Valid XHTML 1.0 Transitional
ipv6 ready

Fanfictions
 
 
  A.A.N.X I
Écrite par Callie_Rose le 30/01/2007 à 15h33
Note : 15,8/20 Catégorie : Action
Lue 4434 fois Une mystérieuse organisation, un enlèvement, Aelita seule pour contrer une attaque bien différente des autres... voici le premier tome de la trilogie A.A.N.X. (Version revue et corrigée)
 
 

 
 

A.A.N.X 

I


Chapitre 1

Cette nuit là, Jérémie et Odd étaient à l'usine, Aelita avait cru repérer des pulsations. Donc, Jérémie pour ne courir aucun risque, avait envoyé Odd sur Lyoko.

- Oh Einstein tu te dépêches, j'aimerais bien dormir encore un peu avant d'aller cours. Se plaignit Odd.

- Oui, oui, voila. Je lance le programme de dévirtualisation.

En effet, quelques secondes plus tard, Odd apparaissait dans l'un des scanners.

Dans l'ascenseur, Jérémie présenta ses excuses à Odd pour l'avoir réveillé pour rien.

- Bof, c'est pas grave, je commence à avoir l'habitude de mes réveils aussi brutaux qu'instantané. Tu sais quoi mon vieux, plus tard, tu devrais te faire engager dans une compagnie de réveil.

- Aha très drôle Odd très drôle. Maugréa Jérémie.

Ils étaient arrivés sur le pont qui menait à l'usine. Soudain, Odd s'arrêta.

- Ben qu'est ce qui te prend ? Le questionna Jérémie

Odd lui fit signe de se taire et d'écouter. Jérémie tendit l'oreille et il perçut des petits bruits indéfinissables.

-Bah c'est rien, sûrement des rongeurs... fit-il en haussant les épaules.

Odd n'eut pas l'air convaincu et se remit à avancer.

Ils n'eurent pas fait dix mètres que quatre silhouettes apparurent. L'une d'entre elle s'avança
et marmonna des mots inintelligibles pour les enfants mais que les autres semblèrent très bien comprendre.

Soudain, les silhouettes leurs sautèrent dessus sans qu'ils n'aient eu le temps de réagir.

Deux hommes empoignèrent Jérémie et l'entraînèrent vers une camionnette stationnée un peu plus loin.

Odd voulu les suivre mais un coup de talon au ventre le fit s'écroulé par terre. Il entendait Jérémie hurler son nom mais le souffle lui manquait et il ne pouvait répondre.

Il releva la tête juste à temps pour voir les hommes jeter Jérémie dans la partie arrière de la camionnette.

Il se releva et couru comme un dératé après le véhicule en hurlant:

- JÉRÉMIE ! JÉRÉMIIE !!!

Le véhicule bifurqua et Odd le perdit de vue.  Il ne perdit pas une seconde, il se mit
à courir en direction du collège.

Dans sa chambre, Ulrich était en train de jouer avec Kiwi quand Odd entra en coup de vent.

- On... on à kidnappé... Jérémie ! Balbutia t-il a bout de souffle.

- Quoi ?! Attend, reprend ton souffle et répète.

Il s'assit sur le lit et respira un grand coup. Et répéta d'une voix tremblante :

- On vient d'enlever Jérémie !

- QUOI ?? Hurla Ulrich.

Odd haussa les épaules. Il avait l'air affreusement mal mais c'était fort compréhensible...

- Bon, je téléphone à Yumi. Décida Ulrich en prenant son portable.

Mais après un moment, il rejeta rageusement l'objet sur son lit en pestant :

- Elle est injoignable ! C'est pas grave, on va chez elle tout de suite !

Les garçons se faufilèrent hors de leur chambre et filèrent chez Yumi.

Quand Ulrich sonna à la porte, la mère de Yumi apparut.

- Oh, bonsoir Ulrich, excuse moi mais tu as vu l'heure ?

- Oui madame, nous sommes désolés mais ont aimeraient parler à Yumi. C'est très important.

La femme consentit à les laisser entrer.

- Elle est dans sa chambre. Leur indiqua t-elle.

Yumi était en train de réviser ses cours.

- Oh salut les gars. Sourit-elle en les voyant arriver avant de s'interrompre brusquement en voyant leurs visages sombres. Mais qu'est ce qui ce passe ?

- Eh ben.... Jérémie... viens d'être... euh... kidnappé. Déclara Odd.

Sa réaction fut la même que celle d'Ulrich. Elle était épouvantée.

Quand elle se fut remise du choc, Odd demanda :

- On en parle à Aelita ?

Yumi réfléchit un instant puis, elle secoua la tête.

- Non, elle se ferait trop de souci. En attendant, on doit absolument le retrouver.

- On ne peut pas aller en cours en sachant notre pote en danger.... murmura Ulrich.

 

- Non, tu as raison. On va inventer un stratagème pour pouvoir sécher sans se faire repérer. Approuva Yumi.

Ils se regardèrent penaud, si Jérémie était ici, il aurait trouvé un astuce tout de suite. Mais justement, il n'était là. Et c'était justement pour cette raison qu'ils devaient trouver une solution au plus vite.

- Bon, on va y réfléchir et demain, on se partage nos idées. Trancha Odd.
Les autres approuvèrent puis Ulrich demanda :

- Vous croyez que XANA puisse avoir quelque chose la dedans ?

Yumi eut une moue d'ignorance. Odd intervint.

- C'est possible parce que... j'ai vu sur la camionnette le signe de XANA mais à l'envers et il y avait le nom de la ville Argenteuil inscrit dessus....

-Attendez ! Intervint Yumi, il n'avait pas pris son portable ?

- Non, je me souviens qu'il a grommelé qu'il l'avait oublier dans sa chambre.... fit Odd désappointé.

Dix minutes plus tard, les garçons étaient dans leur chambre.

- Bon, on essaye de dormir OK ? Chuchota Ulrich.

Odd acquiesça sans grande conviction.

Ils passèrent le reste de la nuit à ruminer leur idées noires s'efforçant de ne pas penser à ce que subissait Jérémie.

Le lendemain, tout trois arboraient de grosses cernes. Yumi déclara qu'elle avait eu une idée.

- Ben voila, pour moi, on peut faire croire que j'ai gagné un prix et que je peut partir plus de trois semaines en Angleterre, déclara Odd. Pour justifier l'absence de Jérémie, on peut dire que ses parents sont venus le chercher pendant la nuit pour cause d'intérêt familial et même chose pour vous....

- Elle est tordue ton histoire ! Protesta Ulrich

- C'est même si tordu que ça pourrait marcher, fit Yumi, un petit sourire aux lèvres.

- Qu'est ce qui pourrait marcher ? Demanda Sissi qui arrivait.

- Sûrement pas tes minables tentatives pour me draguer ! Rétorqua Ulrich du tac au tac.

Sissi chercha quelque chose à répliquer mais, ne trouvant rien, elle finit par s'en aller.

Dans son bureau, le proviseur était en train de remplir de la paperasse que seul les proviseur doivent remplir quand soudain, la sonnerie de son téléphone retentit:

- Allô, ici le proviseur du collège Kadic j'écoute ?

- Bonjour monsieur, je suis la mère de Odd Della Robia. C'est pour vous avertir que Odd sera absent du collège pour une durée indéterminée. En effet, son père est très souffrant. Je vous remercie de votre compréhension.

- Eh bien... mais il ne pu en dire plus car son interlocutrice avait raccroché.

Le proviseur reçu encore deux autres appels qui l'avertissaient que Ulrich Stern, Jérémie Belpois et Yumi Ishiyama seraient également absents pour une durée indéterminée.

La journée passa sans encombre pour nos héros qui étaient bien trop occupé à récupéré les heures de sommeil perdue pour Odd et dans les cas de Ulrich et Yumi, en train de réfléchir à ce qui les attendaient.

Une fois rentrée chez elle, Yumi avertit ses parents que elle avait gagné un concours et qu'elle partait tout de suite à la gare pour aller à Argenteuil.

Sa mère bougonna un peu mais accepta.

Une heure plus tard, ils étaient tout les trois  sur le quai à attendre le train qui les mènerait à Argenteuil.

Ils discutèrent sur la façon de retrouver leur ami.

- Et tu es sûr d'avoir vu le sigle de XANA ? Redemanda Ulrich

- Mais oui, aussi clairement que je te vois...

Soudain, son dos s'affaissa

- C'est ma faute... murmura Odd, c'est ma faute si ils ont réussi à l'enlever...

- Mais non ce n'est pas ta faute, tu n'y peut rien, deux adultes contre toi, tu as eu de la chance de t'en tirer, de la chance qu'ils ne t'ai pas tuer. Tenta de le réconforter Yumi.

- Oui et en plus, si Jérémie avait été seul qui nous aurait prévenu ? Renchérit Ulrich.

Odd eut un pâle sourire et dit :

- Voila le train, on monte ?

 

Chapitre 2

 

Quand les hommes l'empoignèrent, Jérémie se mit à hurler et à se débattre. Mais ses ravisseurs le tenaient fermement. Avant d'être balancé à l'intérieur de la camionnette, Jérémie vit Odd s'élancer mais les portières se refermèrent et le fourgon démarra.

Il entendit son ami hurler son nom mais quand le véhicule bifurqua il n'entendit plus rien.

Jérémie ne disait pas un mot, trop ébranlé par ce qui venait de se passer.

Ses ravisseurs discutèrent un moment, le regardant à peine puis, celui qui semblait être le chef lui demanda :

- Tu t'appelles bien Jérémie Belpois ?

Le garçon tenta de feindre une interrogation apeurée.

- Euh... non vous faites erreur, moi mon nom c'est Nicolas Pujol...

L'homme s'avança menaçant et lui assena une gifle qui l'envoya au tapis.

- Tu mens ! Ton nom c'est bien Jérémie Belpois.

Jérémie se redressa sur son coude, l'homme le dominait de toute sa hauteur, ses lunettes étaient aller valdinguer quelques mètres plus loin.

- Pourquoi vous me le demander si vous le savez alors ?

L'homme se contenta de ricaner. Il lui saisit les cheveux lui renversant la tête en arrière et lui glissa quelque chose entre ses lèvres serrées.

Jérémie voulu cracher se qu'il avait dans la bouche mais, avant qu'il n'ait pu faire un mouvement, l'homme lui colla un morceau d'adhésif sur la bouche. Puis, il le retourna violement, Jérémie sentit qu'on lui tirait les bras dans le dos, ses épaules craquèrent, il gémit, une corde s'enroula autour de ses poignets et de ses chevilles. Il eut beau se débattre, il ne reçut qu'une paire de claque, l'homme était beaucoup trop fort pour lui. Ligoté, bâillonné, on l'installa au fond de la camionnette comme un paquet sous le regard sardonique des hommes qui semblaient prendre un malin plaisir à le voir aussi terrifié.

