Valid XHTML 1.0 Transitional
ipv6 ready

Les review des tomes par les fans
Accès rapide
 

Image
[Tome 1]
Le Château Souterrain
Image
[Tome 2]
La Ville Sans Nom
Image
[Tome 3]
Le Retour du Phoenix
Image
[Tome 4]
L'Armée du Néant

Image
[FanTraduction]
Image
[Backstory]
Image
[Galerie]
 

 
 
ImageDécouvre ici les meilleures review et critiques de fans à propos des Chronicles. Tu peux aussi rejoindre les autres fans et en débattre sur le forum !

Qui sait ? Ton avis sera peut-être sélectionné pour figurer sur cette page.
 
 

Review du Tome 1 par Nicoluve
 
Hello world.

Malgré mon peu de présence sur le forum, je m'intéresse encore à Code Lyoko. Et à force qu'on n'en entende parler que par bouche-à-oreille, j'ai décidé qu'il était temps de juger sur pièces la curieuse tétralogie italienne de romans Code Lyoko, dont on prétendait qu'elle faisait suite à la série.

J'ai donc commandé sur Amazon les tomes 1 et 2, puisque seuls ceux-là sont traduits en français. Oh, si les 3 et 4 existaient en anglais, je les aurais commandé. Mais aucun n'existe en anglais. Pour la série complète, c'est italien, espagnol, polonais... mais pas français ou anglais.

Je n'ai lu que le 1, j'ai feuilleté le 2. Même lu le dernier chapitre, vous le verrez. J'ai mis le 1 en circulation dans le club des lyokofans franciliens. J'attends d'avoir lu le 2 pour le faire, mais je n'arrive pas à me presser.

Allons-y pour la review.

Le roman a plusieurs niveaux de flash-back. Il est écrit par un Jérémy adulte. On sait donc que lui au moins survivra, mais le ton du prologue ne permet pas de dire s'il y aura un happy end. Le niveau de flash-back suivant, c'est que l'histoire principale commence après la défaite de XANA. Mais on nous raconte ensuite ce qui va de la découverte de Lyoko à la défaite de XANA.

Ce qui nous amène aux différences avec la série. C'est tout simplement qu'ils ont compacté en quelques chapitres de romans les 4 saisons. Ce qui permet de compter sur les doigts d'une seule main les voyages sur Lyoko. Impossible de prétendre que les épisodes se passent entre les passages, c'est trop différent : la moto est créée au moment du combat contre le Kolosse. Autre regret sur les différences : Jérémy et Ulrich sont des connards. Jérémy parce qu'il voulait utiliser Ulrich comme cobaye pour le transfert (Ulrich pardonne très vite !). Ulrich parce qu'il empêche Yumi de parler à William, par paranoïa à cause de sa récente possession (dans la série, ils sont plus habitués à traiter gentiment les anciens possédés).

C'est assez dommage : on sent derrière tout ça une volonté de rendre les romans autonomes. Mais pourquoi ? Honnêtement, vous pensez que quelqu'un peut les acheter en-dehors des fans de la série ? Franchement, il aurait mieux valu que la série reste la défaite de XANA applicable dans ces romans.

Parlons maintenant de ce qui arrive après la défaite de XANA. Ne nous faisons pas d'illusion, il n'y aura là-dessus aucun rapport entre ces romans et Code Lyoko Evilution.

Les idées de départ sont bien : d'abord, on se plonge enfin dans la menace qui a amené Frantz Hopper à créer tout ça. Et il a laissé quelques goodies utiles à Aelita. L'histoire de la création de l'usine est assez bien racontée. Mais une bêtise tout de même : que Jérémy obtienne les renseignements par une méthode dont les autres avaient remarqué qu'il n'y avait aucune chance que ça marche (et c'était très coûteux à tenter !).

L'autre intrigue, c'est XANA qui se cherche un corps d'emprunt pour attaquer les héros. Son incapacité à apprendre dans l'ordre les choses indispensables pour se comporter en humain est assez comique. Oh, et puis dans l'ensemble, j'avais trouvé sa stratégie un peu conne, mais j'ai oublié pourquoi. C'est une IA inhumaine, bien sûr. Mais on aurait pu éviter de s'étendre sur les personnes que XANA a testé pour possession, puis jugées inutilisables.

Dernier mauvais point : comment les héros obtiennent de l'argent. L'auteur fournit une explication, too little, too late. D'abord, l'argent que Jérémy détourne à ce moment-là n'est rien par rapport à ce dont ils auraient besoin pour faire vivre Aelita. Ensuite, le vol est trop visible. Plus l'aspect moral, et le fait qu'ils se font arrêter sans conséquences sur le dénouement, ce qui amène des chapitres inutiles.

Au fait, si quelqu'un cherche une explication pour le train de vie d'Aelita : il y a des dizaines d'activités de prestations informatiques que Jérémy peut avoir réalisé par correspondance sur internet, et cela pourrait suffire même en admettant qu'il ne l'a fait qu'avant la découverte de XANA (la seule chose obligeant à le cacher serait qu'il doit se faire passer pour majeur).

Les relations entre personnages sont un peu développées, mais c'est simplement une dispute de couple (ou non-couple...) entre Ulrich et Yumi. Pour Aelita, elle est encore à sauver. Sissi absente, dommage pour le fan de Sissi/Odd qui écrit.

Bilan final ? Ces romans ne sont pas formidables, et certainement pas assez bons pour avoir du succès s'ils n'avaient pas la série derrière. Mais ils en sont un complément intéressant, et il y a un bel effort pour répondre aux questions laissées en suspens. Est-ce que je vous en recommande l'achat ? Certainement pas. Non pas qu'ils soient mauvais au point de vous dire d'en rester éloignés, mais le fait que la fin est non-traduite et ne le sera probablement jamais est un motif de carton rouge.

Le 2e roman se termine alors que XANA a accompli les premières phases de son plan pour éliminer le groupe. Ce n'est même pas une fin au sens d'un épisode quelconque de la saison 1, ni même de la saison 2.

Finissons sur une note humoristique. On a une photo de la seule souris qui fonctionne avec le supercalculateur. Une souris impossible à reconnaître, à moins d'avoir été fan d'Apple à l'époque où les ordis Apple étaient une minorité ridicule. Et comme j'en suis, voici la Apple Destop Bus Mouse :

Image

Bien entendu, j'imagine que l'autocollant XANA qui recouvre le logo Apple signifie qu'elle a été modifiée de l'intérieur aussi Smiley (mais le connecteur reste le même).
 

Review du Tome 2 par Nicoluve
 
Je vous avais déjà reviewé en grande longueur le tome 1 de CLC : qu'y trouvait-on ? De l'amnésie d'Aelita, du XANA qui devient une vague de fumée dans le monde réel, et des flash-back qui constituent un condensé des saisons 1 à 4 (une histoire inspirée de, mais en plus court).

J'avais à l'époque mis un carton rouge à la série simplement parce que la fin ne serait jamais disponible en Français. Maintenant que les projets de fantrads existent, il y a une bonne raison de lire le tome 2.

