur le réseau. Odd lui donna des petites tapes.

 

- Ne soit pas morte je t’en supplie !!! Dis-moi quelque chose !!

 

- Quelque chose… dit la petite voix de jeune fille.

 

Il la serra dans ses bras et lui répondit :

 

- On n’a pas idée de faire des blagues à des moments pareils !

 

Après quelques minutes, il s’avéra que Ludivine était très faible et Odd décida de la laisser dans le laboratoire. La matière liquide verte, il le comprit en examinant les traces de résidus, était celle qui s’écoulait dans le Cratère Oublié et dont les scientifiques avaient étudié des échantillons. C’était avec un simple tout de passe-passe qu’Ergheiz façonnait ses « démons ». Il modifiait probablement les gènes d’un humain avec ceci et un seul contact entre la substance à l’état pure détruisait ce changement.

 

Odd récupéra dans la réserve beaucoup de liquide de se genre dans des containers, puis sorti de l’immeuble à la recherche de personne pouvant l’aider.

 

- Vous !!! J’ai besoin de vous venez vite !!

 

Un groupe de trois combattants expérimentés affrontait des Mégatanks qui leur menaient la vie dure, et ils n’étaient mécontents d’aller se réfugier un peu à l’intérieur pour reprendre leur souffle.

 

- J’ai trouvé le moyen de vaincre les démons sans tuer les personnes qui sont à l’intérieur, aidez moi !!

 

Quelques minutes plus tard, Odd et les trois autres avaient enfin accroché les réservoirs à deux Overboards qu’ils avaient trouvés dans une salle au fond du laboratoire, puis s’aventurèrent à l’extérieur muni de récipients ou de seaux, tout ce qu’ils avaient pu trouver qui ne fondait pas au contact de la matière et se mirent en chasse des démons.

 

Plusieurs personnes crièrent de joie en voyant la prouesse mais il fallait encore détruire les monstres habituels restant. Sur la grande place, la statue qui ornait le lieu était en mille morceaux sur le sol. Ergheiz se battait alors qu’il était resté spectateur jusque là. Il s’amusait à tuer des gens, peu importait qui. Il bougeait plus vite que tout le monde et se déplaçait d’une fluidité extrême, comme une dance gracieuse. Personne ne pouvait l’arrêter.

 

La bataille fit rage plusieurs longues minutes, mais le nombre d’ennemi réduisait, en grande partie grâce à l’action de Odd. Les tirs et explosions devenaient moins nombreux, et cela n’avait pas échappé à l’ennemi, jusqu’au moment où sur la Grand’Place, le dragon gigantesque s’attaqua aux survivants. Il crachait du feu et dévirtualisait les humains d’un coup de griffes.

 

- Odd à la rescousse !! cria celui-ci.

 

Il était venu en Overboard et laisser tomber le réservoir sur la créature géante qui s’apprêtait à s’envoler. Le dragon hurla de douleur, sous les yeux ébahis des humains qui se battaient, y compris ceux de Ergheiz.

 

- Espèce de …. !!! cria-t-il. Vous allez tous périr par ma lame !!

 

Ergheiz pouvait se battre contre une dizaine de personnes à la fois et vaincre. Il s’attaqua alors à Yumi et Ulrich en même temps, qui étaient déjà sérieusement touchés. Mais il n’avait pas prévue l’arrivée explosive de trois Lyoko-guerriers supplémentaires…

 

- Voilà l’équipe des bras cassés ! ironisa Grant.

 

William, Vincent et Lightning envoyèrent chacun une décharge de leurs gants spéciaux élémentaires ! Le plus jeune, dont le bras blessé dans le monde réel pendait comme s’il était inutilisable, avait lancé un pouvoir de feu tel un lance-flamme, Vincent avait quand à lui utilisé celui de l’eau dans une pression très forte et Lightning avait envoyé des pieux de terre en plein dans le ventre de son adversaire.

 

Ergheiz tituba et tomba à genou sur le sol.

 

- Si vous me tuez, dit-il d’une voix faible, vous pouvez dire adieu à toutes vos chances de remonter le temps !

 

- Eh bien, nous prenons le risque !! s’écria le colonel Grant en allant lui donner le coup de grâce.

 

Mais les pouvoirs d’Ergheiz étaient inhumains.