Pendant tout ce temps, il n'avait pas avalé ce qu'on lui avait mis dans la bouche mais, n'y tenant plus, il déglutit, avalant par la même occasion le cachet. La peur lui nouait la gorge et il faillit s'étrangler. Puis, prenant une grande inspiration, il tenta de se calmer.

Il s'aperçut avec horreur qu'il commençait à perdre conscience, le cachet était un somnifère sans doute, « Au secours les amis... » Fut sa dernière pensée avant de sombrer dans le sommeil.

Jérémie se réveilla dans une cellule sombre. Le jeune garçon tenta de se lever mais il retomba, il était épuisé... le moindre de ses mouvements lui demandait un effort considérable.

Remontant ses lunettes sur son nez, apparemment, ses ravisseurs les lui avaient remis, il essaya de rassembler ses esprits mais, peine perdue, il avait un de ces mal de tête. Comme si tous les orchestres du monde c'étaient donné rendez-vous dans sa tête et y jouaient comme des sourds.

Il resta comme ça pendant ce qui lui parut une éternité.

Soudain, la porte s'ouvrit, Jérémie sursauta, un homme entra et lança d'une voix rauque, peu avenante :

- Suis moi !

 

Chapitre 3

 

Une fois dans le train, Ulrich souleva un problème que personne n'avait encore soulevé:

- Et où on va loger ?

- Eh ben... je sais pas... répondit Yumi.

Ulrich eut un rictus, il s'attendait à cette réponse. Il se tourna vers Odd qui n'avait pas soufflé un mot depuis qu'ils avaient embarqués. Odd, d'habitude si joyeux et si prompt à remonter le moral, gardait le regard fixé sur ces chaussures. Ulrich savait qu'il était en train de revivre la scène de l'enlèvement et de cupabiliser. Aussi, sans un mot, il passa son bras autour de ses épaules et lui sourit. Yumi vint s'asseoir à leur côté et fit la même chose qu'Ulrich.

- Bon, comme je suppose que vous n'avez pas beaucoup dormi non plus, je propose que l'on fasse ça maintenant on à encore deux bonnes heures à attendre... Déclara Yumi.

En effet, dix minutes après, ils dormaient tout trois d'un profond sommeil.

Le mouvement du changea, et, ils se réveillèrent tout engourdis de fatigue.

« Nous arrivons à Argenteuil dans cinq minutes, vous êtes priez de ne rien oubliez merci » grésilla un haut parleur.

Quand les enfants descendirent, ils prirent pleinement conscience de la tache qu'ils s'étaient promis d'accomplir : comment pouvaient ils retrouver leur ami, ici, dans cette grande ville. Ils errèrent dans la métropole toute la journée et toute la nuit, chaque fois qu'ils croyaient apercevoir un sigle ressemblant à celui qu'Odd avait vu, ils se précipitaient. Mais, bien sur, ce n'était pas cela. Au petit jour, Ulrich s'effondra sur un banc. Yumi et Odd l'imitèrent et, sans qu'ils ne s'en rendent compte, ils s'assoupirent. Des chuchotements les tirèrent du sommeil. Ulrich se leva et cligna des yeux, éblouis par le soleil. Il sentit Odd et Yumi faire de même. Quand ils eurent repris leur esprits, ils virent à qui ils avaient à faire : Cinq jeunes d'environ dix-neuf, vingt ans les encerclaient et les fixaient avec agressivité.

- Ah, tiens, les mômes se sont enfin réveillés de leur sieste... Ricana l'un.

- Ouais c'est que les bébés, ils ont besoins de sommeil. Renchérit un autre.

- Laissez nous tranquille marmonna Odd en essayant de se lever. Mais les jeunes le repoussèrent sur le banc.

- Oh, oh vous n'allez pas partir comme ça, on n'a même pas fait connaissance. Fit le premier

- Eh, la fille elle pas mal, moi ça ne me dérangerais pas de faire connaissance avec elle. S'exclama un quatrième. Sa réflexion fit rire ses complices, rougir Yumi et grincer des dents Ulrich.

- Bon, passons aux choses sérieuses, vous avez du fric ? Demanda le premier.

- N...non... balbutia Odd.

- On va voir ça maugréa-t-il. Et il fit signe à l'un de ses complices qui pris Odd par son tee-shirt et commença à fouiller dans ses poches.

Deux autres s'empressèrent de faire pareil avec Yumi et Ulrich.

Ce dernier se démena mais il pris un coup sur la tête qui l'assomma à moitié. Il sentit que l'on fouillait dans ses poches quand, une voix puissante retentit:

- Voulez vous bien laissez ces enfants tranquille !

Les jeunes sursautèrent, se retournèrent et découvrirent un vieil homme qui leur faisait face
Ils ricanèrent et reportèrent leur attention sur leur victimes

- Bon, si vous le prenez comme ça... fit le vieil homme derrière eux et il assomma celui qui tenait Yumi.

Les agresseurs se retournèrent et lui sautèrent dessus.

Il les évita sans peine et les assomma un à un. Il n'en resta bientôt plus qu'un qui s'enfuit sans demander son reste.

- Allez, venez les jeunes, vaut mieux pas traîner dans le coin... marmonna leur sauveur. Et les enfants le suivirent, faute de mieux. Ils marchèrent pendant dix bonnes minutes et finirent par arriver devant un immeuble, ils montèrent jusqu'au deuxième étage, et quand ils arrivèrent au salon, l'homme s'assit et les invita à faire pareil

- Nous vous sommes très reconnaissant, monsieur, d'être venu nous sortir de ce pétrin. Dit aussitôt Yumi.

- Non, pas de monsieur avec moi, appeler moi Thomas, Thomas Beste. Rectifia t-il Bon, je vois bien que vous avez des ennuis, si jamais, je peut faire quelque chose pour vous, n'hésitez pas.

- Mons... euh, Thomas, demanda Ulrich, est ce que vous connaissez ce signe ?

Ulrich prit un bout de journal et y griffonna le signe de XANA à l'envers.

Leur hôte blêmit, murmura entre ses dents « A.A.N.X » puis, il balbutia :

- Non...non je n'ai jamais vu ce signe de ma vie!

Les amis se regardèrent dubitatif et Yumi dit:

- Je vous en prie Thomas, notre ami à été enlevé par cette organisation que vous nommez A.A.N.X...

Thomas respira un grand coup puis révéla:

- Tout le monde dans Argenteuil connaît cette association, c'est un mouvement terroriste qui a fait plus d'une fois du bruit en ville... Bon, si ça ne vous dérange pas, je vais aller préparer à manger...

Et il s'esquiva à la cuisine.

Quand ils furent seul, Odd formula la question qu'ils se posaient tout trois:

- Où, pourquoi et que lui font ils ?

- On n'en sait rien Odd, murmura Yumi d'une voix blanche, on peut espérer qu'il ne souffre pas trop et qu'il est toujours en vie mais où est Jérémie et pourquoi l'a t-on enlever, on en sait rien...

Toute la détresse et l'angoisse qu'ils éprouvaient étaient contenues dans ces quatre mots :

« On en sait rien »

 

Chapitre 4

 

Le chef des ravisseurs de Jérémie se nommait M.Yutchi.  Celui ci descendait un couloir blanc et nu. Une sentinelle postée devant une lourde porte en bois, se leva et brandit un trousseau de clé. M.Yutchi fit signe au garde qui glissa la clef dans la serrure

- Inutile de refermer à clef, remarqua t-il.

- Bien monsieur... murmura le garde

- Ce jeune homme est notre allié, pas notre prisonnier ajouta-t-il avec un clin d'oeil ironique

La porte s'ouvrit sur une pièce carrée aussi nue que le couloir à l'exception d'un banc de pierre.

Il resta un moment sur le seuil de la cellule, les yeux fixés sur la forme allongée sur le banc.

- Je t'ai apporté à manger Jérémie, annonça M. Yutchi bien qu'il soit venu les mains vides.

La silhouette ne répondit pas et ne fit aucun geste.

- Tu dois prendre des forces. Insista M.Yutchi.

Jérémie recula craintivement dans l'angle du mur.

- N'ai pas peur de moi, Jérémie, je suis ton ami, j'ai de grand projet pour toi, tu es l'un des nôtre maintenant

Jérémie lui jeta un regard terrifié. Il se revoyait soudain dans une salle, ligoté à une chaise, les paupières relevées de force, un bâillon de cuir sur la bouche pour étouffer ses hurlements de douleur des électrodes fixés sur le crâne et M.Yutchi penché au dessus de lui, poussait des manettes, pressait des boutons et lui infligeait d'intolérables souffrance. Comment cet homme pouvait-il prétendre être son ami ?

- Yumi, Odd, Ulrich... murmura Jérémie

- Tu pense à tes amis n'est ce pas ?  Jérémie, ne compte pas sur eux pour venir t'aider, tes amis te déteste ils se servent de toi uniquement parce que tu peut les envoyer sur Lyoko...

Jérémie tressaillit en entendant un inconnu prononcer le nom de leur secret mais répondit:

- Non, non ce n'est pas vrai... et puis, pourquoi m'avez vous enlevez ?

- Justement, Jérémie, parce que là bas, tu étais incompris, mais avec nous, tu vas nous aider à faire de grande chose...

- Qu'est ce que vous voulez que je fasse ?

- Et bien, j'aimerais que tu fabriques deux mini bombes... pour qu'on puisse faire exploser la tour Eiffel et L'arc de Triomphe...

- Mais monsieur, je ne sais pas faire ça...

Son interlocuteur se mit à rire:

- Si tu crois que je ne sais pas ce que tu peux faire, tu te trompes lourdement. Je sais que tu as trois amis qui se nomment Yumi Odd et Ulrich, que tu les virtualises près d'une certaine Aelita etc.

Jérémie était devenu livide en entendant cela.

 « Ce type nous espionne, c'est pas possible autrement... »

- Et si je ne veux pas le faire ?

Cette fois, ce n'était plus un murmure à peine audible, Jérémie l'avait dit distinctement.

Son ennemi eut un rictus

- Eh bien, si tu n'accepte pas, nous t'y forcerons et nos méthodes sont parfois... très douloureuse...

Et, sur ces mots pas très rassurant, il sortit laissant Jérémie dans l'ombre avec pour seule compagnie, ses sombres pensées.