Alors, que trouve-t-on dans le tome 2 ?

Eh bien, pas de Lyoko. Non, vraiment. 3 pages sur des répliques, mais le combat est impossible. C'est un peu troublant. Ils auraient dû simplement mettre "Code" comme titre. Euh, mauvaise idée.

Un flash-back qui montre XANA en gentille IA amie d'Aelita. Cela dure 3 pages, et c'est dommage, ça méritait d'être développé.

Une Sissi enfin de retour. Avec des scènes pour aguicher les shippers Odd/Sissi. Si, si ! (jeu de mots venu accidentellement, mais que je garde quand même). Je ne trouve pas que la narration affirmant qu'elle est la fille la plus haïe du collège colle complètement avec la série, mais bon. L'idée est la même que dans la série : une garce qui peut être utile si on lui demande de l'aide gentiment.

Ensuite, une XANette qui drague Odd. Comme l'action se focalise ailleurs, cette intrigue-là prend son temps.

Un Jeremy aux petits soins pour Aelita... non mais là c'est quand même un peu exagéré. Elle fait un cauchemar et l'appelle sur son téléphone à 5h du mat. Il vient en prenant des chocolats chauds à la machine en passant.

Une Aelita somnambule (pourquoi pas ?) capable d'aller de sa chambre à Kadic à L'Hermitage dans son sommeil. C'est angoissant à je ne sais pas combien de points de vue.

Une intrigue Ulrich/Yumi qui... mais oui, qui avance ! Apparemment, la pseudo (non)-rupture de la saison 3 est canon dans ces livres, mais ils ont compris le gâchis que c'était. Ulrich prend son courage à deux mains et bafouille. La réponse de Yumi est paradoxale, mais je crois qu'elle signifie "on a la vie devant nous, alors attend qu'on soit hors de danger. Et, oui, j'ai très bien compris ce que tu essaies de dire sans y arriver."

Un ancien camarade de classe d'Aelita. Pourquoi ? Bah, parce que ça enrichit un peu les choses. Mais ça les complique un peu trop. La bande des 5 reste les persos principaux de ce livre (tiens, on voit pas William, au fait ; moi il me manque pas), mais dans tous les autres persos, 4 ou 5 persos absents de la série sont plus importants que Jim, Sissi et M. Delmas. Pour moi, il y a bien trop de personnages nouveaux. Ah, et Jeremy est jaloux parce qu'ils étaient proches à l'époque. Mais bon, maintenant ils ont trop d'âge d'écart.

Mais ce qu'on trouve surtout, ce sont des agents secrets. L'auteur est un fan de séries d'espionnage conspirationnistes (eh, oubliez pas qu'avant PRISM, on avait eu le scandale Echelon). Jeremy pirate l'intranet de l'école pour accéder au dossier de Frantz Hopper... ce nom déclenche une alerte au QG des hommes en noir !

J'avais déjà lu des exagérations de ce genre dans le roman Phænomen : là-dedans, la NSA peut traquer par satellite un emballage de Mars avec une puce RFID.

Qui sont les hommes en noir ? Clairement, des agents US. Je pourrais même dire la CIA pour faire simple. Mais bon, leur chef est à Washington, le siège de la CIA est à Langley.

Les MIB ont des méthodes vraiment connes : une réplique de Lyoko (les persos eux-mêmes le disent "c'est un prototype, alors on l'appellera une réplique" OK...) se trouve dans un immeuble qu'ils ont acheté à Bruxelles, et ont des équipes avec hélicoptères pour veiller dessus. Ce qui, comme Jérémy le souligne, implique que la police a pour ordre de les laisser faire. Donc la police Belge est ravie de laisser les MIB avoir une base ostensiblement défendue dans la ville de la Commission Européenne... Stupide, mais juste assez pour la vraie CIA, en fait.

Et il y a des espions concurrents ! Qui ça ? Le Green Phoenix. Apparemment, une organisation de type SPECTRE (une mafia avec des moyens comparables aux services secrets), qui avait aidé à organiser le projet Carthage. Mais aujourd'hui, ils ne sont plus amis avec les MIB.

Bon, tant pis pour le spoiler, mais c'est le Green Phoenix qui a enlevé la mère d'Aelita. Moyennement compatible avec la série, mais ça on a l'habitude. Mais franchement la guerre entre méchants espions de deux factions différentes, ça fait perdre du temps au point de faire de XANA un figurant.

Oh, en plus, Mme Hertz est une déserteuse des MIB. Vous vous souvenez quand j'avais écrit ceci ?

"C'est bon, CL se déroule dans un monde où n'importe quel premier de la classe avec un peu de temps libre peut programmer un virus pour un ordinateur quantique. C'est comme ça, ça veut pas dire qu'il est le cousin adoptif caché par clonage d'un des conspirateurs secrets qui ont fait les plans du supercalculateur chez les MIB."


Eh bien j'avais tort, tout simplement. Dans CLC, attendez-vous à des "Luke, je suis le kiné de ton père" pour tous les persos qui pour l'instant semblaient se trouver là par hasard.

On peut même se demander, vu qu'elle a choisit de confier le dossier Waldo Schaeffer à M. Delmas (oui oui, comme prof à Kadic il s'appelait Frantz Hopper, mais M. Delmas a un gros dossier "Waldo Schaeffer" dans son bureau) si M. Delmas n'est pas lui aussi plus qu'un proviseur !

D'ailleurs, le roman confirme que Kadic n'est pas un collège ordinaire, mais plutôt pour riches et surdoués.

Récapitulons les factions identifiées :
* Lyokoguerriers
** Ancien camarade d'Aelita
** Famille Hopper
* XANA
* MIB
* Green Phoenix
** Tueur avec les chiens
* M. Delmas
** Déserteuse MIB

Comment ça compliqué ? C'est une histoire d'espionnage parfaitement normale. Pour quelqu'un qui suit un peu les combats ENTRE rebelles syriens, c'est parfaitement clair et ça n'a rien d'extravagant ! Par contre, on peut se demander si une telle complexité dans les conflits entre humains sur Terre est une bonne chose dans une série dont l'intérêt à la bas était de montrer des combats entre des enfants et un logiciel dans un super jeu vidéo. À la limite, c'est une bonne histoire, mais ce n'est plus du Code Lyoko !

Bon, après ce détail des différentes intrigues, la critique est assez acide. Finissons rapidement les points négatifs :

Une écriture qui ressemble parfois à de la fanfic. Sérieux, un "?!..." dans la narration ? D'une part je ne suis même pas sûr que les ponctuations multiples soient grammaticalement correctes. Mais on pourrait quand même les laisser aux bulles de dialogues dans les BD.

La traduction laisse parfois à désirer. Sérieux, traducteur : une fille promise, c'est une fille destinée à épouser un garçon donné. Une espionne qui a déjà réussi des missions à 20 ans est une fille prometteuse.