 

- « God’s Accomplice » !!! cria celui-ci d’une voix puissante.

 

Il disparu devant les yeux de Grant qui arrêta son attaque.

 

- Grrr… encore un déplacement instantané ? demanda-t-il en cherchant du regard l’endroit où Ergheiz avait pu se téléporter.

 

Mais son attaque était différente cette fois : il était devenu simplement invisible. Si Grant n’avait pas stoppé son coup, Ergheiz n’aurait probablement pas survécu. L’assassin recula pour reprendre son souffle de l’attaque des trois blessés.

 

Tout le monde le recherchait et il pouvait tuer n’importe lequel en le transperçant de sa lame. Seulement, il n’avait pas prévu que son souffle allait le trahir : Vincent remarqua la supercherie au moment où celui-ci passa à côté de lui.

 

- Il est invisi…! cria Vincent pour prévenir les autres.

 

Mais c’était trop tard, il fut tué par Ergheiz au moment même où il s’en aperçu. Le corps virtuel se dispersa dans les airs en petit pixels, mais qui signifiait la mort réelle du militaire. Ergheiz, toujours invisible à l’œil nu, utilisa lui aussi son gant spécial et envoya son attaque de météores. Les grosses boules de pierre et de feu déferlèrent et détruisirent des immeubles qui s’effondrèrent. L’attaque avait un revers : son camouflage disparu à la puissance des météorites.

 

Il se releva tout de suite et attaqua de sa grande lame son homologue du présent : Evan. Ce dernier n’avait pas eu le temps de se remettre des explosions des bâtiments, si violente et allait mourir… 

 

Un autre homme s’intercala entre les deux Ergheiz et fut tué par l’attaque.

 

Lightning fut éliminé en sauvant Evan, chose qu’il n’aurait jamais pu imaginer quelques moi plus tôt : il était venu justement pour le tuer. Evan lâcha son épée et empoigna la lame de son soi futur, la bloquant.

 

- Allez-y !!! hurla t-il à l’encontre de ses amis.

 

Le sacrifice de Lightning et Vincent ne fut pas vain, le dernier coup ne fut pas porté par une seule personne : Odd avait tiré sur lui avec ses flèches-laser, Yumi avait envoyé un éventail et Ulrich une épée, tandis qu’une vague d’énergie sortie de la lame de William.

 

C’était terminé… Ergheiz disparu dans une fumée noire très étrange, et un cri de douleur ahurissant.

 

Il fallut encore plusieurs minutes pour détruire les derniers monstres, et encore malheureusement plusieurs pertes humaines, mais la bataille fut tout de même remportée.

 

 

********

 

 

Il était midi le lendemain matin lorsque le président des Nations-Unies, celui-là même qui avait donné l’assaut sur le Dieu-Arme du vent, pris la parole, devant toutes les télévisions du monde.

 

- « Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs. Aujourd’hui est un jour heureux : nous avons vaincu l’homme responsable de cette guerre !! »

 

Une foule explosa de joie en pleurant, et il était certain que dans tous les pays du monde, la même émotion était sur tous les visages.

 

- « Nous avons tous perdu beaucoup, reprit M. Andrew Fergesson, et nous n’avons rien gagné. J’ai moi-même perdu ma femme et un de mes fils… Je souhaite remercier tous ceux qui ont pris part d’une manière ou d’une autre à cette bataille. Mais si je vous parle en ce moment, c’est que j’ai quelque chose de plus important à vous dire. Nous avons la possibilité de remonter le temps !! Même si cela peut vous paraître incroyable, c’est pourtant la vérité et quelqu’un l’a déjà fait. Cependant, nous ne possédons pas toutes les données et les seules personnes capables de nous éclairer sont décédées pendant le combat. »

 

Il soupira, mais se reprit d’un air déterminé.

 

- «  Nos meilleurs ingénieurs vont travaillés main dans la main pour permettre cette prouesse technologique, mais je ne peux pas vous donner de date précise. Ce sera peut-être dans cinq, dix, quinze ans, ou peut-être même plus, mais nous y arriveront ! Alors courage, que tout le monde s’entraide pour reconstruire un monde convenable ! »

 

Des larmes coulèrent sur ses joues.

 

- « Et merci à tous !!! » s’exclama t-il, un grand sourire sur son visage.