 

Chapitre 5

 

Aelita ne savait rien de se qui se tramait sur Terre, toute la journée, elle continuait à faire des recherches sur l'anti-virus et d'essayé de repérer des pulsations. Elle s'inquiétait un peu, cela faisait deux jours que Jérémie ne l'avait plus contactée. Chaque heure, elle tentait d'appeler son ami mais en vain. Après une tentative de plus qui avait elle aussi échouée,

Aelita ressentit très nettement les pulsations si familières.

Vite, elle rappela Jérémie, espérant qu'il répondrait enfin :

- Jérémie, Jérémie. XANA vient de lancer une nouvelle attaque !

Comme Aelita s'y attendait, le silence lui répondit. Soudain, l'humanoïde eut une idée, puisque elle pouvait communiquer avec ses amis via l'ordinateur, pourquoi ne pourrait elle pas le faire avec leur portable ?

Rentrant dans la Tour dont elle était sortie, Aelita monta au niveau supérieur chercher les informations dont elle avait besoin.

Elle se souvenait que, un jour, Jérémie avait expliqué aux autres que leurs numéros de portables étaient enregistrés dans la mémoire du supercalculateur.

Aelita mit dix bonnes minutes à fouiller dans la mémoire du supercalculateur. Finalement, elle trouva ce qu'elle cherchait. Utilisant son don de création, elle créa une réplique exacte du portable d'Ulrich.

Sans attendre, Aelita composa le numéro de Yumi. Priant pour que ça marche, elle contacta la jeune fille.

Après dix bonnes sonneries, Yumi décrocha:

- Allo ?

- Yumi ? C'est moi, Aelita.

La jeune asiatique manqua d'avoir une crise cardiaque.

- A...Aelita ?

- Oui, écoute: XANA vient d'activer une Tour... et je n'arrive pas à contacter Jérémie, tout va bien sur Terre ?

- Euh... oui, tout va bien... répondit. Yumi d'une voix mal assurée qui ne trompa pas le moins du monde Aelita.

 - Non, Yumi, je ne te crois pas, qu'est ce qui ce passe ?

-Bon écoute, on ne voulait pas te le dire pour ne pas que tu t'inquiète.... mais.... Jérémie a été enlevé.

- Quoi ? Quand ? Où ? Comment ?

- Il y a deux jours, en sortant de l'usine par un mouvement terroriste nommé A.A.N.X....

Aelita ne dit plus un mot pendant une dizaine de seconde puis:

- Bon, je vais essayé de désactiver la Tour... pour les m^me raisons que d'habitudes mais pour essayé de sauver Jérémie du groupe terroriste.

- D'accord, répondit Yumi. Bonne chance, Aelita.... »

 

Chapitre 6

 

Quand Thomas Beste les pria de se mettre à table, les enfants s'exécutèrent, ils mourraient de faim.

Quand le repas fut fini, Yumi demanda:

- Thomas, savez vous où est caché le groupe A.A.N.X ?

L'homme hésita un instant puis répondit

- Eh bien oui, je crois savoir où est votre ami... et si c'est vraiment ce que vous voulez, je vous y conduirais ce soir.

Ulrich le remercia chaudement. Mais Thomas reprit:

- Vous devez y tenir vraiment à votre copain pour essayer de le retrouver comme ça... et puis, je lis dans vos yeux que c'est plus que de l'amitié qui vous lie tout les trois...  c'est autre chose, un secret...

Cette phrase frappa Yumi Odd et Ulrich, est ce que c'était aussi évident ?  Même pour un inconnu ?

Heureusement, Odd qui avait le chic pour changer de sujet demanda :

- Ben, si on sait ou est leur refuge pourquoi on ne les arrête pas ?

- Eh, qu'est ce que tu crois, répond Thomas, les flics ont aussi la trouille...

Il faisait nuit, tout dans la ville était calme. C'est à peine si le ronflement d'un moteur venait troubler le silence.

Soudain, quatre formes apparaissent. Ce sont les silhouettes de trois adolescents et d'un vieil homme.

- Voila. Chuchota Thomas, selon la rumeur, le groupe est caché là...

Ils avancèrent encore un peu puis, Thomas dit:

- C'est ici que je vous quitte, bonne chance.

- Merci infiniment M. Beste murmure Ulrich

L'homme sourit doucement et répondit.

- De rien.

Puis, il s'en alla dans la nuit, comme si de rien n'était.

Les enfants restent immobiles une ou deux minutes puis, Ulrich demanda:

- Bon, qu'est ce qu'ont fait ?

- Ben, on entre et on essaye de libérer Jérémie... répondit Odd.

- C'est pas si simple Odd, il doit y avoir des gardes et des trucs comme ça. Réplique Yumi.

- Bon alors on entre en faisant super gaffe et on essaye de libérer Jérémie. Retenta Odd.

Yumi et Ulrich soupirèrent. Un instant passa et Yumi murmura:

- J'ai peur...

Elle s'interrompit quelques secondes, comme si sa fierté l'empêchait d'aller plus loin et les garçons crurent que s'en était tout de ses aveux mais elle continua.

- J'ai peur pour nous, mais aussi pour Jérémie, et si il n'est pas là, et si ils l'ont tuer comment on fait ? Qu'est ce qu'on fait ?

Ulrich lui prit doucement la main et répondit

- Nous aussi on a peur Yumi, mais si ont en revenaient pas... j'aimerais te dire que... je t'aime.

Yumi le regarda émue et murmura

- Moi aussi, Ulrich...
Odd leur sourit. Il avait tant attendu ce moment... mais l'heure n'était aux doux mots d'amour ils avaient une mission à accomplir..

Ils rentrèrent le plus discrètement possible Ils arrivèrent sans encombre jusqu'a une grande salle...

Soudain, dix hommes firent irruption dans la pièce et les mirent en joue. L'un prit la parole :

- Si vous faites le moindre geste brusque, on vous abat. Suivez nous !

Le groupe traversa un nombre de pièces incalculables  avant que le meneur ne fasse un geste pour s'arrêter.

- Bonsoir Monsieur Yutchi, nous avons trouvé trois gamins. J'ai pensé qu'il vous serait peut-être utiles...

- Bien, déclara l'homme. Vous pouvez disposez.

Yutchi attendit que les gardes soit partit avant d'interroger les enfants :

- Qui êtes vous et que venez vous faire ici ?

Yumi s'avança et prit la parole:

- Nous sommes venus ici pour retrouver Jérémie Belpois enlevé il y a deux jours par votre organisation, A.A.N.X.

Ulrich et Odd furent surpris, bien surs, ils connaissaient Yumi mais de là à s'adresser comme ça à un homme qui menaçait de les tuer...

- Ah oui vous devez être Ishiyama, Stern et Della Robia... j'ai entendu parler de vous.

À son tour, Ulrich fit un pas en avant.

- Où est Jérémie et que lui avez vous fait ?

- Ne vous inquiéter pas, votre ami n'est pas bien loin. Nous lui avons juste fait passer quelques petits... tests.

- Pourquoi vous l'avez enlevez ? Cette fois, c'était Odd qui venait de parler.

- Oh, pour qu'il nous aide dans nos recherches... il n'a pas accepté mais nous sommes en train de l'y forcer.

Cette dernière phrase glaça les trois jeunes mais Yutchi n'en avait pas fini. Il ajouta avec un sourire mauvais :

- Et votre venue va nous faciliter la tache. Bon, allons les mettre en cellule.

Trois gardes, menés par Yutchi, les conduisirent vers une cellule ou l'homme entra d'abord.
Il s'avança dans le noir, il y eut quelques chuchotements, puis, un bruit ressemblant à une paire de claques.

Lorsque Yutchi en sortit, il fit un geste et les gardes jetèrent les enfants à l'intérieur du cachot.

À l'intérieur, il y avait un corps qu'ils reconnurent aisément

- Jérémie !

 

Chapitre 7

 

Jérémie était acculé au fond du cachot, mais au lieu de se diriger vers ses amis, il resta là ou il était.

- Eh ho Einstein c'est nous... chuchota Odd.

Le garçon releva la tête. Il avait l'air de ne pas en croire ses yeux.

- O...Odd ? Yumi ? Ulrich ? C'est... c'est vous ? C'est bien vous ?

- Ah bah quand même, franchement, je m'imaginais un accueil plus chaleureux. Fit Odd.

Yumi lui jeta un regard noir.

- Odd, c'est pas le moment ! S'énerva-t-elle. Comment tu vas ?

Jérémie avait changé en l'espace de deux jours, ses joues s'étaient creusées, on lui avait coupé les cheveux très courts, le vêtement qu'on lui avait donné pendait comme un sac sur son corps amaigri et un pansement ornait son front. Mais ce n'est pas ce qui le changeait le plus, c'était quelque chose dans ses yeux, des yeux qui criaient la fatigue, la faim, la douleur, le désespoir et la frayeur. En vérité, il avait le regard hanté. Comme si il avait vécu, entendu ou vu des choses tellement horribles que seul la mort pourrait lui apporter réconfort.

Si Jérémie ne s'était pas précipité vers ses amis, la raison était toute simple : ses ravisseur lui avait attaché les mains au mur par deux sangles de métal qui lui maintenaient les bras au dessus de sa tête qui l'empêchait de s'asseoir et de faire le moindre mouvement. Il était donc condamner à rester debout sans faire le moindre geste pour atténuer la souffrance des ses bras.

Sans un mot, Ulrich prit la boucle de sa ceinture et crocheta les serrures des liens métallisés de son ami.

Quand ses bras furent libre, Jérémie s'écroula : ses jambes ne pouvaient plus le porter. Yumi l'aida à s'asseoir. Jérémie poussa un long soupir entre soulagement et douleur.

Yumi reformula sa question:

- Comment ça va ?

- Bah... comme vous le voyez, pas très bien... répondis Jérémie, je crève de mal aux jambes et au bras et j'ai une migraine à se taper la tête contre le mur depuis que je suis ici.

Ulrich fronça les sourcils:

- Ne me dit pas que tu était dans cette postions depuis deux jours ?

Jérémie baissa la tête et opina. Un ange passa. Les trois amis regardaient Jérémie avec une sorte de pitié qui faisait mal au cœur.

Finalement, le petit génie releva la tête, comme sa la présence de ses amis avaient ranimés sa pugnacité. On pouvait presque voir toutes les questions qu'il avait à poser s'entrechoquer dans sa tête. Il se décida pour les deux qu'il considérait comme principales.

- J'ai, comme vous vous en doutez une multitude de question mais si vous pouviez déjà répondre à ces deux là, ça serait pas mal : comment avez vous fait pour me retrouver et où on est parce que là, je suis largué.