Petite bizarrerie, la narration indique précisément que la plupart des collégiens tutoient Jim. Euh, jamais vu ça dans la série. Je me demande si c'était le cas dans le doublage italien, ce qui expliquerait que Jim était tutoyé dans la VO du roman.

Odd, c'est quoi ces phrases complètement inappropriées ? "Oh c'est rien c'est juste que Sissi... Ulrich... Hé mais vous en avez des têtes fatiguées ! Vous avez fait la fête ou quoi ?"
Contexte : Aelita a demandé à Jeremy de venir la voir en fin de nuit pour un cauchemar.

Plus loin, Odd propose à Eva de passer la nuit dans sa chambre à Kadic (Ulrich est à Bruxelles). Encore heureux qu'elle refuse par peur de Jim.

Bon, alors, à jeter ce livre ? Oh non, loin de là.

Bien sûr, cette façon de jeter plein de pistes d'histoires, sans les résoudre, est un peu frustrante en s'arrêtant à ce tome-là... mais bon, je fais confiance aux fantrads pour m'apporter les tomes 3 et 4 (mais l'histoire se complique tellement qu'on le croirait parti pour 20 tomes et non 4 !).

Mais l'auteur a fait un bel effort pour apporter exactement ce qu'on attendait, fans frustrés des arcs inachevés de la série : une histoire d'amour qui progresse entre Ulrich et Yumi, et peut-être même entre Odd et Sissi. Une explication cohérente au lien entre création de Lyoko et enlèvement de la mère d'Aelita. Explication de l'existence des Replikas, même. Des MIB qui jouent un rôle cohérent au lieu d'apparaître si brusquement qu'ils ressemblent à une parodie de la théorie du complot.

D'accord, ce n'est pas cohérent comme suite de la série, mais l'inspiration libre est revendiquée. C'est en quelque sorte un reboot qui conserve le charme de nos héros. À l'opposé de Code Lyoko Evolution, qui est une suite à quelques incohérences mineures près, mais fait n'importe quoi avec les personnalités de nos héros. Et après avoir abusé de CLE, ça fait plaisir de lire une bonne fanfic avec un univers alternatif, mais des personnages in-character.

Peu d'action sur Lyoko (en fait juste sur des répliques) ? C'est vrai, mais un texte Code Lyoko se passant dans le monde réel est quand même intéressant. L'intérêt de Lyoko est visuel, donc je me plaindrais d'un épisode sans virtualisation, pas d'un livre.

Terminons encore une fois sur une étude des images centrales : voici une couche de la valise du méchant :

Image

L'Applemania se confirme, ce sont des écouteurs d'iPod/iPhone ! (avec micro ou télécommande, j'arrive pas à dire)

De plus, le méchant, pour montrer son agressivité, possède cette horreur :
Image

Une recherche sur Wikipédia confirme que oui, c'est vraiment un proto non-entré en prod. Mais l'armée US étant ce qu'elle est, avant de le refuser, ils n'en ont pas produit 1, mais 200. Disons que la combinaison avec ce viseur infrarouge est unique, alors.

tvtropes confirme que c'est un modèle très souvent utilisé dans la fiction malgré sa rareté dans le monde réel : http://tvtropes.org/pmwiki/pmwiki.php/Main/RareGuns

Désolé de vous décevoir, mais contrairement à la souris Apple du supercalculateur dans le tome 1, mon père n'en a pas un à la cave.

Est-ce qu'il sert à autre chose qu'à compenser, pour le méchant ? Absolument pas, c'est une très mauvaise arme pour le combat en ville ; son pistolet lui sera plus utile. Et même, il existe des fusils spécialement adaptés au combat en ville. Mais des modèles israéliens, pas américains. Mais franchement le XM8 n'a aucun intérêt dans ce contexte. Pourquoi s'emmerder à voler un proto de l'armée US alors qu'il n'était même pas assez bon pour justifier sa prod en série ?

Sinon, bonne nouvelle : si Aelita a besoin de se défendre contre le méchant, il existe un modèle customisé pour les filles qui aiment le rose !

Image

Plus sérieusement, la référence au XM8, comme celle à la rue Camille Lemonnier à Bruxelles, est une pratique de l'auteur que j'aime bien : parfois, au milieu de détails complètement extravagants (les gants du méchants qui ont des pouvoirs de SF, l'immeuble de Bruxelles qui appartient ostensiblement aux services secrets US), il glisse une référence à un détail du monde réel très rigoureusement documenté.
 

Review du Tome 3 par Nicoluve
 
Comme je l'avais précédemment expliqué, j'avais jugé la tétralogie Code Lyoko Chronicles comme à ne pas lire tant que la traduction était incomplète. Et comme codelyoko.fr a justement fait une fantrad, j'ai repris la lecture du tome 2, puis lu leur fantrad du 3.


Que vaut la traduction ? Eh bien, pour un livre officiel, j'aurais été un peu déçu : la typographie a ses défauts (j'ai appris les règles de typo avec les typonazis de Wikipédia), l'orthographe pas parfaite, les répétitions de mots se produisent... Mais la qualité est tout de même très supérieure à une fanfic. Un peu inégal cependant, les premiers chapitres sont meilleurs.

Mais au moins, avec les traductions de fans, on évite les contresens de type "le traducteur connaît pas assez l'univers". Je me souviens d'Everworld, où un héros se souvient s'être battu contre les Grecs dans un précédent tome... alors qu'ici "se battre avec" signifiait "avec comme allié". Et récemment, j'ai lu le tome 3 de Bionicle Legends en français, et le gentil dit à son ex-ami "tu sais que j'ai raison", la traduction exacte de la VO étant "tu sais que je ne peux pas être trompé". Or, la VO signifiait "je te rappelle qu'un de mes super-pouvoirs est de sentir les mensonges".

Bref, pas de ces horreurs ici. L'univers est maîtrisé, donc pas de contresens sur les virtualisations, par exemple.

Une curiosité, à une page le mot "capo" est laissé tel quel pour dire "chef". Difficilement imputable à cl.fr : ils sont partis de la version en espagnol, et là c'est un mot en italien qui traîne. Or ce mot veut dire "chef" en italien, "chef mafieux" dans le reste du monde. Erreur ou pas ?

Sur les pages hors texte brut, le travail est impressionnant : toutes les pages d'images sont traduites en conservant le dessin, sommaire avec liens... absolument parfait.

Les images centrales sont parfaitement scannées et traduites en français (c'est pas le cas du tome 4, pour lequel ils n'ont pas reçu de scan non gâché par la pliure). Plutôt une illustration du roman que des informations complémentaires, cette fois. Et on retrouve encore le matériel Apple qui ne dit pas son nom, comme dans Code Lyoko Evolution !

Parlons maintenant du contenu du livre. Question métaphysique : quelle est la couleur des cheveux d'Aelita ?
Encore mal vues il y a quelques années, les filles à cheveux roses commencent à arriver dans les BD françaises. Miliki, Ernest & Rebecca... Bien sûr, Aelita est dessinée avec les cheveux roses. Mais sont-ils vraiment roses ? En général dans les animes, on admet que les cheveux violets peuvent être noirs dans la vraie vie, parce que le trait de base étant noir, les reflets seraient mal représentés sinon. Mais le rose ?