 

 

 

 

Epilogue

Episode 112 : Les rouages du temps 

 

 

 

Quatre an et demi plus tard.

 

***

 

- Je n’arrive vraiment pas à le croire !

 

Yumi s’était levée et riait presque de ce qu’elle voyait. Elle était dans la chambre universitaire de Odd et Ulrich, qui étaient en collocation.

 

- Je te signale que ça fais bien deux mois que tout est bouclé ! continua t-elle.

 

- Oh, tais-toi, c’est pas bien grave ! lui rétorqua Odd.

 

- Tu comprends bien que tu es le dernier humain sur Terre à n’avoir pas terminé ! Tu as l’art de faire tout à la dernière minute !

 

Jérémie, assis sur un lit, caressait Kiwi qui se contentait de dormir profondément. Il prit la parole.

 

- Elle a raison Odd, si jamais je n’étais pas là, tu n’aurais jamais pu…

 

- Oui, je sais ! Fermez-là, je dois aussi y mettre ma toute dernière compile !

 

- Ben dépêche-toi alors ! termina Jérémie. Tiens, il est midi et la fête va débuter !

 

Au dehors, des musiques entraînantes, des fanfares et autres feux d’artifices exprimèrent la joie des habitants du monde.

 

Il y a six mois de cela, un grand groupe de scientifiques menés par le jeune homme aux cheveux blond (et un peu plus longs !) avait enfin découvert le moyen de retourner vers le passé. Evan Ergheiz avait également beaucoup aidé la recherche en laissant à disposition son laboratoire et en maîtrisant le virus XANA, en proie duquel son « soi futur » avait complètement disjoncté.

 

Après de nombreux débats de politiciens, et un exceptionnel referendum mondial avec comme question « Voulez-vous refaire le monde en retournant vers le passé ? » avait obtenu un « OUI » à 72%. Ce n’était évidement pas unanime, mais la large majorité l’a emportée. Mais laisser un monde dans l’oubli était impensable, c’est pourquoi des chercheurs ont, en parallèle, amélioré le disque dur surpuissant qu’avait ramené Lightning du futur, et en on créé deux Super-disques de 10 milliards de Giga octets ont été créés, ce qui aurait été impensable sans ce matériel perfectionné. Cependant, les Super-disques étaient assez imposants !

 

Ceux-ci étaient utilisés très intelligemment : toutes les informations et les recherches cumulées pendant quatre ans avaient été sauvegardées dans ces disques, mais également, deux giga octets avaient été laissés par personne ! Tout ceci dans le but de recréer un monde meilleur.

 

On pouvait envoyer des photos, des textes, des vidéos ou des fichiers audio, mais des équipes  des logiciels permettaient de visualiser le contenu de chacun rapidement pour éviter des fraudes, des piratages ou des envois illégaux. Tout avait été très minutieusement élaboré et avait pris le temps qu’il fallait, rien n’avait été laissé au hasard et était terminé depuis deux mois. Une seule personne avait réussi à feinter le système : Odd Della Robbia !!

 

- Allez Odd, grouille-toi, je dois envoyer tes données dans la base, heureusement que j’ai les codes d’accès !

 

- Oui, oui, voilà… répondit-il en laissant la place à Jérémie. C’est le dossier là.

 

- Un petit coup du logiciel miracle et…

 

L’ordinateur émit un petit bip sonore et afficha une erreur.

 

- « Interdiction d’envoi », lu Jérémie à haute voix, « Fichier corrompu XXX.JPG », nan mais sérieusement t’as pas honte Odd?

 

Jérémie supprima le fichier et relança l’opération qui fonctionna enfin.

 

- C’était un petit photomontage de lui dans une position très compromettante avec Jim, chuchota Odd à Ulrich qui pouffa de rire.

 

Ulrich, quand à lui, n’avait pas voulu laisser de trace de sa vie durant ses quatre ans, il n’avait rien envoyé. Il disait que son homologue du passé ne voudrait pas connaître son avenir. En tout cas, ce qui était certain, c’est qu’il avait vécu quelques temps joyeux en compagnie de sa petite amie Yumi. Odd avait beaucoup profité de la vie et Ludivine avait même réussi à le faire entrer dans un avion pour un tour du monde. William avait enfin prit sa vie en main et travaillait dans l’industrie. Celui qui était le plus malheureux était sans conteste Jérémie, qui avait perdu l’amour de sa vie dans l’affrontement.