Ses amis lui expliquèrent leur aventure et où ils se trouvaient. Jérémie écouta avec attention, engrangeant toutes ces données dans l'espoir de pouvoir un jour les retournées contre son geôlier. Comment ? Il n'en avait pas la moindre idée mais il espérait qu'elles pourraient lui être utiles.

À la fin, Odd demanda :

- Et toi, qu'est ce qu'ils t-on fait ?

Jérémie rebaissa la tête. Il avait l'air penaud.

- J'ai pas fort envie d'en parler... murmura Jérémie. Du moins pas pour le moment.

Soudain leurs regards se tournèrent vers Ulrich. Celui ci se leva et ramassa une enveloppe sur laquelle il était marqué « TOP SECRET » en caractère d'imprimerie.

Il revient s'asseoir et demanda :

- C'est quoi ce truc ?

- Aucune idée répondit Jérémie, il n'y était pas tout à l'heure quand vous êtes arrivés...

- En tout cas ce machin est important à en croire l'inscription... continua Ulrich.

- Truc, machin... intervint Yumi, ce que j'aime chez toi Ulrich, c'est la richesse de ton vocabulaire.

- Bon, on ouvre ! Lança Odd en arrachant la feuille des mains d'Ulrich.

Deux papier s'en échappèrent, Odd prit celle qui ressemblait à un lettre et commença à la lire à haute voix :

« Un jeune garçon se nommant Belpois Jérémie pourrait vous être utile pour votre projet de destruction de la Tour Eiffel et de l'Arc de Triomphe. Belpois est inscrit au collège Kadic à Paris où il est interne.

Le garçon est surdoué et est un génie de l'informatique. Il virtualise ses amis (Della Robia Odd ; Stern Ulrich ; Ishiyama Yumi) dans un monde virtuel... »

Après, il s'ensuivait d'une description totale de Jérémie - certainement pour éviter que l'organisation ne le confonde avec un autre -, des activités de nos héros, de l'utilité de Jérémie dans le plan de A.A.N.X.

Cette lettre était signée d'un nom et d'un symbole qu'ils ne connaissaient que trop bien...

XANA

Jérémie se saisit de l'autre feuille, la regarda et son visage passa successivement du rouge au blanc.

Yumi se pencha au dessus de son épaule et vira elle aussi au rouge.

- Mais... mais qu'est ce que c'est ? Bredouilla Jérémie.

Ulrich et Odd vinrent se placer derrière pour mieux voir et ce qu'ils virent les tétanisa :

La deuxième feuille était une photo, une photo de Jérémie inconscient sur ce qui ressemblait à une table d'opération, On y voyait Jérémie entièrement nu, à l'exception de son slip.

- Mais... mais qu'est ce que c'est ? Bredouillèrent Odd et Ulrich.

Jérémie était livide, il fut saisi d'un doute :

- Et... et si... ils m'avaient implanté... quelque chose...? Chuchota-t-il.

Les autres se tournèrent vers lui, légèrement septiques.

- Et qu'est ce qu'ils auraient bien pu t'implanter ? Lança Yumi.

- Je... je n'sais pas moi... un... un truc...

- Bon, du calme. Panique pas ! Recommanda Ulrich d'une voix autoritaire. Est ce que Yutchi vient te voir parfois ?

Le jeune génie hocha la tête.

- Oui... environ toute les deux heures.

-Parfait. Fit Odd, alors quand il viendra tout à l'heure, tu lui demandera c'est quoi ce bidule.

- Et si il refuse de répondre ? Objecta Yumi.

Là dessus, les garçons restèrent muets. En effet, aussi bête que cela puisse paraître, ils n'avaient pas songé à cette éventualité. Et si il refusait de répondre ? Qu'est ce qu'ils feraient ?

- Au fait, dis brusquement Yumi, Aelita m'a contacté. Une Tour a été activée.

- Hein ?! S'écria Jérémie, interdit. Vous avez pris mon ordi ?

- Non ! On n'a pas pris ton ordi mais elle m'a quand même contacté et tu sais comment ?

- Euh... non...

-Par mon portable ! Comment ça se fait ? T'as réussi à virtualiser un portable ou quoi ?

Jérémie sourit, comme s'il était soulagé par l'explication de Yumi bien que cela reste tout aussi mystérieux aux yeux des autres. Et cela l'amusait manifestement de voir leurs visages aussi intrigués.

- Vous vous souvenez qu'il y a quelques semaines, je bûchais sur un nouveau programme pour Lyoko...

Les trois hochèrent la tête, en effet, ils s'en souvenaient, mais ne voyaient toujours pas où Jérémie voulait en venir.

- Eh bien au bout de semaines de recherches, j'ai trouvé un moyen de donner à Aelita un nouveau pouvoir ! Toujours son Don de Création mais maintenant, elle peut créer des armes ! Et j'ai réussi à garder ce nouveau pouvoir dans les données du superordinateur de façon à pouvoir vous créer des véhicules et de nouvelles armes !

- Eh mais c'est trop cool ça ! S'exclama Odd visiblement ravi par cette nouvelle. Dis est ce que je pourrais avoir un surf anti-gravitationnel ?

- Si on s'en sort, je te promets que je ferais tout pour que tu l'aies. Fit Jérémie en souriant.

Soudain, Yutchi rentra dans la cellule, tout à leur conversation, les enfants n'avaient rien remarqué.

Il fit quelques pas puis s'arrêta un air plus que mécontent s'afficha sur son visage.

- Qui est ce qui t'a détaché ? Gronda-t-il d'un air furieux avant de hausser les épaules. Bon, peu importe. Belpois ! Ramène toi !

Jérémie se recroquevilla et ses amis lurent la peur dans ses yeux.

Yutchi s'avança et saisi Jérémie au collet.

- Si tu ne m'obéis pas mon grand, tu vas regretter d'être né, c'est moi qui te le dis.

Il le rejeta et le remit debout aussi vite.

Jérémie fut bien obligé de le suivre mais avant de disparaître au bout du couloir, il jeta un dernier regard terrifié vers ses amis.

 

Chapitre 8

 

Aelita était dans le territoire Désert, elle avait parcouru les quatre Territoires à la recherche de la Tour mais en vain. Comme si XANA l'avait rendue invisible...

Elle s'assit et entonna son chant de création: quelques seconde plus tard, un appareil sophistiqué apparaissait devant elle, sur le sable numérique.

Aelita le prit et le mit devant elle. L'appareil se mit à clignoter.

« Parfait, la Tour est dans cette direction. » Pensa t-elle.

Elle se remit à courir. Brusquement, Aelita s'arrêta. Le moniteur s'était mit à clignoter de façon alarmante.

L'humanoïde regarda autour d'elle et eut juste le de faire un pas sur le côté pour éviter le tir d'un Méga-Tank. Si elle avait été sur Terre, elle aurait sentit le souffle brûlant du rayon.

Soudain, une forme fantomatique se dressa derrière le monstre virtuel.

Aelita écarquilla les yeux, recula et balbutia à mi-voix :

- XA... XANA ! Non... c'est... c'est impossible...

En effet, XANA venait de se matérialiser juste derrière son monstre. C'était la première fois qu'Aelita le voyait... et franchement, elle n'aurait jamais préféré le voir...

Très grand - environ deux mètres - il avait une apparence assez banale. Un chapeau à large bord et un long manteau dont les pans semblaient virevolter au rythme d'un souffle impalpable. Sur son front, son symbole luisait d'une lumière verte malsaine.

XANA eut un sourire sardonique et s'avança.

- Alors ma chère Aelita tu m'as reconnu au premier coup d'oeil à ce que je vois... félicitation.

Il la toisa d'un regard méprisant et haineux. Ses yeux étaient rouges, on aurait dit des rubis brillant de haine. Ses lèvres tordues en un rictus. Mais il ne résista pas bien longtemps à l'envie de se vanter. Sa bouche se redressa en un sourire cruel.

- Cette fois ci, mon plan est infaillible. Vous ne pourrez le contrer.

Aelita le dévisagea. Que fallait-il faire ? Certainement pas baisser les yeux ? Entrer dans son jeu alors ? Qu'auraient fait ses amis ? Odd aurait certainement lancé une vanne, Ulrich et Yumi auraient attaqués et Jérémie... Jérémie se serait placé devant elle pour la protéger. À présent, c'était son tour à elle de le protéger. De les protéger.

- Et c'est quoi ton plan minable cette fois ? Demanda t-elle.

Odd et Aelita avaient répliqués en même temps. Elle sentit la présence du félin virtuel à ses côtés. Il manquait Yumi, Ulrich et Jérémie...

XANA vira au rouge de colère mais se reprit très rapidement. Il la toisa à nouveau mais cette fois-ci, plus de mépris, la haine était omniprésente.

- Tu veux savoir ? Eh bien pas de problème puisque de toute façon, je vais vous détruire.

- Je vais vous détruire. Je vais vous détruire. Singea Aelita. On dirait un vieux disque rayé. Tu peux pas changer de musique ?

Odd venait encore de lancer une pique.

XANA eut un rictus de rage et fit un signe au Méga-Tank qui tira de nouveau.

Aelita l'évita aisément.

Yumi et Ulrich venaient de se ranger à ses côtés.

- Tant pis pour toi. Murmura XANA. Mais sache d'abord que je vais te tuer. Ensuite viendra le tour de ton cher Jérémie. Je le tuerais très lentement, juste pour le plaisir de faire souffrir ta mémoire. Puis viendra le tour de cet excentrique Odd. Après Odd il y aura cet idiot d'Ulrich. Et enfin cette chère Yumi....

Il y eut un moment de silence, XANA savoura l'expression d'horreur qui passa sur le visage d'Aelita.

- Mais ce n'est pas ce Méga-tank qui vas te tuer. Non, je vais le faire moi même et tout de suite ! Et en plus, tu n'as même pas d'armes pour te défendre, c'est trop facile.

Un sourire de triomphe traversa le visage d'Aelita. Cette fois-ci, à elle l'avantage de la surprise ! Elle prit un air doucereux.

- Ce que tu ignores XANA, c'est que Jérémie a réussi à me donner un nouveau pouvoir. Maintenant je peux créer des armes alors comme on dit sur Terre, en garde !
Un sabre numérique apparut entre les mains de la jeune humanoïde qui referma ses doigts sur la poignée et se mit en position, comme elle avait vu Ulrich le faire des centaines de fois.

XANA eut l'air prit au dépourvu quelques secondes avant qu'un nouveau sourire ne passe sur son visage.