Quand Jérémie voyait Talia, il admettait que la matérialisation avait fait passer les cheveux d'Aelita au roux. Mais Talia n'est pas Aelita, et n'a même aucun rapport (perso j'avais écrit une fanfic dans laquelle je faisais de Talia le modèle dont Aelita était une copie virtuelle — d'autres en font une sœur cachée ou une cousine). Aelita, elle, a les cheveux roses dans la vraie vie.

Dans Code Lyoko Évolution, ils sont roses, mais on voit furtivement que M. Delmas tolère d'autres couleurs non-naturelles (il y a une fille à mèches bleues).

Eh bien, dans les romans, ils sont roses sur Lyoko, roux dans le monde réel ! Oui, c'est plus vraisemblable comme ça... Mais c'est plus l'Aelita que j'aime ! Remarquez, c'est une simple description de roman, c'est pas grave. Bon, ajoutons que la couverture du roman fait le contraire... et que l'équipe de traduction a décidé que finalement ils modifieraient ce détail... et on est définitivement paumés.

Mais rendre roses les cheveux a un inconvénient : personnellement à la 2ème apparition de la rousse Memory, j'ai deviné sa véritable identité. On devinerait son identité avant qu'elle ouvre la bouche si elle avait les cheveux roses !

Pour l'histoire racontée : dans la lignée du tome précédent, c'est avant tout une histoire d'espionnage justifiant la construction de Lyoko. La backstory est enfin fermement encrée dans l'histoire. Le roman se passe en 2004, la désactivation du supercalculateur date de 1994, et la raison est "plus nécessaire à cause de la fin de la Guerre Froide, et assez d'argent dépensé pour un échec". Là, ça colle parfaitement. Et j'aime bien le fait d'avoir enfin mis une date précise.

Par contre, les travers que je critiquais dans le 2 sont encore accentués. L'aspect "tout était lié" devient ridicule. À la génération des parents des héros :
* ils travaillaient tous pour Frantz Hopper
* le père d'Ulrich était leur bailleur de fonds (riche à ce point ? Sérieux ? Bon, au moins ça explique qu'Ulrich puisse financer le train de vie d'Aelita juste avec son argent de poche), mais les a trahi pour le Green Phoenix avant d'être encore retourné par les hommes en noir.

Bon. Après ça je serais même pas surpris si dans le 4 on apprenait que Jérémie est issu d'une expérience génétique pour produire un garçon d'une intelligence supérieure.

Mais malgré tout ça, ils ne savaient pas que leurs enfants combattaient sur Lyoko. Donc, Lyoko a été exploré par tous les enfants des créateurs du projet... mais PAR HASARD ! Ils les avaient envoyé dans le même collège, mais n'avaient même pas comploté pour qu'ils deviennent amis.

Je sais que tous les épisodes ne sont pas canons dans ces romans, mais le papa d'Ulrich en mode "pardonne-moi mon fils, j'ai été un méchant", je trouve que ça colle pas vraiment avec le père exigeant que nous connaissons.

L'auteur confirme sa passion des armes américaines en faisant venir, cette fois, un C-17 Globemaster, carrément. L'avion de transport de l'US Army, le Green Phoenix en a un. Bon, passe encore (et très bien ciblé par rapport à la date à laquelle se déroule l'histoire).

Image

Je commence à penser qu'en dehors de son contrat pour écrire anonymement les 4 romans, l'auteur est un romancier de thrillers. Si vous trouvez étrange que l'auteur soit fan d'armes américaines alors qu'on pensait qu'il était Italien : il n'existe pas de fans de matériel militaire italien où que ce soit dans le monde.

Ce qui m'a choqué, c'est que les hommes en noir se comportent comme les enfants : on n'appelle pas la police, on a trop peur de leur réaction s'ils découvrent tout. Bon, alors, un terroriste pose son C-17 personnel sur un aéroport et fait débarquer son armée de mercenaires en France. Il a corrompu les gens qu'il faut pour qu'on ferme les yeux. Dites, sérieux ? En Afrique dans les années 80, je veux bien, mais en France en 2004 ? La France est un des plus puissants pays de l'OTAN ! Ça veut dire que les forces antiterroriste, voire l'armée de l'air (qui fonctionne 24/7, c'est pas la Suisse), peuvent intervenir en quelques heures sur un coup de fil des services secrets américains, ce que sont les hommes en noir (même si en 2004 les relations France-USA étaient exécrables par rapport à aujourd'hui). Et même l'armée ukrainienne peut écraser les troupes que le Green Phoenix a amenées pour occuper l'usine ! (j'estime les troupes des méchants en me basant sur le fait qu'elles ont été transportées en un seul vol de C-17, jeeps comprises).

Les arguments contre une intervention militaire sont ridicules : Dido (cheffe des hommes en noir) dit qu'elle en a peur parce que la région parisienne est très habitée. Mais avec les mercenaires retranchés dans une usine abandonnée sur une île, c'est une véritable mission de rêve pour une armée moderne ! Dans le tome 4, ils regretteront de ne pas avoir bombardé l'usine à ce moment-là.

Et finalement, les enfants sont beaucoup plus en danger quand Odd fait de ses camarades de classe un bataillon pour combattre les robots de XANA.

C'est vraiment dommage : cet épisode, au fond, renoue parfaitement avec l'esprit de Code Lyoko : des enfants qui ont des superpouvoirs dans le monde virtuel, mais doivent aussi sauver le monde en se battant avec les moyens du bord dans le monde réel. Et je suis toujours preneur d'un scénario qui force tous les élèves de Kadic à venir aider les héros. Mais il y a deux problèmes : d'une part, la solution évidente - appeller les autorités au secours - est rejetée pour des raisons ridicules, alors que des adultes qui devraient être responsables (parce qu'en pratique même les officiers des services secrets ont un QI inférieur au Jim de la série) participent à la décision. D'autre part, l'ennemi, lui, n'est plus du tout dans l'esprit de Code Lyoko. La narration appelle un chat un chat : Green Phoenix est un goupe de terroristes.

Hanibal Mago (oui c'est un pseudo, encore heureux), le chef de Green Phoenix, est encore plus caricatural qu'un méchant de James Bond. Il parie 1 million avec des mafieux russes et chinois de l'issue d'une course de chevaux, puis flingue carrément les chevaux sur lesquels il n'a pas pariés ! Euh... même pour un super-chef du crime, je doute qu'on puisse survivre longtemps en faisant des choses pareilles.

Ma dernière plainte dans tout le domaine de l'espionnage, c'est l'effaceur de mémoire. Ce truc est carrément trop puissant. C'est un outil qui a beaucoup trop d'usages pour faire basculer l'histoire d'un coup. Et d'ailleurs, les hommes en noir auraient parfaitement pu dire au gouvernement US "le projet Carthage d'espionnage des communications a foiré, mais regardez ce qu'on a mis au point en passant ! un aspirateur/effaceur de mémoire !".