 

- C’est indolore hein ? demanda Yumi.

 

- Oui, lui répondit Jérémie, comme avec les retours vers le passé que l’on faisait au collège. Bon eh bien, c’est l’heure, je dois y aller !

 

Tout le monde se leva et ils enlacèrent le jeune homme aux lunettes et lui souhaitèrent bonne chance.

 

- Bon eh bien, on va faire la fête maintenant ? Il faut profiter des derniers moments !! se réjouit Yumi.

 

- Ouaiii !! Yahoo !!! cria Odd comme un gamin surexcité.

 

Ils s’en allèrent dehors, les rues étaient noirs de monde. Un jeune homme à l’allure imposante s’amusait à embrasser le plus de filles qu’il voyait, qui d’ailleurs en rigolait ! L’heure était à la fête : aujourd’hui, à 14 heures précises (heure locale), ce monde allait disparaître.

 

Seules trois personnes pourront témoigner de cette vie, de cette guerre qui a eu lieu et qui a laissé derrière elle un nombre de morts faramineux. Il s’agissait de Andrew Fergesson, le président des Nations-Unies qui n’avait pas pris une ride, Edgar Grant, le militaire qui était devenu très célèbre, mais aussi Jérémie Belpois.

 

Avant de se virtualiser sur Lyoko, par l’intermédiaire des scanners qui avaient d’ailleurs été sortis à l’extérieur, le président fit un léger discours d’adieu à la population mondiale. Devant toutes les caméras du monde, les trois entrèrent dans le monde virtuel. Tout le monde pouvait maintenant voir à présent les personnages virtuels dans la grande place déserte, aux abords de la Cité Virtuelle. Jérémie avait eu le temps de se confectionner un smoking pour ne pas être la risée du monde entier. Grant, de ses bras musclés tenaient fermement les gros Super-disques. Tout à coup, un cercle se forma devant eux. On ne pouvait pas voir grand-chose à l’intérieur, si ce n’est quelques variations de couleurs entre le bleu et le violet.

 

A l’extérieur, un compte à rebours gigantesque survint. Sur tous les écrans de télévision, on pouvait voir les chiffres défiler, de dix à zéro.

 

Les trois hommes franchir le passage qui semblait très fin et se retrouvèrent instantanément dans le territoire de la montagne.

 

- Ca à fonctionné ? demanda Grant d’un air perplexe.

 

- Pas le choix, il faut se dévirtualiser ensemble pour le découvrir ! dit Jérémie.

 

Les scanners s’ouvrirent alors, devant les yeux écarquillés de jeunes adolescents : Yumi, Odd, Aelita et Ulrich qui se mirent sur leurs gardes.

 

- Qui êtes-vous et que voulez vous ? Mais surtout, comment avez-vous fait, nous venons tout juste de rebrancher le Super-Calculateur !!

 

Jérémie du futur se présenta devant lui.

 

- Je suis Jérémie, et voici le colonel Grant et le président des Nations-Unies. Nous venons du futur.

 

- Général Grant, Belpois ! rectifia celui-ci même.

 

- Ah euh… excusez-moi mon Général.

 

- Vous nous faites quoi là ? Un remake de… commença Odd, coupé par Jérémie.

 

- … « Retour Vers Le Futur » ? Si on veut, en tout cas, on ne va pas laisser passer la même erreur deux fois ! Si vous m’excusez, je dois aller débrancher définitivement ce foutu Super-Calculateur !!

 

Peu après, Jérémie du présent posa des questions à celui du futur, et tous furent obligés de croire en cette histoire. Celui-ci n’en cru pas ses yeux en voyant Aelita en cher et en os, il la serra dans ses bras. Puis l’ordinateur fut enfin éteint, pour de bon cette fois. Mais il fallait maintenant convaincre l’humanité de ce qui s’était déroulé dans le futur.

 

Il fallut plusieurs jours pour aller jusqu’à la capitale et convaincre les hauts représentants du pays. Avec de nombreux appareils de reconnaissance faciale, des contrôles de la rétine et des empreintes digitales, le monde dû vraiment admettre qu’ils avaient en face d’eux des hommes venus du futur. C’est ainsi que Fergesson, avec tout son charisme, prit une nouvelle fois la parole devant le public mondial.