- Tu as sans doute oublié Aelita le virus qui te lie à moi. Donc tu ne peux me détruire. En revanche, moi je le peux !

Sur ces mots, XANA disparut. Il avait décidé d'aller tuer Jérémie et les autres et de laisser Aelita au Méga-tank.

Il avait disparu depuis seulement quelques secondes que deux autres Méga-tank apparurent.

« Bon... songea Aelita. Ça passe ou ça casse »

Sur ce, elle s'élança et enfonça le sabre dans le coeur du Méga-tank en face d'elle.

Celui ci explosa et Aelita se retrouva derrière les deux autres monstres virtuels.

- Ça, c'est pour Ulrich !

Elle entendit trop tard un Blok charger son tir. Elle ne pu l'éviter et le reçut dans le dos.

« Combien de point de vie il me reste ? » Songea t-elle. « Peu importe ! »

Elle sauta sur le nouvel assaillant et enfonça son sabre dans son œil.

- Ça, c'est pour Yumi !

Il explosa également.

Il ne lui restait plus que les deux Méga-Tank. Les deux plus gros morceaux. Mais néanmoins, Aelita était emplie d'une énergie sauvage qui lui donnait la force de continuer son massacre.

Aelita se concentra et chargea.

Elle évita avec un superbe roulé-boulé le tir d'un des deux monstres avant de lancer son arme.

- Ça c'est pour Odd ! Hurla-t-elle en lançant le sabre.

L'arme fila telle une flèche pour aller se planter jusqu'à la moitié de la lame dans l'œil unique du monstre.

Voyant du coin de l'œil le dernier Méga-Tank en lice charger son rayon mortel, elle invoqua son Don de Création et presque aussitôt, un gant mauve recouvrit sa main droite. Elle fit volte-face et tira simultanément deux flèches lasers.

- Et ça, c'est pour Jérémie ! Murmura-t-elle en regardant le monstre exploser en un million de pixel.

La fièvre du combat retomba aussi brusquement qu'elle était apparue et bien qu'elle ne puisse pas ressentir la fatigue sur Lyoko, elle en eut un avant goût.

Aelita repris son détecteur de Tour et repartit à la recherche de celle activée. Le temps jouait contre elle encore plus que d'habitude. Cette fois ci, XANA allait tuer ses amis par un corps humain.

C'est donc avec une énorme appréhension qu'elle se remit en route.

 

Chapitre 9

 

Dans la cellule, ce n'était pas la joie. Tout trois s'efforçaient de chasser la désagréable impression qu'ils avaient vu leur ami pour la dernière fois et essayaient de chasser le sentiment de cupabilité.

Car ils sentaient s'ils auraient dû protéger Jérémie. Mais une petite voix leur disait que cela n'aurait servi à rien. Sinon à énerver Yutchi encore plus et Jérémie risquait de souffrir encode plus. Résultat : ils avaient les nerfs à fleur de peau

Yumi était assise dans un coin en train de se ronger les ongles d'angoisse, Ulrich faisait les cents pas. Quant à Odd, il enchaînait blague nul sur blague nul:

- Si un crocodile en rencontre un autre il Lacoste... et puis, si on va en boite, on va faire un carton et...

- Odd, ferme là ! Tu deviens lourd ! S'écria Yumi lorsque Odd en eut raconté une bonne dizaine. Et toi Ulrich, arrête de tourner en rond. Tu me donnes mal au cœur !

- Ça c'est vrai Odd arrête si c'est sensé détendre l'atmosphère, c'est pas gagné. Alors tais toit fit Ulrich.

- C'est « monsieur-je-tourne-en-rond-en-croyant-que-ça-va-arranger-les-choses » qui me demande de me taire ? Eh ben moi au moins, je ne donne pas mal au coeur à Yumi ! S'écria Odd qui, pour la première fois depuis le début perdait patience.

- Non mais tu lui donnes mal à la tête ! Répliqua Ulrich.

- Oh les gars, ça suffit !! S'exclama Yumi. Je sais que vous vous faites du souci pour Jérémie mais se bagarrer ne va pas arranger les choses...

Ulrich et Odd échangèrent un regard furibond puis Odd murmura :

- Je suis désolé Ulrich... mais je suis tellement stressé que j'arrive même plus à faire de bonnes vannes...

- Non c'est ma faute... c'est moi qui ai commencé... répondit Ulrich.

Yumi soupira. Enfin elle allait avoir un peu de calme.

Brusquement, Odd demanda:

- Vous l'avez trouvé comment ?

Il parlait bien sûr de Jérémie.

- Ben un peu mieux que ce à quoi je m'attendais... chuchota Yumi.

Ulrich approuva:

- Il est entier et en vie... c'est le plus important non ?

- Mais vous avez vu son regard ? Insista Odd.

Tout trois échangèrent un regard penaud. Bien sûr qu'ils avaient vu son regard, c'était même la première chose qu'ils avaient vu: son regard n'était qu'un gouffre de peur....

Où était passé leur Jérémie ? Le Jérémie lumineux d'intelligence et qui combattait ardemment XANA ? Le Jérémie qui devenait rouge pivoine lorsqu'on faisait une allusion à Aelita ? On le leur avait enlevé pour le remplacer par ce Jérémie. Celui qui n'était que peur et douleur.

Sur cela, Yumi Odd et Ulrich restèrent muets. L'angoisse leur nouait l'estomac. Et même Odd n'aurait rien pu avaler.

Une heure et demie passa dans ce silence complet. a chaque fois qu'un bruit de pas se faisait entendre - c'est à dire toutes les dix minutes - Yumi, Ulrich et Odd levaient la tête avec l'espoir de voir revenir leur petit génie mais à chaque fois, ce n'était qu'un garde qui faisait sa tournée.

Enfin, au bout du couloir se fit entendre un bruit de pas de quelqu'un qui semblait porter quelque chose de lourd.

Un garde apparut, portant un Jérémie amorphe et exsangue, Il ouvrit la porte du cachot et jeta Jérémie par terre comme un paquet de linge sale. Il atterrit sur le sol tel un pantin disloqué.

Ses amis se précipitèrent sur lui. Au bout d'un moment, Jérémie murmura :

- Un... un clone....

- Quoi, qu'est ce que tu raconte ? demanda Odd.

Jérémie se leva avec difficultés. Il frissonnait violement. Mais lorsque Odd voulu l'aider, il leva la main pour l'arrêter.

- Non, vaux mieux pas que vous me touchiez, j'ai l'impression d'être rempli d'électricité statique.

Odd le toucha quand même et reçu une décharge.

- Ouha ! Aie ! Ça fait mal... s'écria Odd en reculant.

Jérémie ne lui prêta aucune attention et déclara :

- La photo... si ils m'ont mis comme ça c'est pour me créer un clone...

- Hein comment ça explique ? Demandèrent Yumi Ulrich et Odd.

Et Jérémie raconta:

 

** Flash Bak**

 

 

Dans une pièce au mur carrelé de blanc et insonorisé, deux hommes sont là avec un jeune garçon.

Un homme sort de la pièce, il ne reste plus que Yutchi et Jérémie.

Yutchi s'avance tranquillement, tandis que son prisonnier recule.

Soudain, Jérémie demande :
-Qu'est ce que vous m'avez fait ?
Yutchi s'arrête. Il n'a pas l'air de comprendre.

- Comment ça ?

- Cette photo ! (Il brandit le cliché qu'il avait pris soin de prendre et de cacher sous son vêtement.) C'est quoi ?

- Comment as tu eu ça ? Grogna Yutchi.

- C'est tombé de votre poche tout à l'heure alors la réponse !

Yutchi le regarda un instant et comprit qu'il ne céderait pas. Il voulait une réponse ? Eh bien il allait l'avoir.

Il esquissa un sourire mauvais.

- C'est pour un clone. Lâcha t-il.

- Qu...QUOI ??!!

- À ton avis pourquoi on t'a coupé les cheveux ?

Jérémie allait hausser les épaules mais s'arrêta

- Mon code génétique... la prise d'ADN... mais pour... pourquoi ? Murmura t-il

- Parce que primo : nous avions peur que tu meure si tu refusait nous savions que nous allions te faire passer des... tests. Deusio : ton clone sera dix fois plus soumis que toi. Donc tu vois même si tu meure on arrivera quand même à mettre notre plan en marche.

 

** Fin Flash Bak **

 

Le groupe resta un instant silencieux méditant les paroles de Jérémie.

Soudain, Yumi fit :

- Eh mais tu saigne...

C'était vrai, personne ne l'avait remarqué avant mais un mince filet de sang coulait du nez de Jérémie

- Oh oui, tiens... fit Jérémie d'un air absent en touchant l'endroit ensanglanté. C'est probablement le dernier coup que j'ai reçu qui devait être plus fort que les autres...

- S'ils continue à te taper dessus comme ça, ils finiront pas te casser quelque chose...  chuchota Odd.

Jérémie baissa la tête:

- Non, parce que c'était ma dernière « séance »...

- Quoi ne me dis pas que t'as accepter ?! S'alarma Ulrich.

Jérémie le considéra avec stupeur.

-Non mais t'es pas bien ?! Non je n'ai pas accepté ! Mais Yutchi m'a dit que tout à l'heure c'était ma dernière chance et que si je refusait il... mais la fin de sa phrase resta bloqué au fond de sa gorge.

Ce n'était pas nécessaire, ses amis avaient compris.

- Au fait, on est le combien ? demanda Jérémie.

Yumi jeta un regard au calendrier dans le couloir et murmura

- Nous sommes le 15 mai... et je crois savoir pourquoi tu me demande ça...

- Et ben alors si on est le 15 mai, j'ai... j'ai 13 ans aujourd'hui... il réprima un sanglot.

- Oh non c'est pas vrai... chuchota Ulrich.

Jérémie fit signe que si.

- Bon, eh ben bon anniversaire, Einstein ! S'écria Odd.

- Ouais bon annif Jérémie ! Dirent en choeur Yumi et Ulrich... mais le cœur n'y était pas.

Jérémie leur sourit. Mais il avait les larmes aux yeux.

- Et... et le... le pire hoqueta t-il, c'est... c'est que j'avais trouvé l'anti-virus pour Aelita, il ne me restait plus qu'à le sauver et le mettre sur disquette. Là dessus, il fondit en larme.

La tension qui les avait électrisés ses dernières heures atteignait son paroxysme. Yumi, à l'approche de la mort et oubliant sa fierté, se mit elle aussi à pleurer, suivi bientôt par Ulrich et Odd.

 

Chapitre 10

 

Quand leur larmes furent taries, ils se mirent à se remémorer les moment forts de leur vie: c'est à dire, toutes les attaques de XANA.