Bon, alors, passons aux bonnes idées de l'auteur. On n'a jamais su si le côté "ridicule" de Jérémie sur Lyoko concernait son apparence ou ses combats face aux monstres. On a ici la réponse : il a l'apparence de M. Puck Smiley Quoique il n'est pas nommé ainsi, et donc on ne sait pas si cette poupée existe dans le canon des livres. Mais c'est une bonne idée de recycler ainsi ce petit elfe. Et puis ça fait de lui l'amour parfait d'Aelita !
William n'apparaît pas réellement dans ce roman. Par contre, XANA a gardé de la possession la possibilité de prendre son apparence.

L'utilisation des différents mondes pour échanger des données est pas mal. Malheureusement tout n'est que construction de ponts virtuels. Et pour moi, l'esprit de Code Lyoko, c'est aussi que les combats dans le monde virtuel doivent absolument être gagnés, toutes les courses contre la montre étant liées (gagner le combat sur Lyoko avant 1 seul mort dans le monde réel — chaque monde peut servir à se donner un avantage dans l'autre). XANA résume bien ça quand il dit à Ulrich de rengainer son sabre, qui ne lui servira de toute façon à rien. J'ai peur que ça s'applique à toute la série : arrivé à la fin du 3, j'ai parié intérieurement que le dénouement ne sera pas obtenu parce que les héros auront gagné un combat sur Lyoko. Si dans la saison 4 j'avais l'impression que Jérémie avait gagné d'une manière qui rendait inutile la victoire héroïque d'Ulrich sur le Kolosse, j'ai le présentiment qu'il n'y aura aucun combat héroïque de ce genre.

Je salue en revanche une précision fondamentale : les adultes ne peuvent pas aller sur Lyoko. Euh, et Franky ? Ben, lui c'est spécial. Mais comme il y a perdu son corps, je suis d'accord là-dessus. Bon, l'explication de pourquoi les adultes peuvent pas est tirée par les cheveux, mais les animes de robots géants font bien pire. Mais la conséquence me va : les armes de brutes, aux adultes, Lyoko aux ados ! Je pense qu'interdire complètement Lyoko aux adultes est beaucoup plus cohérent que de prétendre que les soldats s'y font écraser parce que trop disciplinés et pas assez créatifs (je critique une de mes propres fanfics, là). Et puis, en tant que hater de Code Lyoko Evolution, ça me fait plaisir de trouver un grand panneau "pas de ninjas dans ce roman !".

Pour l'intrigue amoureuse, c'est pas mal. On a assez accès aux pensées de Yumi pour savoir qu'à la question "Est-ce qu'Ulrich et toi sortez ensemble ?" ce qu'elle pense sincèrement est : "dès qu'il aura demandé correctement !". Mais comme elle le souligne elle-même, si leur histoire n'avance pas dans ce tome, c'est tout simplement parce qu'ils le passent quasiment sans se rencontrer.

Je ne parlerai pas d'Eva Skinner ici, parce que j'ai suffisament lu le tome 4 pour dire que mes critiques contre elles seront plus cohérente dans la prochaine review.

Autre aspect qui sera controversé, XANA qui s'humanise. Et il le dit ! Il veut devenir humain. C'est très cohérent avec son passé d'ami virtuel d'Aelita révélé dans le tome 2. Bien sûr, cela décevra les partisans d'un XANA non pas méchant mais amoral, qui tue sans méchanceté. Dans sa review de la série, Tchoucky nous disait bien qu'elle appréciait cet aspect dangereux sans être méchant, tel un volcan.

Ici, XANA commence à comprendre les humains, et va même entamer la conversation. La possibilité de l'apprivoiser s'amorce donc. Je dois avouer que j'ai déjà utilisé ce scénario (XANA devenant ami avec les héros) dans mes fanfics, et pourtant ça me dérange de le voir dans un média officiel ! Pas que je les accuse de plagiat, mais je trouve que cette idée est tellement délirante qu'elle devrait rester cantonnée aux fanfics. Et puis mes fanfics utilisaient la série sans être dans l'esprit de la série. Une histoire qui repose sur la possibilité de négocier avec XANA, c'est une entorse majeure.

Car finalement, XANA va tenter de redevenir l'ami d'Aelita, lui faire une demande impossible... puis s'allier avec Green Phoenix qui lui promet de réaliser cette demande alors qu'il n'a même pas tenter de la comprendre. Comme disait Odd dans "Chaînon manquant", ça au moins c'est une connerie complètement humaine !

Je me demande qui est le plus stupide, en fait : cette stupidité artificielle de XANA, qui décide que puisque les gentils lui disent qu'ils peuvent pas lui donner ce qu'il veut, trouve logique de proposer au méchant de faire le mal ensemble ; ou Hannibal Mago qui fait une promesse irréalisable à une IA sur laquelle il compte pour mettre des pays à genoux.

Vous avez remarqué que j'ai parlé d'alliance. Eh oui, maintenant les camps sont bien définis. Il y a même un chapitre qui s'appelle "la Grande alliance". Donc nous avons d'un côté le Green Phoenix, et de l'autre... ben en gros tout le monde : les enfants, tous les adultes qu'ils connaissent (staff de Kadic, parents) et même les Hommes en Noir ! XANA reste l'électron libre de s'associer à un camp ou l'autre, mais il n'a aucune envie de transformer à nouveau le tout en mêlée à trois.

Donc, plus qu'un règlement de compte entre deux camps. Eh bien ce n'est pas dommage, et ça signifie clairement que la fin est en vue. Je m'étais plaint que le tome 2 semblait trop compliquer les choses et ajouter trop d'éléments pour finir en seulement 4 tomes. Mais là, on sent que l'auteur a vraiment l'intention de finir son histoire. Il a signé un contrat pour écrire 4 livres, alors il a bien l'intention de résoudre en 4 livres toutes les intrigues qu'il aura lancées. Ce qui nous change des scénarios de CLE pour lesquels, s'inspirant de ce que Heroes avait de pire, les scénaristes lançaient autant d'énigmes et d'intrigues qu'ils pouvaient, sans avoir la moindre idée de leur résolution, mais en espérant créer du matériel pour 10 futures saisons (et comme Heroes, ils ont lamentablement échoué quant à garantir leur emploi de cette manière ; multiplier les cliffhangers ne suffit pas à sauver une série qui a de bonnes raisons d'être arrêtée).

Et pour conclure, en prévision de la review du 4 :
Image

"Dis Hannibal, qu'est-ce qu'on va faire dans le tome 4 ?
- Comme dans tous les tomes, Nictapolus. On va conquérir le monde !"
 

Review du Tome 4 par Nicoluve
 
Hello world !

J'ai maintenant fini le tome 4 de Code Lyoko Chronicles. assez longtemps après avoir fini le 3, en fait : c'est l'écriture de ma review-fleuve du 3 qui m'a pris longtemps.

Review à laquelle je vous renverrai pour le détail des points suivants :
* Merci à cl.fr pour les traductions officieuses ;
* Oui, c'est illégal ;
* Mais c'est la faute des ayants-droits si on doit pirater les livres.