 

- « Nous venons pour témoigner de la terrible guerre que nous avons affronté, dans le futur, disait-il. L’investigateur de tout ça était un homme que nous avons dors et déjà mis sous les verrous, en attente qu’il soit jugé. Tout cela nous amène à une question importante : peut-on juger un homme pour des méfaits qu’il n’a pas encore commis ? J’espère que nous trouverons un moyen d’utiliser ses compétences et ses connaissances… pour le bien cette fois.

Et nous ne sommes pas venus les mains vides. Nous avons ramené du futur un bien très précieux : des données informatiques. Des données qui ont été récoltées à travers notre monde de tous les gens qui y ont survécu. Nous avons quatre ans de vie entière dans nos mains. Chacun est libre de connaître son futur selon la loi de chaque pays en fonction de la majorité de la personne. Seul un tuteur ou un parent peut décider de laisser les informations sur le futur à leurs enfants !

La vie a été mouvementée, des couples se sont formés, d’autres se sont déchirés. Utilisez ces données pour créer un monde meilleur, car c’était notre souhait le plus cher. »  

 

Quelques jours plus tard, dans la chambre des garçons au collège Kadic, Odd avait eu l’autorisation, tout comme Yumi, à dévoiler les secrets de leurs futurs.

 

- Trop classe ! Il est doué mon moi-futur ! Je vais faire un carton avec ces nouvelles chansons ! se réjouit Odd.

 

- Faut pas trop rêver ! lui dit Yumi en ricanant. Et toi Ulrich ? Ton père t’as interdis de connaître ton futur ?

 

- Nan, mais je n’ai pas envie de le savoir, ça ne m’intéresse pas !

 

- Ce que tu peux être rasoir ! Ah tiens, ça parle de nous, ici…

 

Yumi regarda avec attention l’écran d’ordinateur, elle lu le contenu de son dossier et fut très surprise par ce qu’elle y trouva.

 

- J’hallucine !! s’écria-t-elle. Ulrich… Tu ne vas me demander de sortir avec toi que dans trois ans ??! Ah non ça ne se passera pas comme ça, j’en ai déjà marre d’attendre !! Viens ici !!

 

Ulrich sorti en courant poursuivi par Yumi, sous les rires de Jérémie, Aelita, Odd et William.

 

Et c’est comme cela que ce termina une histoire… qui n’avait finalement pas tout à fait commencée !!

 

 

 

 

FIN

 

 

 

 
 

Commentaires
 
Note :
14
Commentaire de william21 - Posté le 24-05-2010 à 12:50

c'est bien mais ca ne pourrais pas être une saison 5 car de la première a la quatrième saison il y a de l'humour, de l'amour et tu n'en a pas vraiment mi.Mais ces bien quand même

Note :
20
Commentaire de LA_lyoko_recrue_du_0 - Posté le 06-05-2010 à 08:02

j'adore lire mais la c'est génial j'ai trop kiffé:lol: :lol: :lol: (love) (love) (love) (love) (love) (love) (love) :-* :-* :-* :-* :-* :-* (multi) (multi) (multi) (multi) (spin) (spin) (spin) (spin) (spin) (spin) :-) :-) :-) :-) :-) :-) XD XD XD XD t'as de lachance toi de pouvoir faire ça

Note :
20
Commentaire de Codelyoko_feel-in-lo - Posté le 18-04-2010 à 22:19

Je l'ai déjà dit avant j'ai kiffé mais je répète et je radote inlassablement. Pour les encouragements ! ;)

Note :
20
Commentaire de trafic - Posté le 10-01-2010 à 08:20

J'adore beaucoup (love)

Note :
20
Commentaire de Roussel - Posté le 12-11-2009 à 18:42

c'est super ultra j'adorerais ecrire des trucs comme toi(love) (love) (love) (love) (love) (love) (love) (love) (love) (love) (love) (love) (love) (love) (love) (love) (love) (love) (love) (love) (love) (love) (love) (love) (love) (love) (love) (love) (love) (love) (love) (love) (love) (love) (love) (love) (love) (love) (love) (love) (love) (love) (love) (love) (love) (love) (love)

[ Voir tous les commentaires / Ajouter un commentaire ]