-Vous vous souvenez quand XANA à xanatifié un ours en peluche ? Demanda Ulrich. J'ai eu la honte de ma vie quand j'ai débarqué dans la salle des fête en hurlant qu'un ours en peluche allait attaquer !

Les autres éclatèrent de rire.

- Et quand j'ai voulu révéler l'existence de Lyoko, fit Yumi, et quand Jérémie est rester collé pour graffiti sur un mur...

- Et quand on a matérialisé Aelita pour la première fois... dit Jérémie rêveur... j'était resté sur mon ordi pendant 48 heures...

- Ah ouais j'm'en souviens ! Tu refusais de quitter ton ordinateur ne serait-ce qu'une seconde ! Ulrich et moi ont avait du te traîner dehors pour que tu puisse manger un peu ou sinon j'ai comme l'impression que tu serais rester encore trois jours dessus. Rit Odd.

- Non, t'es resté deux jours entier à bosser sur la matérialisation d'Aelita ? Fit Yumi z feignant l'étonnement. Ça ne m'étonne pas que quand tu m'as téléphoner pour déclencher le plan « Alpha » t'avais une petite voix !

- Et quand on a découvert Lyoko, enchaîna Ulrich, vous vous souvenez ?

- Si on s'en souvient ?! Répondirent ses amis

Ils se revirent dans la cour en train de se présenter, dans l'ascenseur qui descendait pour la première fois au Labo, leur rencontre avec Aelita, leur premier Retour Vers le Passé.

- T'as craquer pour elle dès que tu l'as vue hein... Fit Odd

- Hein... mais... mais de quoi tu veux parler ? S'étonna Jérémie qui, malgré son air de surprise avait parfaitement compris.

Les trois autres échangèrent un regard entendu et répondirent en choeur d'un ton claironnant :

- Aelita !

Jérémie tourna illico tomate ambulante.

- Ça ... ça se voit autant que ça ? Demanda t-il.

- Comme le nez au milieu de la figure Einstein. Répondis Odd. Alors, ça a été le coup de foudre, pas vrai ?
Jérémie toujours écarlate, fit oui de la tête.

- Aha j'en étais sûr ! Triompha Odd. Et les deux autres tourtereaux se sont déclarés leur flamme pas plus tard qu'hier.

- Odd !! S'écrièrent Yumi et Ulrich imitant Jérémie à la perfection.

- Ben quoi ? Demanda Odd en faisant une mine innocente.

- Vous vous rappelez quand je m'étais disputé avec Aelita ?

- Pff ouais même que j'avais dû embrassé Sissi ! Fit Ulrich avant de pâlir et puis de rougir, il porta une main à sa bouche comme pour retenir l'étourderie qui malheureusement était déjà partie. Oups... ça m'a échappé...

- T'AS QUOI ?? S'écria Yumi n se dressant d'un bond.

Ulrich marmonna un ou deux trucs qui auraient pu passer pour des excuses mais abandonna rapidement.

- Enfin, le plus important c'est qu'on ait réussi à contrer XANA durant tout ce temps... déclara Odd, nostalgique.

Les autres approuvèrent les yeux dans le vague.

- Au fait Ulrich, est ce que je pourrais revoir la lettre ? Demanda soudain Jérémie.

Ulrich la lui passa et le jeune prodige se plongea dans la lecture de la lettre, marmonnant quelques fois sa barbe avant de relever la tête, une moue amère passant sur son visage.

- Ça explique beaucoup de chose. Déclara-t-il en montrant la lettre aux autres qui se penchèrent pour mieux voir. Regardez, l'heure de l'envoi : 14h00 et Odd et moi on a été a l'usine à 19h00 donc A.A.N.X à largement eu le temps de venir à Kadic... et puis, Aelita m'a dit qu'elle avait ressentit des pulsations à 14h00 donc la Tour que XANA a activée était uniquement dans le but d'envoyé cette lettre...

Yumi, Ulrich et Odd en restèrent bouche bée. C'était une déduction simple mais aucun d'eux n'auraient songé à regarder l'heure de l'envoi de la lettre. Puis une joie sans borne les envahit ! Enfin, leur petit génie préféré était de retour !

Il y eu un moment de silence puis Odd osa aborder le sujet qui lui tenait à coeur:

- Et... euh... ton... clone il est déjà "activé" ?

Jérémie se rembrunit

- Non, il est encore en labo... j'arrive pas à y croire... un clone ! C'est quasi impossible ! ça défie les lois de la science actuelle ! Nous avons déjà réussi à cloner des animaux mais des êtres humains... c'est...non, c'était impossible ! Comment ont-ils réussi à faire ça ?

- Un univers virtuel est aussi a priori une chose impossible. Lui rappela Yumi.

- C'est vrai. Reconnu Jérémie. Mais Lyoko a été créé par le plus grand savant du siècle, Franz Hopper. Hors eux... ils ont fait appel à moi pour faire des choses qu'ils sont censés pouvoir faire...

- Bon, sans vouloir imposer ma loi dit Odd, on devrait peut-être dormir un peu, histoire d'être d'attaque demain pour piquer un sprint dès qu'ils ouvriront la porte...

Ils commencèrent à rire. Rire qui s'estompa peu à peu lorsqu'ils prirent conscience que c'était la dernière nuit sur Terre qu'ils allaient passer.

- Bon ben on se dit bonne nuit une dernière fois ? Demanda Yumi, la voix rauque.

-Les amis, dit Jérémie les larmes aux yeux, si jamais vous en réchapper, est ce que vous pourrez dire à Aelita que...

- Ne t'en fait pas, Einstein... Dit Odd qui était dans le même état, cependant,  je ne crois pas qu'ils nous épargneront...

- Les amis... je voulais vous dire que... les moments passés avec vous ont été les plus heureux de ma vie ! Déclara Ulrich rapidement, les joues en feu, les confidences n'étant pas son fort.

Jérémie, Yumi et Odd l'imitèrent et quand Yumi serra Ulrich dans ses bras, Odd  et Jérémie firent de même.

Ils restèrent enlacés un moment se remémorant leurs aventures et songeant que tout cela était arrivé choc.

- Ouais et comme tu l'as dit Jérémie, XANA nous en à fait bavé mais grâce à lui, on a connu Aelita... fit Yumi.

Jérémie leur fit à tous un grand sourire.

- Bon, on devrait dormir non ? On se dit une dernière fois bonne nuit ?

Les autres acquiescèrent

- Bonne nuit mes amis, dit Yumi, je ne vous oublierais jamais même dans la mort.

- Bonne nuit mes amis, dit Ulrich, si jamais il y a quelque chose après la mort, j'espère que l'on se retrouvera.

- Bonne nuit mes amis, dit Odd, on a eu de la chance de vivre autant d'aventures.

- Bonne nuit mes amis dit Jérémie, j'ai eu de la chance de vous avoir.

Et c'est sur ces mots qu'ils se préparèrent à passer leur dernière nuit sur Terre.

 

Chapitre 11

 

Ulrich se réveilla, il regarda ses amis dormir. Odd était roulé en boule dans un coin et pour une fois ne ronflait pas.

Jérémie les lunettes posées à côté de lui semblait avoir un sommeil agité. Yumi, elle, était couchée près de lui. Instinctivement, elle se rapprocha légèrement de lui pour profiter de sa chaleur.

Ulrich la regarda un instant « Qu'est ce qu'elle est belle » songea t-il avec tendresse, un doux sourire flottant sur ses lèvres. « Dire que notre aventure se termine aujourd'hui... »

Il leva une main pour effleurer ses cheveux mais suspendit son geste quand un bruit dans le couloir se fit entendre. Il se redressa et attendit, les muscles bandés, prêts à sauter sur son adversaire si le besoin s'en faisait sentir.

Comme Ulrich l'avait prévu, quelques secondes plus tard, Yutchi entra.

Odd, Yumi et Jérémie se réveillèrent et un air de complet ahurissement se peignit sur leur visage.

- Alors, lança Yutchi d'une voix sardonique, on a passé une bonne nuit ? Je crois que vous savez que c'était la dernière ?

Il fit un signe de la main et quatre gardes entrèrent à leur tour. Ils firent lever les enfants sans ménagement et les firent sortirent de la cellule.

Les adolescents avancèrent docilement. Mais au fur et a mesure de leur marche, leur muscles se raidissaient. Comme s'ils avaient leur volonté propre et que seul le cerveau les obligeaient à continuer alors qu'ils ne demandaient qu'à s'arrêter.

Ils arrivèrent devant une porte. Yutchi leur fit signe d'entrer.  Dès qu'ils y pénétrèrent, Yumi, Odd, Ulrich et Jérémie sentirent que c'était la salle de leur mort.

- Bon eh bien avant de commencer à vous tuer, j'aimerais que vous sachiez qui je suis. Déclara Yutchi.

Les quatre adolescents se regardèrent d'un air étonné. Que voulait-il dire par là ? Finalement, Odd risqua un timide :

- Mais... vous êtes Yutchi...

L'homme esquissa un sourire du plus mauvais augure:

- Eh bien... pas seulement...

Soudain, une sorte de vapeur l'entoura, quand elle se fut dissipée, les quatre enfants reculèrent et murmurèrent

- XANA !

L'ennemi qu'ils combattaient depuis tant de temps se montrait enfin, et les enfants avaient tous un sentiment d'angoisse qui montait, ils avaient déjà eu peur mais jamais avec une pareille intensité... comme si toutes leurs peurs, que ce soit celle de mourir ou d'autre n'ayant rien avoir remontaient à la surface et ne formait plus qu'une seule boule de frayeur. Compacte, immense, irrépressible.

- C'était... c'était donc ça l'attaque de XANA... chuchota Yumi. Se matérialiser pour...

- Exactement, l'interrompit XANA. Me matérialiser pour en finir avec vous, puisque j'ai vu que aucune de mes attaques ne marchait...

- Il vous en a fallut du temps pour vous en rendre compte ! Intervint Odd. Franchement, pour un supercalculateur, vous êtes vachement long à la détente.

Il n'avait pas pu résister à l'envie de lancer une pique à cet ennemi si longtemps craint. Comme si en provoquant XANA, il tentait d'oublier sa peur.

XANA blêmit et grogna de fureur. Ces petits inconscients étaient en son pouvoir, à sa merci la plus totale, et ils trouvaient encore le moyen de se moquer de lui.

- Mais comment vous avez réussit à vous matérialiser dans le corps de Yutchi ? Demanda Jérémie.