À noter qu'on m'a demandé si on pourrait imprimer à partir des PDF de cl.fr. La réponse est que les PDF sont certainement assez bons pour être utilisés sur lulu.com, mais là ce serait de la commercialisation de copies pirates, donc à vraiment éviter.

La qualité du PDF est d'ailleurs légèrement en retrait sur le 3 : comme mentionné dans la review n°3, les pages centrales n'ont pas pu surmonter la présence de dessins sur la pliure. Moins grave, mais un peu énervant : les premières illustrations s'affichent sur deux pages en indiquant à Adobe de prendre en compte la couverture, mais pas les pages centrales.

Pour la qualité de la traduction, ça reste semblable au 3. Comme déjà discuté, les traducteurs ont fini par craquer et teindre Aelita en rose au passage, avec un oubli pour une phrase citant des cheveux couleur feu - même les fans d'Avatar le dernier maître de l'air diront que le feu est rouge ou bleu, mais pas rose.

J'ajoute qu'en réponse à mes commentaires du tome 3 sur le fait qu'avec les traductions de fans, on évite par exemple les contresens sur virtualiser/matérialiser, ils m'ont répondu qu'ils ne se contentent pas de ne pas ajouter de fautes au passage, mais corrigent les fautes présentes !

Que vaut l'histoire elle-même ? Eh bien, quand on commence le 4, c'est forcément qu'on a fini par apprécier l'esprit de cette série. Et si je trouvais les 2 et 3 moyens, je vois plutôt le tome 4 comme assez bien, entrecoupé de pétages de plombs.

Au début du livre, les robots de XANA reviennent. On lit que Nictapolus lui-même les trouve effrayants. Alors que les adolescents arrivaient à les endommager avec des accessoires de sport. Eh bien, heureusement pour ce nul qu'il doit combattre des collégiens et non des unités antiterroristes.

Comme les Hommes en Noir sont un service dont l'existence même est secrète, le Sénat US n'a pas approuvé la nomination de Dido à leur tête. Et ça se voit, parce que ses plans sont stupides. Parachuter des Hommes en Noir sur Kadic assiégé par la Green Phoenix. Oui, le collège est coupé du monde, on envoie des paras, mais pour l'instant la police et l'armée française ne savent rien j'imagine. Donc pas de tentative pour briser le siège.

Ils attaquent donc l'usine, en passant par les égouts, en tenue de plongée puisqu'ils ont été inondés dans le 3 sans que je prenne la peine d'en parler. Euh... Pas pratique pour transporter du matériel d'assaut, hein ?

Et d'ailleurs, ils perdent. Et comme ce sont des terroristes bisounours, ils capturent tout le monde vivant. Mais sérieux, même les Allemands aux JO de Munich - la plus mauvaise opération antiterroriste dans les mémoires, tous les otages morts - avaient prévus assez de policiers pour tuer les terroristes !

À noter que quelques chapitres plus loin, Richard, Mme Hertz et quelques hommes en noir réussissent à défaire leurs liens et participent à la contre-attaque. C'est donc un exemple caricatural de "plus tu as de personnages non nommés à tes côtés, moins tu es efficace au combat".

Bon, je pardonne parce que ce point d'entrée sert à la mise en place d'un dénouement comme on l'attendait : XANA, qui a compris que sa meilleure chance qu'on travaille à le rendre humain est Aelita, décide d'aider les enfants. Comme je l'avais prédit, pas de dénouement grâce à une bataille décisive de grande ampleur sur Lyoko, mais presque aussi bien : un combat entre les méchants et nos lyokoguerriers translatés. Enfin, le mot "translation" n'est pas utilisé, mais ils sont présents dans le monde réel avec tous les pouvoirs de Lyoko. Oh, et puis des créatures virtuelles qui leurs servent de montures. Oui, ça c'est le dénouement que j'attendais !

Enfin, si j'avais écrit, les enfants auraient mené leur propre combat sur Lyoko, perdant que l'armée française aurait écrabouillé les méchants du monde réel. Mais avec ce que l'auteur avait déjà fait voir, j'ai révisé mes attentes.

"Bien entendu", les armes des lyokoguerriers ne peuvent pas tuer sur Terre. Eh, les méchants ont des kalach', mais ça reste une histoire pour enfants !

Pétage de plomb n°1 : aux filles sages les licornes, aux Mary sue inutiles les guitares.
Connaissez-vous le concept de la Sailor Earth de tvtropes ?

En quelques mots : c'est quand l'histoire officielle laisse un trou évident dans l'équipe pour que les fanfiqueurs placent leur propre perso. Dans Code Lyoko, le trou est la petite amie de Odd (vu le conservatisme des auteurs européens d'histoires pour enfants, restons hétéro-centrés), puisque l'équipe (sans William !) comporte deux couples plus lui.

Mais pourquoi Eva ? Odd lui a parlé à peine quelques heures, et elle était possédée par XANA. Puis XANA a renoncé à séduire Odd et l'a possédé aussi. Odd n'a jamais été amoureux de la vraie Eva ! Malgré cela, une fois libéré de l'emprise de XANA, il décide que cette fille, qu'il a connu moins de temps qu'il est sorti avec chaque fille de la classe, est l'amour de sa vie.

Eva, pour sa part, ne fait strictement rien pour convaincre qu'elle vaut mieux que la gosse de riche conformiste qu'elle paraît être au premier abord. Une fois libérée de la possession, au début elle veut pas aider parce que les monstres de XANA font peur. Puis elle décide de participer parce que ses pouvoirs après virtualisation sont cools. Et comme elle est fan de rock, sa créature virtuelle est une guitare. Euh, quoi ? Une licorne (oui, c'est la monture d'Aelita -- une jeune fille pure, personne n'en doute), une manta, une panthère, un renard, une guitare ? Qu'est-ce que c'est que ce "cherchez l'intrus" ?

Note : Phineas et Ferb peuvent avoir une licorne rose ET des guitares électriques impliquées dans la bataille finale contre le méchant. Mais ce sont Phineas et Ferb, ils font du n'importe quoi créatif. Là, on parle d'une suite à Code Lyoko qui développe la backstory en introduisant des terroristes type SPECTRE, pas là pour rigoler.

Image Image
Image
Utilisation d'une licorne et d'une guitare électrique pour la bataille finale : réussi.

Je ne peux donc que haïr Eva. Non seulement c'est une Mary Sue (au sens où tout le monde l'aime sans raison), mais en plus une qui ne sert à rien. L'auteur tient absolument à caser Odd avec à la fin pour avoir un happy end, alors qu'il n'a même pas rendu Eva sympathique, et Odd a tout son temps pour trouver la bonne. Oui, je suis un shipper Sissi/Odd, mais même Heidi Klinger était un personnage plus développé.

Je précise que le happy end, c'est que tout le monde est heureux en couple. Quoique au moment où on nous laisse, Ulrich et Yumi ne se sont rien déclarés ; Yumi s'est juste faite spécialement belle pour envoyer un signal !

Image
Utilisation d'une licorne et d'une guitare électrique pour la bataille finale : raté.
(cette image est encore un cadeau de cl.fr ; dessiné en hommage aux livres, curieusement adapté pour montrer le problème des livres !)

Pétage de plomb n°2 : XANA ne peut rien contre un F-16 qui fait le tour du monde !
Si tout le reste échoue pour stopper l'alliance XANA/terroristes, la chef des hommes en noir a prévu d'ordonner le bombardement de l'usine. Quitte à sacrifier les enfants et ceux de ses hommes qui s'y trouvent. Sérieusement, c'est un choix logique face à un terroriste qui menace de renverser des gouvernements de pays aussi importants que la France. Bien sûr, ç'aurait été mieux de bombarder l'usine alors que les terroristes venaient de s'y installer, mais à ce moment-là :
* les MIB n'avaient pas encore avoué la crise au gouvernement français
* tant que la situation semblait pas trop grave, ils ne voulaient probablement pas abîmer le supercalculateur

Non, mon problème, c'est que pour bombarder l'usine, les MIB font décoller un F-16 de leur base secrète en Islande. HEIN ? Mais maintenant que l'armée française est au courant, pourquoi pas elle ? Ou même les Anglais, ou une base de l'OTAN en Europe de l'Ouest...

Oh, une base secrète des MIB en Islande se justifie : l'Islande EST une base américaine. Avant la WW2, l'Islande était danoise. En 1940, les nazis ont envahi le Danemark, et l'Islande s'est retrouvée indépendante sans l'avoir demandé. Les yankees ont proposé aux islandais d'envoyer une petite armée pour dissuader les participants à la guerre de les envahir. L'Islande n'a pas été embêtée, et après la guerre, ils n'étaient pas pressés de chasser les ricains (bon emplacement stratégique, et ils payaient un loyer). Donc pendant longtemps, il y a eu plus de soldats US que d'Islandais en Islande. J'imagine qu'aujourd'hui, il doit rester pas mal de base, dont peut-être quelques secrètes.

Mais l'Islande est à 2500km de la France, et le rayon du F-16 complètement armé est de 550km ! Il faudrait QUATRE ravitaillements en vol pour cette mission.

Et pourquoi XANA ne peut-il pas arrêter cet avion ? Le XANA du dessin animé le ferait facilement. Celui des livres prétend conquérir le monde. Sérieux, on ne prétend pas conquérir le monde si on n'est pas capable d'arrêter un seul malheureux chasseur américain low-cost !

Image
Les avions doivent être justifiés de manière réaliste OU cools : si votre utilisation des avions US n'est pas réaliste, merci de mettre des dinosaures aux commandes (image extraite de Calvin & Hobbes).

C'est d'autant plus ridicule qu'une fois posé tout ça, l'auteur avait une solution simple pour rendre ce passage cohérent : à la place d'un F-16, déclarer que l'avion est n'importe quoi (un B2 — l'avion le plus cher du monde ! Et presque capable de faire le tour du globe sans ravitailler — si on veut rester dans le high-tech de l'US Army), mais qu'il s'agit d'un avion spécialement protégé contre une attaque de XANA ! (soit l'avion est protégé contre les EMP, soit on indique qu'il a un équipement brouilleur de XANA) Et là, tout à fait logique qu'on préfère cet avion à ceux de l'armée tout près. Dans X-Men Evolution (assez bonne série, malgré son titre Smiley ), les X-Men ont bien un avion zéro gramme de métal uniquement pour attaquer Magnéto.

Image
Le B2 : assez réaliste, moins cool qu'un dinosaure mais déjà mieux que le F-16.

Passons au Green Phoenix :
"Dis Hannibal, qu'est-ce qu'on va faire maintenant qu'on a repoussé les hommes en noir ?
-Comme dans tous les tomes, Nictapolus. On va conquérir le monde !"

Ce mec est vraiment une tête à claque. Il pense que parce qu'il a une alliance avec XANA, il peut lancer un ultimatum à tous les gouvernements du monde. Je l'informe au passage qu'en France le parlement (quelle chambre d'ailleurs ?) n'a pas le pouvoir de désigner un non-élu comme président avec les pleins pouvoirs.

Oui, après l'assaut raté des hommes en noir, il envoie cette exigence. On passe de "seule Dido est au courant" à "toute l'ONU est au courant", mais le reste du monde continue à laisser Dido tout gérer quand même.

Comme je disais, il a autant de chances de réussir que Minus et Cortex. Tous ses atouts reposent sur des menaces mutuelles. Menacer la France parce que XANA peut couper les communications. Menacer XANA parce qu'il peut couper les fils, alors que sans XANA, une armée régulière peut le réduire en cendres. Braquer un pistolet sur Jérémie et exiger un logiciel permettant d'avoir tous les pouvoirs de XANA (bien sûr qu'en le menaçant Jérémie va faire en 2 heures ce qu'il n'a pas su faire en 1 an ! et il ne va sûrement pas utiliser une puissance quasi-divine contre toi au lieu de te la donner, c'est pas parce que tu es un connard menaçant ses amis de mort qu'il ne t'aime pas !). Le seul mec qui croit pouvoir conquérir le monde en se prélassant sur les coussins d'une tente ridicule alors que d'autres font le boulot pour lui.

À noter que Nictapolus lui-même finira par se rebeller en prétendant remplir sa mission. Et voudra utiliser le coupe-XANA d'urgence. Un peu con parce que ça les prive de leur arme pour conquérir le monde, alors qu'ils sont assiégés par les MIB, et que si Nictapolus avait réussi les deux camps auraient voulu sa peau.

Note sur pourquoi il ne faut pas tenter ça en vrai : la méthode US serait de payer des millions à celui de ses propres hommes qui l'abattrait. Et des pays moins gentils prendraient en otage les familles de ses sbires pour le même résultat.

Et Green Phoenix lui-même ? Euh bien, fidèle aux clichés, il arrête de flemmarder dans sa tente quand les héros sont translatés. Et là, il parvient même à vaincre la forme virtuelle d'Odd, alors que ses hommes n'en avaient vaincu aucun. Puis il tente de s'enfuir en jet-pack ! Il est visé par la DCA qu'il a lui-même mise en place, et par en vrille exactement à la "la Team Rocket s'envole vers d'autres cieux". Sauf que lui meure, mais à ce stade personne ne le regrette (ma crainte était qu'il survive pour une suite possible !).

En passant, quand Green Phoenix tire sur les héros, l'auteur parle d'une mitraillette AK-47. Oui, la fameuse kalachnikov. Si c'est ça que l'auteur appelle une mitraillette, les méchants étaient mieux armés que je le pensais en lisant le tome 3 seul.

Pétage de plomb final : amis américains, vos Hommes en Noir sont les bienvenus !

Donc, à la fin, les méchants sont tous arrêtés (zéro mort sauf Green Phoenix - c'est pour les enfants malgré les kalachnikovs, quand même), vont être mis en prison... Et une équipe de nettoyage des Hommes en Noir débarque pour effacer toutes les traces et la mémoire de tout le monde (OK, j'avais mal compris dans le 3, en fait eux aussi ont les efface-mémoire).