- Je ne me suis pas matérialisé, enfin pas vraiment, j'ai simplement prit possession du corps de Yutchi. Nous sommes un peu pareils lui et moi. Sauf que je suis dix fois plus intelligent que lui !
 « Eh ben, bonjour la modestie » songea Odd.

XANA qui n'avait pas conscience qu'Odd continuait à le ridiculiser mentalement continua son petit speech :

- Et au cas où vous ne l'auriez pas remarquez, A.A.N.X c'est juste un anagramme de X.A.N.A. De plus, cette fois ci, ne comptez pas sur le Retour Vers le Passé. Il n'aura pas lieu.

- Qu'est ce que vous voulez dire ? Questionna Jérémie d'une voix légèrement tremblante, ayant peur de comprendre.

- Tout simplement que... avant de venir, j'ai tué Aelita !

Jérémie se sentit vaciller.... non ce n'était pas possible... Aelita ne pouvait pas avoir disparu... Cette idée incongrue se blottit pourtant dans son esprit.

Il regarda Yumi, Odd et Ulrich d'un air désemparé. Ceux ci avaient l'air tout aussi chamboulé quel lui. Aelita avait disparu. Son existence allait bientôt aussi prendre fin donc, plus rien n'avait d'importance.

Pourtant, une petite lueur d'espoir continuait de briller au fond de son coeur. XANA était si trompeur qu'il pouvait très bien mentir pour qu'ils ne puissent résister quand il allait les tuer.

- Bon, maintenant passons aux choses sérieuses. Dit XANA. Je vais vous tuer. Vous le savez. Cela fait si longtemps que j'attends ce moment ! D'abord toi Jérémie, ensuite Odd puis Ulrich et enfin Yumi...

Brusquement, il claqua des mains, les yeux écarquillés, comme un enfant qui s'amuse. Oui, il allait s'amuser, s'amuser à les faire souffrir pour les punir de toutes ces humiliations qu'ils lui avaient fait subir...

Le sol se fissura et des fils électrique jaillirent. Ils enserrèrent les chevilles de Ulrich, Odd et Yumi les empêchant ainsi de bouger.

XANA s'avança et saisi le bras de Jérémie et l'entraîna vers un appareil dans un coin de la salle.

- NON ! YUMI ! ULRICH ! ODD ! LÂCHEZ MOI !

Jérémie se débattait comme un fou mais XANA l'attirait inexorablement vers la machine.

Quand il fut un peu plus près, Jérémie pu voir quelle était la nature de l'engin :

Un masque à oxygène était posé sur un socle de métal avec à ses côtés une bombonne.

- Vous vous souvenez de ce gaz Ulrich et Jérémie ? Ricana XANA.

- Le gaz nocif que XANA avait envoyé une fois sur le collège ? Murmura Ulrich qui cessa quelques secondes sa lutte pour échapper à l'emprise des fils qui l'immobilisaient.

- Exactement. Et maintenant, chacun de vous va l'expérimenter pour voir ce qu'il produit sur l'humain...

Il réussit à maintenir la nuque de Jérémie pour lui coller le maque sur la figure.

Dès la première bouffée du gaz, Jérémie se sentit partir. Puis, il pensa très fort: « Ne pas respirer, ne pas respirer... »

Il s'accrocha tellement à cette idée qu'au bout de deux minutes, Yumi, Odd et Ulrich virent Jérémie devenir tout pâle. N'y tenant plus, il aspira une grande goulée de produit.

Soudain, un grand bruit se fit entendre. Ce fut si brusque que XANA relâcha son attention.
Immédiatement, Yumi, Odd et Ulrich sentirent que les fils se desserraient. Ils en profitèrent pour se dégager et courir vers XANA pour lui reprendre Jérémie, à moitié inconscient.
XANA était si éberlué qu'il ne se rendit même pas compte que ses prisonniers lui filaient entre les doigts.

Juste au moment où ils franchirent la porte, XANA reprit ses esprits et se mit à les poursuivre.

Yumi et Odd soutenait Jérémie qui avait bien du mal à suivre le rythme imposé par Ulrich.

Celui-ci courait devant eux et leur faisait signe si la voie était libre. Les hurlements de rage de XANA se faisaient entendre au loin.

Plus ils avançaient, plus XANA était furibond.

Soudain, Ulrich vit une porte sur laquelle il était marqué TOP SECRET.

Il songea : « Refuge parfait en attendant que XANA se calme un peu. »

Ulrich fit signe à ses amis de venir le rejoindre et il entra dans la pièce. Dès que Odd fut entré, Ulrich referma la porte et s'assit en soupirant :

- Pff on l'a échappé belle...

- Ça tu l'as dit ! Fit Odd, encore tout secoué par la course-poursuite.

- C'est la quantième fois que vous me sauver la vie ? Murmura Jérémie. Il avait la respiration sifflante, il était livide et semblait à deux doigts de s'évanouir.

Yumi sourit et répondit:

- Ben... je crois que... faudrait compter le nombre d'attaque de XANA...

Ils éclatèrent de rire et Odd déclara:

- Tiens, pour l'occaz' j'ai inventer une chanson aller tous avec moi !

Il commença à fredonner

« On ira on saura sauver notre existence

Se donner une chance de tout effacer

On ira on saura sauver notre existence

Pour refaire un monde sans danger

Code Lyoko tout reprogrammer

Code Lyoko un monde sans danger »

Les autres le considérèrent d'un air étonné avant de se mettre à rire devant l'incongruité de la situation... ce cher Odd, toujours là pour remonter le moral des troupes, même de la manière la plus bizarre possible !

Après dix minutes, Yumi demanda:

- À votre avis, est ce que c'est vrai que Aelita est...

La fin de sa phrase s'étrangla dans sa gorge mais tous avaient compris et tous baissèrent les yeux. Elle les regarda tour à tour, Odd, le petit rigolo de service, Ulrich, le mystérieux, Jérémie le petit génie, elle, leur "grande soeur"

Yumi lut sur leur visage la même expression de peur et d'espoir.

- Euh... bon qu'est qu'on fait ou sinon, on va pas rester cacher ici toute notre vie. Dit Odd pour chasser la peur de la question de Yumi.

- Je propose qu'on tente de sortir ce soir...parce que maintenant, c'est un peu risqué...  fit Ulrich.

Les trois autres approuvèrent et attendirent patiemment la venue de la nuit.

 

Chapitre 12

 

La nuit venue, le groupe sortit de sa cachette. Très prudemment, ils avancèrent dans l'obscurité, tâtonnant pour trouver leur chemin, s'arrêtant souvent pour guetter l'éventuelle arrive d'un garde, leurs yeux s'habituant peu à peu au noir ambiant.

Après une bonne dizaine de minutes, Ulrich fit :

- Eh mais on est pas déjà passé par là ?

Yumi regarda autour d'elle.

- Euh... possible... Admit-elle avec une grimace.

- Génial on est paumé en territoire ennemi. Fit Odd avec désespoir avant qu'un petit sourire ne passe sur ses lèvres. Tiens un garde on n'a qu'à lui demandé le chemin de sortie...

- Hein ou ça ? Fit Jérémie alarmé.

- Relax Einstein, je blaguais.

Jérémie eut un soupir de soulagement et examina les alentours.

- Bon premièrement par où vous êtes entré ?

- Par la porte comme tout le monde. On n'est pas des sauvages qui cassent les vitres pour entrer. Rigola Odd.

- Attend, attend. Intervint Jérémie, la porte par laquelle vous êtes entrés était ouverte ?

- Euh... oui...

- Et ça ne vous choque pas que une porte d'un refuge qui est sensé être secret soit ouverte à tout vent ?

Les trois autres s'entre regardèrent, mal à l'aise.

- Ben... maintenant que tu le dis... chuchota Ulrich. Tu insinues que...

- Oui, Yutchi - ou XANA, c'est pareil - vous attendait. C'est pour ça que les gardes ne vous ont pas tués quand ils vous ont trouvés.

Ils restèrent silencieux une poignée de seconde. Pour finir, Odd demanda, comme pour tenter de chasser le malaise qui s'insinuait entre eux :

- Donc, tu sais pas où on est je présume. Ils t'ont bien amené par quelque part non ?

-Ben... j'étais anesthésié... et pour ta gouverne Odd, je ne connais personne qui puisse se repérer dans un endroit en dormant.

-OK, OK, pas la peine de faire la tronche, je demandais.

- Bon, on continue à avancer, je vois rien d'autre que l'on puisse faire...

Ils continuèrent donc. Soudain, ils arrivèrent au pied d'un grand escalier de fer.

Yumi fronça les sourcils:

- Je crois qu'on est arrivé par là... je me souviens d'un escalier... et en haut, je crois qu'il y a une grande salle avec tout plein de tuyaux...

- On monte ! Décida Ulrich.

Ils gravirent avec peine l'escalier. Tout les quatre manquaient affreusement de sommeil. Et seule la peur de rencontrer un garde ou Yutchi les gardaient éveillés.

Arrivés en haut, Jérémie s'avança pour examiner les alentours.

Il s'attendait à ce que les autres le suivent mais, ne les voyant pas à ses côtés, il se retourna.

En faisant cela, Jérémie eut comme un coup a l'estomac.

Yumi, Ulrich et Odd étaient maintenus par trois gardes, une main sur leur bouche pour éviter qu'ils ne préviennent leur ami. Ceux-ci se débattaient mais sans effet, tous les coups qu'ils portaient aux soldats ne semblaient nullement les affectés, comme s'ils ignoraient le concept de la douleur.

Au milieu, se tenait Yutchi. Celui ci pointait sur Jérémie un revolver.

- Alors, on veut nous fausser compagnie ?

Sa voix était glaciale, il n'y avait plus aucune trace d'ironie dans ses traits, juste une haine grandissante.

Il s'avança lentement, savourant d'avance sa victoire, et le tenant toujours en joue.

Jérémie était pétrifié. Son cerveau ne régissait plus qu'une seule information : ses amis étaient en danger, il devait absolument les sauver comme ils étaient venus le sauver.

Mais il était paralysé par l'effroi et n'osait faire un mouvement, de peur que Yutchi ne prenne ça pour un mouvement de fuite et abatte ses amis séance tenante.

- Je vous en prie... laissez nous partir... murmura-t-il. Si vous ne nous laissez pas partir je... je... je vous tue !

Yutchi éclata de rire, comme si le garçon venait de raconter une bonne blague.

- Jérémie, trois petites choses. Premièrement, je ne te crois pas capable de me tuer, tu ne saurais même pas viser ! Ensuite, tu sais pertinemment que si tu me tues, mes hommes n'hésiteront pas à faire pareil avec tes amis, et troisièmement, as-tu oublier le virus que j'ai implanter à Aelita ? Si tu me tues, tu la tues aussi.

Un fugace air de triomphe traversa le visage du petit génie. Il tenait la preuve du mensonge de XANA !

- Non, parce que vous êtes Michel Yutchi, pas XANA, en plus, vous voyez vous vous êtes trahi vous même, Aelita est toujours vivante et je sais que si je vous tue, elle ne disparaîtra pas il a une autre apparence, et donc, je peut vous tuer. Tandis que pour vos hommes, ils...

Soudain, deux coups de feu résonnèrent dans la vaste salle, se répercutant sur les murs, son écho allant se perdre au loin.

Jérémie fit volte-face, horrifié à l'avance de voir ses amis par terre, mort, le sang s'écoulant lentement de...

Il se figea.

Les deux gardes qui tenaient Yumi et Ulrich étaient à terre, morts, et celui qui tenait Odd l'avait libéré et tenait en joue Yutchi.

Le chef de A.A.N.X fixa un instant son allié qui était brusquement devenu son adversaire, il lut dans ses yeux une lueur féroce. Il décela quelques rides sur son front et... ses yeux se tournèrent vers Jérémie qui s'était réfugié près de ses amis et le fixait férocement, ses yeux noirs d'intelligence brillaient d'un éclat si dur dans son visage si pâle.

Il vit le garde pointer son arme vers lui et tirer. Sa dernière pensée fut pour son « œuvre » qui ne serait jamais achevée. Le choc l'envoya valser à l'étage inférieur.

Le soldat tomba a genoux. En sueur, livide, nauséeux. Il eut un haut-le-coeur et regarda l'arme, dégoûté et la balança.

Personne ne s'en aperçut mais le revolver tomba sur le crâne mort de Yutchi.

Yumi, Odd, Ulrich et Jérémie entourèrent prudemment leur allié. Qui était-il ?

Finalement, un rayon de lune éclaira ses traits et Odd, Ulrich et Yumi le reconnurent :

- Thomas !

Le vieil homme toussa.

- Dégagez les jeunes ! Ne vous en faites pas pour moi, ça ira, la tuerie c'est plus de mon âge mais je m'en remettrais...

Yumi s'accroupit aux côtés de son ami et murmura:

- Thomas...

- Je vous ai dit de partir ! Allez, dépêchez vous, le garde à qui j'ai substitué la place ne tardera pas à revenir à lui sans compter les soldats qui vont rappliqués dans un instant, partez !

Ulrich et Odd hochèrent la tête, murmurèrent un dernier remerciement avant d'entraîner de force Jérémie qui contemplait stupidemment les cadavres des gardes.

Yumi regarda une dernière fois Thomas avant de prendre la fuite en courant, rattrapant ses amis, mais le vieil homme entendit tout de même la dernière parole de la japonaise :

- Merci...

 

Chapitre 13

 

Sur Lyoko, Aelita cherchait toujours la Tour, pour l'instant, l'humanoïde était dans le Territoire Banquise

Cela faisait plus de deux jours qu'elle errait sur Lyoko, en vain.

Elle pesta une fois de plus sur son détecteur qui ne faisait que biper encore et encore.

Soudain, l'engin sonna longuement avant de reprendre ses bips habituels.

Aelita se tourna dans tout les sens, elle fit quelques pas et s'immobilisa.

Enfin, la Tour activée était devant elle !

Cachée derrière une cascade qui cachait totalement le halo rouge de la Tour.

Aelita couru vers elle mais s'arrêta a mi-chemin, deux Krabes montaient la garde. Bien sûr, s'aurait été trop beau pour être vrai...

Elle se cacha derrière un rocher et se fit un court résumé de la situation :

Elle n'avait plus que trente ou quarante point de vie et risquait d'être dévirtualisée.

Aelita prit une profonde inspiration et recréa son arme: c'était une arme plutôt bizarre, elle était a mi-chemin entre l'éventail de Yumi et le sabre de Ulrich.

Sans perdre un instant, elle sortit de sa cachette et tira sur le Krabe le plus proche. Le monstre vacilla sur ses longues pattes mais Aelita ne lui avait infligé que trente points de dégâts. Elle sauta sur le Krabe et cette fois-ci, elle pu viser et tirer aisément.

Mais quand elle fut par terre, l'humanoïde reçut un tir dans le dos. Furieuse, Aelita fit volte-face.

Elle fit un saut de trois mètre de haut et tira sur le Krabe, celui-ci fut touché en plein centre de l'oeil de XANA.

La voie était libre, vite, Aelita se précipita à l'intérieur de la Tour.

 

Yumi, Odd, Jérémie et Ulrich étaient presque sortit du bâtiment, lorsque Odd fit un faux pas et tomba par terre.

Quand il essaya de se relever, il retomba aussitôt.

- Mince, j'ai du me fouler la cheville... Maugréa t-il.

Ulrich vient l'aider et le soutint jusqu'a la porte.

 

Aelita se fit transporter au niveau supérieur apposa sa main et

AELITA

 

CODE ?

 

L.Y.O.K.O

 

Ça y est, ils étaient sortit de cet enfer. Les quatre enfants regardèrent autour d'eux en souriant. Regardant avec bonheur le ciel noir d'encre.

Et Jérémie murmura les quatre mots rituels :

- Retour Vers le Passé...

Le globe blanc envahit la surface de la Terre et ils se retrouvèrent quatre jours plus tôt.

Ulrich et Odd étaient dans leur chambre, tout deux songeaient à ce qui avait été accomplis.

Soudain, le portable de Ulrich sonna, c'était Yumi :

-Alors, comment il va ? Demanda t-elle.

- Ben, on ne sait pas, répondit Ulrich, il reste cloîtré dans sa chambre...

- Bon, ok, demain, je viens au bahut, on ira le voir, mais avant, on passera par... enfin, tu vois...

- Aucun problème, rendez vous à 14h30 devant.

Ce fut tout, Ulrich raccrocha et expliqua la situation à Odd.

Jérémie n'avait toujours pas bougé, Odd, qui l'espionnait par le trou de la serrure, rapporta à Ulrich que la lumière était éteinte et que pas un mouvement venait troubler le silence de la chambre.

Jérémie était allongé sur son lit, il était dans cette position depuis que le Retour Vers le Passé avait eu lieu.

Inexorablement, les mêmes images revenaient le hanter: Les supplices que Yutchi lui avait fait endurer, les menaces de morts, les menaces tout courts, les mauvais traitements... C'était insupportable.

Le lendemain, Yumi arriva au point de rendez vous, Ulrich et Odd venaient d'arriver.

- Bon, comment on fait ? demanda Odd.

- Ne vous inquiétez pas les gars, je vais le faire... Répondis Yumi.

Une heure plus tard, nos trois amis frappaient à la porte de Jérémie, n'entendant aucune réponse, ils entrèrent.

Jérémie était couché sur son lit et ne fit aucun mouvement quand ses amis entrèrent.

Il ne parut remarqué leur présence que lorsque ceux-ci s'assirent au bord du lit, que Jérémie les regarda.

- Merci... murmura-t-il enfin.

Pour la première fois depuis des siècles il leur sembla, Jérémie leur adressa un vrai sourire de reconnaissance.

Et ils ne l'avaient pas volé !

Mais malgré tout, on voyait bien qu'il restait encore fort tourmenté.

Yumi frissonna, elle était sûre de ne jamais oublier la lueur peur dans les yeux de son ami.

Aussi, elle essaya de lui changer les idées :

Elle se tourna vers la porte et appella :

- Viens.

La porte s'ouvrit.

- Aelita ! S'exclama Jérémie.

Aelita se tenait dans l'embrasure de la porte. Plus jolie et angélique que jamais, ses courts cheveux roses encadrant son visage d'une aura de mèche folles, ses yeux verts émeraude brillant d'une folle angoisse contenue et d'une joie irrépressible de les voir tous les quatre en vie.

Elle resta immobile quelques secondes avant de se précipiter dans les bras de son ami, et l'étreindre. Elle enfoui sa tête dans le creux de son épaule.

- Jérémie... j'ai... j'ai eu si peur de ne jamais te revoir...

- Moi aussi Aelita...

Les trois autres les observèrent avec une tendresse amusée.

- Bon, allez, venez me montrer cet exercice d'algèbre que vous ne comprenez pas. Dit brusquement Yumi en entraînant Ulrich et Odd avec elle.

- Hein mais on a pas d'exercices d'algèbre nous ! Répliqua Odd.

Ulrich lui fit les gros yeux et Odd tilta.

- Ah bah oui, ce fichu exercice... je l'avais complètement oublié... allez, à plus les...

Mais Yumi l'entraîna dans sa chambre et la fin de sa phrase fut couverte.

Aelita et Jérémie restèrent silencieux un instant, puis, Aelita murmura:

- J'ai eu tellement peur de ne plus vous revoir... XANA a essayé de m'éliminer.

- Je sais, il nous l'a dit.

- Vous avez vu XANA ? Sur Terre ?

- Eh bien oui, il a réussi a se matérialiser... enfin à prendre possession d'un corps.

Un moment de silence, puis:

- Dis Jérémie, comment ça s'appelle ce qu'on ressent l'un pour l'autre ?

Jérémie lui pris la main et la regarda tendrement, se noyant encore une fois dans ses yeux d'un vert intense. Il sourit.

- Ça s'appelle... l'amour... Aelita.

   FIN    

 
 

Commentaires
 
Note :
13
Commentaire de fieschi - Posté le 21-07-2011 à 18:21

c bien mais c bizarre et trop long

Note :
20
Commentaire de Cyberlyokofan - Posté le 30-05-2010 à 11:03

une suite!!!!!!stp!!!!(bounce) :-P :-P (love) (love) (love)

Note :
20
Commentaire de Aelita9 - Posté le 24-04-2010 à 15:12

UNE SUITE ! UNE SUITE ! OUAIS !!!!!! JE VEUX ABSOLUMENT UNE SUITE ! stp (spin)

Note :
19
Commentaire de Aelita9 - Posté le 24-04-2010 à 15:11

C'est parfait ! Ça fait peur des fois ! C'est drôle ! Et la chanson que Odd a crée c'est le refrain du générique de Code Lyoko !!! 19/20 pour les fautes d'orthographe (blabla) (bounce) (cc) (spin) ;) (mad) (hihi) :-) (6) ;-)

Note :
20
Commentaire de alieta1441 - Posté le 13-04-2010 à 20:17

C'est suuuuuuuuuuuper!j'ai aimé mais serieux ca fait un peu peur!!

[ Voir tous les commentaires / Ajouter un commentaire ]