Sauf que le problème de base était : un terroriste menaçait le monde avec le supercalculateur créé par un programme secret US, cela a été annoncé à l'ONU. Et une fois la menace neutralisée, les yanks envoient leurs hommes en France pour récupérer leur joujou. ça devrait gêner les Français un minimum, les Russes et Chinois encore plus.

Sans compter que je ne vois pas comment on peut envoyer les terroristes dans un commissariat de police classique (c'est écrit clairement ; ici j'aurais trouvé un Guantanamo bis plus cohérent) alors qu'ils ont effacé toutes les preuves !

Le problème avec les MIB dans ces romans, c'est qu'ils mettent en place des outils pour dominer le monde, mais utilisent pour ça des moyens qui prouvent qu'ils dominent déjà le monde. Ce genre d'intrigue, c'est vraiment écrit par les partisans de la théorie du complot, pour les partisans de la théorie du complot. J'avais pardonné cet aspect à Phænomen d'Erik L'Homme, parce qu'il était indispensable pour mettre l'ennemi en place. Mais ici, on greffe un ennemi inutile au contexte de Code Lyoko.

Quant à la fin, elle reprend les grands problèmes d'une série Marvel : XANA, devenu gentil, se sacrifie pour que les MIB n'accèdent pas à ses secrets. Mais quelques pages plus loin, il revient grâce à une copie de secours. Je ne trouve pas ça très cohérent pour 2 raisons :
1) resté sur Lyoko, il aurait pu faire bien plus de dégâts aux MIB qu'en se suicidant
2) puisque Lyoko a été restauré, les MIB peuvent y accéder. Ce n'est pas parce que Jérémie a vraiment détruit Lyoko que les MIB vont le croire quand il dit qu'il l'a fait !

De plus, comme dans un Marvel, le sacrifice très beau sur le coup est tourné en ridicule par la résurrection trop facile.



Voilà, c'est donc l'heure du bilan final. Alors ?

Eh bien, comme déjà dit, on peut difficilement prétendre que c'est vraiment du Code Lyoko. C'est en quelque sorte un monde différent dans lequel sont plongés les personnages de CL. Donc, ne cherchons pas trop la cohérence. Perso j'ai trouvé inutile d'avoir un roman pour nous présenter la nouvelle version de l'histoire, mais d'autres préféreront ça à une suite qui modifie délibérément le déroulé exact des saisons 1-4.

Malgré cela, cette série est une bonne réponse pour ceux qui souhaitaient une résolution officielle de l'intrigue d'espionnage liée à la backstory. OK, ça part dans tous les sens, et ça n'a pas la rigueur d'un techno-thriller. Mais au moins, ça répond aux questions sur le passé, tout en ayant une aventure solide. Après, mon problème est l'aspect conspirationniste. Oui, je crois AUSSI qu'Oswald a tué Kennedy. Et je sais que ce n'est qu'un roman. Mais là, la précision technique peut donner une illusion de réalisme.

Malheureusement ce problème était déjà dans la série d'origine : les MIB sortaient tout droit des récits d'espionnage paranoïaques ; dans la série, c'est leur SOUS-utilisation qui fait que ça ne me dérangeait pas. En fait, je pense que cette intrigue n'a jamais été développée, quitte à laisser des questions sans réponses, précisément parce qu'on ne PEUT PAS raconter ce genre d'histoire en gardant l'esprit et le public-cible de Code Lyoko (la question est surtout de savoir si c'est la volonté des auteurs ou la pression des producteurs).

Toutefois c'est un goût personnel, je pense que bien d'autres n'auront pas de problèmes là-dessus.

Donc, on a une histoire cohérente. Et sur la fin, les intrigues amoureuses sont bien résolues. Mais sérieusement, amis auteurs de fanfics : si pour vous un happy end complet implique de caser Odd dans une relation plus durable que les amourettes qu'il a avec toutes ses camarades, OK (quoique... parfois en lisant les débats sur les amours dans Harry Potter, on a l'impression que les fans ignorent que même dans un système scolaire mixte seule une minorité reste mariée toute sa vie à un amour rencontré au collège !). Mais dans ce cas, il faut un sérieux développement pour justifier que Odd est vraiment amoureux. Surtout si vous introduisez une nouvelle fille à cette intention ! Je suis un juge partial, mais dans le genre, si marysuesque soit-elle, Ange de notre amie Lou était une réussite. Alors que l'Eva Skinner de ce roman... franchement, il aurait mieux valu la virer de l'histoire une fois libérée de l'emprise de XANA.

Quant à l'utilisation des personnages... Globalement, trop de nouveaux, et utilisation excessive de Mme Hertz. Au contraire, je regrette la sous-utilisation des autres enfants dans ces romans. Sissi, Hervé, Nicolas, Milly, Tamiya, où êtes-vous ? Pour un peu même William me manquerait ! (je veux pas dire qu'il est un peu présent, juste que je le déteste)

Je ne sais pas si après lecture de toutes ces remarques vous aurez envie de lire ces livres. Sérieusement, si vous voulez absolument une réponse officielle sur le dénouement de l'intrigue des hommes et noir et de la mère d'Aelita, et que vous préférez ce genre de roman à Code Lyoko Evilution, alors vous pouvez les lire. Au moins, contrairement à CLE, vous les finirez avec MOINS d'intrigues inachevées qu'après la saison 4.

Et je rappelle encore une fois : inutile de chercher un des rares exemplaires à prix d'or sur Ebay ou Amazon, codelyoko.fr les propose tous en téléchargement gratuit, meilleurs que la traduction officielle.

Mais si vous avez déjà une fanfiction adorée qui résout tous les trous volontaires que Code Lyoko laissait dans son histoire, et que vous pensez que certaines de mes critiques sont de vrais défauts et non des pinaillages, bah laissez tomber.


Dernier point : on trouvait sur internet la présentation suivante des livres :

"the newest book series states that Jérémie has married and emigrated to the United States. We're not told just who he married. Uncertain wording in the prologue introduces the possibility that it wasn't Aelita."



Bah non. L'histoire est écrite par Jérémie, avec la très étrange phrase suivante qui semble indiquer qu'ils ne vivent pas ensemble, ou du moins qu'il ne lui fait pas lire ses récits au fur et à mesure qu'il les écrit :

J'ai décidé de révéler entièrement les faits
dont nous avons été témoins,
Yumi Ishiyama, Ulrich Stern, Odd Della Robbia et moi-même,
Jeremy Belpois. Et, bien sûr, Aelita.
Il n'y a pas un jour où je ne pense pas à elle.
Cette histoire est dédiée à mes amis,
en particulier à Aelita.
Peut-être m'entend-elle encore en ce moment...



Mais rien n'indique qu'il est marié ou son lieu de résidence. Ben... je ne pense pas que ç'aurait été mieux, mais cette publicité mensongère est frustrante.